Chaque personne traverse certaines crises liées à l'âge dans sa vie. En psychologie, il existe plusieurs crises liées à l'âge, qui se produisent au cours d'une période donnée et sont marquées par le passage d'une personne d'un stade de la vie à un autre. Chaque crise d'âge a ses propres caractéristiques, qui seront décrites dans le magazine en ligne psytheater.com.

La crise de l'âge est naturelle pour toute personne. Son objectif principal est la transformation de la vie humaine et sa motivation à passer à une nouvelle étape de son développement. Il existe plusieurs crises liées à l’âge, qui surviennent tout au long de la vie d’une personne. À chaque âge, une personne a de nouvelles tâches à accomplir et de nouveaux objectifs à atteindre avant qu'un nouveau cycle de sa vie ne commence.

Les crises d'âge sont programmées par la nature même, de sorte que tout le monde les traverse. Ce qui reste reste l'essentiel - comment une personne va-t-elle traverser une crise? Certains traversent certaines crises facilement, d'autres difficiles. Certaines crises peuvent sembler faciles aux humains et d'autres difficiles.

Il faut comprendre qu’une crise n’est pas seulement un changement dans l’activité mentale d’une personne, mais aussi les circonstances de sa vie qui se produisent au cours d’une période donnée. Le mode de vie d'une personne change souvent sous l'influence de la crise de l'âge.

En cas de crise, vous pouvez comprendre toutes les situations et les situations dans lesquelles vous subissez des changements majeurs dans votre vie. La situation de crise est non seulement la loi martiale dans le pays, le changement de pouvoir, la terreur, mais aussi le licenciement, le non-paiement des salaires, le divorce d'un être cher, etc. Même la naissance d'un enfant est en quelque sorte une crise, car les deux parents doivent changer de mode de vie habituel et l’adapter aux besoins du troisième homme. Bien que ces crises ne peuvent pas être appelées l'âge.

Si vous vous souvenez de tous vos moments de crise dans la vie, vous comprendrez que chaque fois que vous les avez vécus très durement, avec amertume, avec peur et anxiété. Comme si vous étiez confus, hors de la routine, ne saviez pas quoi faire ou où aller. Une crise est une période de changements majeurs dans la vie d’une personne. Et comment il va survivre à sa crise ne dépend que de lui.

En situation de crise, les gens éprouvent souvent des émotions négatives plutôt que des émotions positives. C’est pendant ces périodes de frustration, de peur et d’anxiété face à un avenir inconnu que la personne a besoin de toute urgence de bonheur. Une personne ne peut pas trouver un «fil» pour lequel elle s'accroche et s'accroche pour ne pas tomber plus loin dans l'abîme. Ce "fil" - un morceau d'au moins un peu de bonheur. C’est pourquoi de nombreuses personnes en situation de crise prennent une décision qu’elles n’auraient jamais prise si elles étaient dans une position stable. Par exemple, les femmes commencent à fréquenter des hommes qui sont loin de leurs idéaux. Et les hommes peuvent travailler pour quelques sous.

La crise de la vie est dangereuse car une personne réduit le niveau de ses revendications et de ses conditions, car elle est prête à se réjouir peu, si seulement il y avait au moins un peu de bonheur. Mais ne prenons pas les choses à l'extrême. La crise n'est pas si grave. Juste besoin de comprendre comment vous rendre heureux pendant cette période?

Où trouver votre bonheur au moment de la crise? Pendant que vous souffrez, ressentez, devez changer votre mode de vie, il est très utile d’être heureux. Cela vous donne de l'énergie et de la confiance. Où prendre ce même bonheur? Vous avez juste besoin de réfléchir à ce que vous pouvez faire en période de crise. Par exemple, vous avez une fois aimé lire - récupérez vos livres et relisez-les. Avez-vous déjà eu envie de faire du sport? Engagez-les. Vous avez déjà aimé l'idée d'apprendre à comprendre l'économie - suivez des cours spéciaux. En d'autres termes, souvenez-vous de ce que vous avez fasciné, intéressé, mais que vous avez abandonné pour une raison ou une autre (le plus souvent par manque de temps). Renouvelez vos loisirs en cas de crise.

Un petit morceau de bonheur peut être obtenu en se comparant simplement avec d’autres personnes. Mais il y a un danger ici que vous commenciez à vous comparer à ceux qui, à votre avis, ont plus de succès que vous. Regardez ces gens qui vivent pire que vous. Bien sûr, cela semble un peu égoïste, mais cela peut aussi être agréable - comprendre que vous ne vivez pas si mal.

La crise est dangereuse car une personne peut réduire ses exigences en matière de qualité de vie. Les mauvaises personnes vont commencer à apparaître autour de lui, il va commencer à tomber dans des histoires désagréables. Par conséquent, vous devez vous rappeler de vos passe-temps et de vos intérêts, ce qui vous procurera au moins un peu de joie lorsque vous sortez de la crise. Si vous avez une telle opportunité, fixez-vous des objectifs pour l'avenir et commencez à les mettre en œuvre lentement. Faites quelque chose d'utile pour vous. Seulement cela vous apportera de la joie pour cette période.

Qu'est-ce qu'une crise d'âge?

La crise de l'âge devrait être appelée caractéristiques de l'activité mentale, qui sont absolument observées chez tous les individus au cours d'une période donnée. Bien entendu, la crise de l'âge ne se produit pas exactement le jour de la naissance, alors qu'elle devrait commencer. Chez certaines personnes, la crise de l'âge commence un peu plus tôt, dans d'autres, un peu plus tard. Chez les enfants, les crises liées à l’âge sont les plus perceptibles et se produisent dans les 6 mois de l’âge minimum. Chez l'adulte, les crises liées à l'âge peuvent durer très longtemps (7 à 10 ans) et débuter à plus ou moins 5 ans à partir d'un âge donné. Dans le même temps, les symptômes de la crise de l'âge chez l'adulte vont augmenter progressivement et même présenter des caractéristiques floues.

La crise de l'âge devrait s'appeler un nouveau cycle, le résultat, le début d'un nouveau mouvement. En d'autres termes, avec le début de la crise de l'âge, une personne se voit confier de nouvelles tâches, souvent basées sur son propre mécontentement, qui était apparu au cours de la période précédente.

La crise de l’âge moyen est surtout connue pour le fait que c’est au cours de cette période qu’une personne regarde en arrière, comprend les occasions perdues, réalise le manque de sens de son désir de traduire les désirs des autres en réalité et la volonté de se séparer de tout, pour commencer à vivre comme vous le souhaitez.

La crise de l'âge est le début d'un nouveau mouvement, lorsqu'une personne définit de nouvelles tâches et tente de les réaliser jusqu'à ce qu'une autre crise se produise.

Crises d'âge en psychologie

La psychologie examine en détail les crises liées à l'âge, car leur apparition dans la vie humaine commence à beaucoup changer. Non seulement les désirs et les aspirations de l'individu changent, mais aussi son activité mentale. Les crises survenant dans l'enfance sont associées au développement mental et physique, tandis que les crises à l'âge adulte ont plus de chances de se réaliser avec des désirs, une satisfaction de vivre et des relations avec d'autres personnes.

Les crises d'âge provoquent une personne à bouger. Mais ce n’est que dans la vie d’un individu que tout s’est calmé, il s’est habitué à sa propre image, car il a de nouveau des expériences internes, une restructuration, une transformation. Chaque crise est marquée par le fait qu'une personne est obligée de changer quelque chose dans sa vie. Cela conduit à l'instabilité de sa position, à la nécessité de surmonter les difficultés et de résoudre les problèmes rencontrés.

C'est pourquoi les psychologues examinent plus en détail les crises d'âge, afin de comprendre comment une personne peut facilement les surmonter. Ces conseils sont donnés:

  1. Chaque crise oblige une personne à résoudre certaines tâches. Si une personne ne peut pas trouver de solution, elle est souvent coincée dans une période de crise. Un nouveau cycle commence, qui devient encore plus difficile à surmonter en raison de problèmes non résolus au cours de la période précédente.
  2. Chaque crise est marquée par des changements chez la personne. Et pas toujours l'individu progresse (se développe). Il arrive souvent que l’individu régresse, c’est-à-dire qu’il se dégrade en raison de son incapacité à s’adapter aux nouvelles conditions de son existence.
  3. Les crises dans l'enfance devraient aider les parents à surmonter. Sinon, si l'enfant ne passe pas une certaine crise, il y restera longtemps, continuant à l'agiter dans les années suivantes, voire toute sa vie, jusqu'à ce que la tâche de la crise soit résolue et éliminée. Donc, si:
  • L'enfant ne recevra pas la confiance fondamentale, alors il ne sera pas capable d'établir des relations étroites avec les gens.
  • L'enfant n'obtiendra pas son indépendance, il ne pourra alors pas prendre ses décisions et comprendre ses propres désirs.
  • L'enfant n'apprendra pas la diligence ou n'acquerra pas certaines compétences. Il aura alors du mal à réussir dans la vie.

Beaucoup de gens sont coincés dans l'adolescence - une période où une personne doit assumer la responsabilité de sa propre vie. Si un enfant échappe à ses responsabilités, il est privé de la possibilité de réussir.

Ainsi, la crise de l'âge est une tâche précise qu'une personne doit résoudre dans le temps qui lui est imparti afin de pouvoir passer en toute sécurité à une nouvelle étape de son développement le moment venu.

Crises d'âge et leurs caractéristiques

Alors, passons aux caractéristiques des crises de l'âge:

  1. La première crise survient de la naissance à un an - une période de développement de la confiance fondamentale dans le monde. Ici, l'enfant pleure fort nécessite l'attention et les soins de ses proches. C’est la raison pour laquelle les parents devraient lui fuir dès le premier appel, ce qui n’est ni choyant ni fantaisiste, mais devient une nécessité pour un âge donné. Sinon, si l'enfant ne reçoit pas tous les soins et l'amour au premier cri, il va développer une méfiance du monde.
  2. La deuxième crise d’âge se produit entre 1 et 3 ans, lorsque l’enfant essaie progressivement de tout faire lui-même. Il essaye sa force, se répète après les adultes, acquiert peu à peu son autonomie et son indépendance. Ici, l'enfant a besoin d'aide et d'encouragement. C'est à cet âge qu'il devient capricieux, têtu, hystérique, ce qui est associé à son désir d'être indépendant. L'enfant doit également établir des limites (ce qui peut et ne peut pas être fait), sinon il deviendra un tyran. Ne le protégez pas des expériences et de la connaissance de son propre corps, car à ce stade, l'enfant commence à étudier ses organes génitaux et à comprendre la différence entre les sexes.
  3. La troisième crise d'âge se produit entre 3 et 6 ans - lorsqu'un enfant apprend à travailler dur et commence à faire tous ses devoirs. C'est pendant cette période qu'il faut tout apprendre à l'enfant, à commencer par le primaire. Il est nécessaire de lui permettre de tout faire de manière indépendante, sous la supervision des parents, en commettant des erreurs et en les corrigeant, sans être puni. À cet âge également, l'enfant aime les jeux de rôle dans lesquels il devrait être encouragé, car il apprend ainsi la vie sociale dans tous ses projets.
  4. La quatrième crise d'âge va de 6 à 12 ans - lorsqu'un enfant acquiert facilement et rapidement les connaissances et les compétences qu'il utilisera toute sa vie. C'est pourquoi, pendant cette période, il devrait être formé, éduqué et autorisé à assister à tous les cercles qu'il souhaite faire. Durant cette période, il bénéficiera de l'expérience et des compétences qui seront utilisées tout au long de sa vie.
  5. La cinquième étape est appelée «adolescence» et est marquée par les difficultés de communication entre parents et enfants. Cela est dû au fait que les attitudes des enfants envers eux-mêmes et les adultes changent, ce que les parents doivent prendre en compte. L'enfant à ce stade est engagé dans l'auto-identification: qui est-il, que doit-il faire, quel rôle joue-t-il dans cette vie? Souvent, un adolescent entre ici dans divers groupes informels, modifie son image et expérimente de nouveaux comportements. Les parents cessent déjà de faire autorité sur les enfants, ce qui est normal. Que peuvent faire les parents?
  • Commencez à respecter les souhaits de l'enfant et parlez-lui sur un pied d'égalité. Si vous n'aimez pas quelque chose, dites-le ou dites-le doucement pour que l'enfant pense et décide lui-même s'il doit vous obéir.
  • Devenir un exemple pour lui. S'il ne voit aucune autorité en vous, offrez-lui l'option d'une personne digne de laquelle il prendra un exemple (de préférence de son sexe). Sinon, l'enfant lui-même trouvera qui il est nivelé.
  • Aider l'enfant à se retrouver et à comprendre son sens de la vie. Non pas pour édifier, mais pour vous permettre de vous impliquer non seulement dans vos études, mais également dans vos propres intérêts.
  1. La sixième crise survient dans les 20 à 25 ans - lorsqu'une personne est complètement séparée de ses parents. Une vie indépendante commence, que les parents ne doivent pas interférer. À ce stade, une personne apprend à communiquer avec le sexe opposé et à nouer des relations avec elle. Si cela ne se produit pas, cela signifie que l'étape précédente n'a pas été complétée. En outre, une personne se fait de nouveaux amis, rejoint une vie professionnelle, où elle rencontre de nouvelles personnes et une équipe. Il est très important qu'une personne sache assumer ses responsabilités et surmonter toutes les difficultés. Si, sous l'assaut de problèmes, une personne court vers ses parents, cela signifie qu'elle n'a encore franchi aucune étape. Ici, une personne doit surmonter la barrière quand elle doit répondre aux attentes des autres et être elle-même. Vous devez cesser de plaire aux autres et commencer à vivre votre vie, soyez vous-même, suivez votre propre chemin. Si une personne ne peut pas se protéger de l'opinion publique, elle continue d'être infantile (enfant).
  2. La septième étape commence à partir de 25 ans et dure jusqu'à 35-45 ans. Ici, une personne commence à organiser sa famille, à développer une carrière, à trouver des amis qui la respecteront, à développer tout cela, à le renforcer et à le rendre stable dans sa vie.
  3. La huitième crise est appelée «crise de la quarantaine», qui commence à 40 ans (plus ou moins 5 ans) - lorsqu'une personne est stable, accumulée, organisée, mais qu'il commence à comprendre que tout cela n'a pas de sens, il n'est pas heureux. Ici, un homme commence à regarder en arrière pour voir pourquoi il est malheureux. Il a tout fait comme le lui ont dit ses parents, ses amis et la société dans son ensemble, mais il est toujours malheureux. Si une personne comprend qu'elle vivait différemment de ce qu'elle voudrait, elle détruit tout. Si une personne est plus ou moins satisfaite de sa vie, elle ne se fixe que de nouveaux objectifs, en ayant tout ce qu’elle a déjà.
  4. La prochaine crise devient également un tournant, elle commence à 50-55 ans - quand une personne choisit, continuera-t-elle à vivre ou à vieillir. La société dit à un homme qu'il perd déjà de son importance. La personne vieillit donc elle n’est plus nécessaire car il ya plus de jeunes et de prometteurs. Et ici, la personne décide si elle va continuer à se battre, vivre, se développer ou commencer à vieillir, penser à la mort, se préparer à la retraite.
  5. La dernière est une crise de 65 ans - lorsqu'une personne possède une vaste expérience, des connaissances et des compétences. Que fera-t-il ensuite? En fonction de la décision prise, la personne commence à partager ses connaissances, enseigne aux jeunes ou commence à tomber malade, devient un fardeau pour leurs proches, exige de leur attention, comme un petit enfant.
monter

Caractéristiques des crises de l'âge

En fonction de la manière dont une personne réagit à ses périodes de crise, elle les passe lentement ou avec difficulté. Vous ne pouvez pas donner à l'esprit que quelque chose commence à changer. Cependant, des crises d’âge se produisent, ce qui est inévitable. Si vous essayez de fuir la période de crise, ignorez-la, essayez de ne rien changer dans votre vie, cela ne va pas aider la cause.

Cependant, il y a des gens qui sont plus ouverts à tout changement dans leur vie. Ils traversent les périodes de crise avec plus de douceur, car ils s'adaptent rapidement à tout et apprennent.

La crise de l'âge est un phénomène obligatoire dans la vie de toute personne, associé à des changements mentaux de la personnalité. La manière dont une personne traversera telle ou telle période de crise dépend de lui personnellement. Cependant, en période de crise, vous pouvez rester bloqué, vous dégrader ou progresser (devenir plus parfait), ce qui dépend de la personne elle-même et de ce qui affectera toute sa vie future.

Crises du développement de l'âge

Les crises liées au vieillissement sont des périodes spéciales, relativement courtes (jusqu'à un an) d’ontogenèse, caractérisées par de brusques changements mentaux. Ils concernent les processus réglementaires nécessaires au développement normal du développement personnel (Erickson).

La forme et la durée de ces périodes, ainsi que la sévérité du cours, dépendent des caractéristiques individuelles, ainsi que des conditions sociales et micro-sociales. En psychologie des âges, il n'y a pas de consensus sur les crises, leur place et leur rôle dans le développement mental. Certains psychologues estiment que le développement devrait être harmonieux et exempt de crise. Les crises sont un phénomène anormal et «douloureux», résultant d'une mauvaise éducation. Une autre partie des psychologues soutient que la présence de crises de développement est naturelle. De plus, selon certaines idées en psychologie de l'âge, un enfant qui n'a pas survécu à la crise réelle ne se développera pas davantage. Bozovic, Polivanova et Gail Sheehy ont abordé ce sujet.

L.S. Vygotsky examine la dynamique des transitions d’un âge à l’autre. À différents stades, des changements dans la psyché de l'enfant peuvent se produire lentement et progressivement, et peuvent se produire - rapidement et brutalement. Il y a des stades de développement stables et en crise, leur alternance est la loi du développement de l'enfant. Une période stable se caractérise par un déroulement sans heurt du processus de développement, sans changements brusques ni changements de la personnalité de l'enfant. Pour la durée du long. Des changements mineurs et minimes s’accumulent et à la fin de la période, ils donnent un saut qualitatif dans le développement: des néoplasmes liés à l’âge apparaissent, stables, fixés dans la structure de la Personne.

Les crises ne durent pas longtemps, plusieurs mois, dans des conditions défavorables, allant jusqu'à un an voire deux ans. Ce sont des étapes brèves mais turbulentes. Changements importants dans le développement, l'enfant change radicalement d'un grand nombre de ses caractéristiques. Le développement peut être catastrophique en ce moment. La crise commence et se termine imperceptiblement, ses frontières sont floues, indistinctes. L'aggravation se produit au milieu de la période. Pour les personnes autour de l’enfant, cela est associé à un changement de comportement, à l’émergence de «difficile à adapter». L'enfant est hors de contrôle des adultes. Flashs affectifs, caprices, conflits avec les êtres chers. La capacité des enfants scolarisés à travailler diminue, leur intérêt pour les cours diminue, leur rendement scolaire diminue, des expériences parfois douloureuses et des conflits internes surgissent.

En période de crise, le développement revêt un caractère négatif: celui qui s'était formé au stade précédent disparaît, disparaît. Mais quelque chose de nouveau est également créé. Les néoplasmes sont instables et, au cours de la prochaine période stable, ils sont transformés, absorbés par d’autres néoplasmes, s’y dissolvent et meurent.

D.B. Elkonin a développé la présentation LS. Vygotsky sur le développement de l'enfant. «L'enfant aborde chaque point de son développement avec un certain décalage entre ce qu'il a appris du système de relations personne-personne et ce qu'il a appris du système de relations personne-personne. Les moments où cet écart prend la plus grande ampleur sont appelés des crises, après quoi le développement de cette partie, qui a pris du retard dans la période précédente, se développe. Mais chaque partie prépare le développement de l'autre. "

La crise du nouveau-né. Associé à un changement radical des conditions de vie. L'enfant qui vit dans des conditions de vie habituelles confortables devient lourd (nouvel aliment, nouvelle haleine). Adaptation de l'enfant aux nouvelles conditions de vie.

Crise 1 an. Associé à l'augmentation des capacités de l'enfant et à l'émergence de nouveaux besoins. Une montée d'indépendance, l'émergence de réactions affectives. Épidémies affectives en réaction au malentendu des adultes. La principale acquisition de la période de transition est une sorte de discours pour enfants, appelé LS. Vygotsky autonome. Il diffère de manière significative du langage adulte et de la forme sonore. Les mots deviennent significatifs et situationnels.

Crise 3 ans. La frontière entre l’âge précoce et l’âge préscolaire est l’un des moments les plus difficiles de la vie d’un enfant. Cette destruction, la révision de l'ancien système de relations sociales, la crise de la séparation de son moi, selon D. B. Elkonin. L'enfant, séparé des adultes, tente d'établir de nouvelles relations plus profondes avec eux. L'émergence du phénomène "moi-même", selon Vygotsky, est une nouvelle formation "externe je moi-même". "L'enfant essaie d'établir de nouvelles formes de relations avec les autres - une crise des relations sociales."

L.S. Vygotsky décrit 7 caractéristiques d'une crise de 3 ans. Le négativisme est une réaction négative non pas à l’action elle-même, qu’il refuse d’exécuter, mais à la demande ou aux demandes d’un adulte. Le motif principal de l'action est de faire le contraire.

La motivation du comportement de l’enfant est en train de changer. À l'âge de 3 ans, il est pour la première fois capable d'agir contrairement à son désir immédiat. Le comportement de l'enfant n'est pas déterminé par ce désir, mais par les relations avec un autre adulte. Le motif du comportement est déjà en dehors de la situation donnée à l'enfant. Entêtement. C'est la réaction de l'enfant qui insiste sur quelque chose, non pas parce qu'il le veut vraiment, mais parce qu'il l'a lui-même dit à des adultes et demande que son opinion soit prise en compte. Obstination. Il ne vise pas un adulte en particulier, mais tout le système de relations qui s’est développé pendant la petite enfance, contre les normes d’éducation adoptées par la famille.

La tendance à l'indépendance se manifeste clairement: l'enfant veut tout faire et décider par lui-même. En principe, il s’agit d’un phénomène positif, mais lors d’une crise, la tendance à l’indépendance hypertrophiée conduit à la volonté propre, elle est souvent insuffisante pour les capacités de l’enfant et provoque de nouveaux conflits avec les adultes.

Chez certains enfants, les conflits avec les parents deviennent normaux, comme s’ils étaient constamment en guerre avec des adultes. Dans ces cas, parlez de la rébellion de protestation. Dans une famille avec un enfant unique, le despotisme peut apparaître. Si la famille compte plusieurs enfants, la jalousie survient généralement au lieu du despotisme: la même tendance au pouvoir agit ici comme une source d'attitude jalouse et intolérante envers d'autres enfants qui n'ont presque aucun droit dans la famille, du point de vue du jeune despote.

Amortissement. Un enfant de 3 ans peut commencer à maudire (les anciennes règles de comportement se déprécient), à jeter ou même à casser un jouet préféré, suggéré au mauvais moment (de vieux attachements à des choses se déprécient), etc. L'attitude de l'enfant envers autrui et lui-même change. Il est psychologiquement séparé des adultes proches.

La crise de 3 ans est liée à la conscience de soi en tant que sujet actif dans le monde des objets, l'enfant peut agir pour la première fois contre ses souhaits.

La crise a 7 ans. Il peut commencer à 7 ans ou passer à 6 ou 8 ans. La découverte de la valeur d'une nouvelle position sociale - la position de l'étudiant, associée à la mise en œuvre de travaux universitaires de grande valeur pour les adultes. La formation de la position interne correspondante change radicalement sa conscience de soi. Selon L.I. Bozovic - c'est la période de naissance soc. "Je" enfant. Un changement de conscience de soi conduit à une réévaluation des valeurs. Il y a de profonds changements en termes d'expériences - des complexes affectifs stables. Il est manifeste que LS Vygotsky appelle une généralisation des expériences. La chaîne d'échecs ou de réussites (à l'école, en communication générale), chaque fois vécue à égalité par un enfant, conduit à la formation d'un complexe affectif stable - sentiments d'infériorité, d'humiliation, d'amour-propre offensé ou de confiance en soi, de compétence, d'exclusivité. En raison de la généralisation des expériences, la logique des sentiments apparaît. Les expériences prennent un nouveau sens, des liens s'établissent entre elles, la lutte des expériences devient possible.

Cela conduit à l'émergence de la vie intérieure de l'enfant. Le début de la différenciation de la vie externe et interne de l'enfant est associé à un changement de la structure de son comportement. Une base sémantique provisoire d'action apparaît - un lien entre le désir de faire quelque chose et les actions qui se déroulent. C’est un moment intellectuel qui permet d’apprécier plus ou moins adéquatement l’acte futur en termes de résultats et de conséquences plus lointaines. L'orientation sémantique dans leurs propres actions devient un aspect important de la vie intérieure. En même temps, cela exclut l’impulsivité et la spontanéité du comportement de l’enfant. Grâce à ce mécanisme, la spontanéité enfantine est perdue; l'enfant réfléchit, avant d'agir, commence à cacher ses sentiments et ses hésitations, essaie de ne pas montrer aux autres ce qui est mauvais pour lui.

La manifestation purement de crise de la différenciation de la vie extérieure et de la vie intérieure des enfants devient généralement grimace, maniérisme, tension artificielle du comportement. Ces caractéristiques externes, ainsi que la tendance aux caprices, aux réactions affectives, aux conflits, commencent à disparaître lorsque l'enfant sort de la crise et entre dans un nouvel âge.

Nouvelle croissance - arbitraire et prise de conscience des processus mentaux et de leur intellectualisation.

La crise pubertaire (de 11 à 15 ans) est associée à la restructuration du corps de l'enfant - la puberté. L'activation et l'interaction complexe des hormones de croissance et des hormones sexuelles entraînent un développement physique et physiologique intense. Il y a des caractéristiques sexuelles secondaires. L'adolescence est parfois appelée crise prolongée. En liaison avec le développement rapide de difficultés dans le fonctionnement du cœur, des poumons, de l'apport sanguin au cerveau. À l'adolescence, le fond émotionnel devient inégal, instable.

L'instabilité émotionnelle améliore l'excitation sexuelle qui accompagne la puberté.

L’identification du genre atteint un nouveau niveau plus élevé. L'orientation vers les échantillons de masculinité et de féminité dans le comportement et la manifestation de propriétés personnelles se manifeste clairement.

En raison de la croissance rapide et de la restructuration du corps à l'adolescence, l'intérêt pour son apparence augmente fortement. Une nouvelle image du "moi" physique est en train de se former. En raison de sa signification hypertrophiée, l’enfant ressent tous les défauts d’apparence, réels et imaginaires.

Le tempo de la puberté influence l'image du moi physique et de la conscience de soi dans son ensemble. Les enfants en retard de maturité sont dans la position la moins favorable; L'accélération crée des opportunités plus favorables pour le développement personnel.

Il y a un sens de l'âge adulte - se sentir comme un adulte, le néoplasme central de l'adolescence plus jeune. Il y a un désir passionné, sinon d'être, du moins de paraître et d'être considéré comme un adulte. Affirmant ses nouveaux droits, un adolescent protège de nombreux domaines de sa vie du contrôle de ses parents et entre souvent en conflit avec eux. En plus du désir d'émancipation, l'adolescent est inhérent à un fort besoin de communiquer avec ses pairs. La communication intime et personnelle devient l'activité principale de cette période. Il y a des amitiés adolescentes et des groupes informels. Il existe également des loisirs clairs, mais généralement successifs.

La crise de 17 ans (de 15 à 17 ans). Il se pose exactement au tournant de l’école habituelle et de la nouvelle vie adulte. Peut changer de 15 ans. En ce moment, l'enfant est sur le point de devenir un véritable adulte.

La plupart des écoliers de 17 ans sont orientés vers la formation continue et quelques-uns cherchent du travail. La valeur de l'éducation est une grande bénédiction, mais en même temps, il est difficile d'atteindre l'objectif fixé et à la fin de la 11e année, le stress émotionnel peut augmenter considérablement.

Pour ceux qui vivent une crise de 17 ans, caractérisée par diverses peurs. La responsabilité vis-à-vis de soi-même et de sa famille, les véritables réalisations de ce temps sont déjà un lourd fardeau. À cela s’ajoute la crainte d’une nouvelle vie, avant la possibilité d’une erreur, avant de ne pouvoir entrer dans une université et chez les jeunes hommes - devant une armée. Forte anxiété et dans ce contexte, la peur exprimée peut entraîner des réactions névrotiques, telles que fièvre avant les examens finaux ou d'entrée, maux de tête, etc. L'exacerbation d'une gastrite, d'une neurodermatite ou d'une autre maladie chronique peut commencer.

Le changement brusque de mode de vie, l'inclusion de nouvelles activités, la communication avec de nouvelles personnes provoquent des tensions importantes. Une nouvelle situation de vie nécessite une adaptation. Deux facteurs permettent de s’adapter principalement: le soutien de la famille et la confiance en soi, le sens des compétences.

Aspiration vers le futur. La période de stabilisation de la personne. À l’heure actuelle, un système de vision durable du monde et de sa place - la vision du monde. Le maximalisme juvénile dans les évaluations, la passion pour la défense de son point de vue sont connus pour cela. L'autodétermination, professionnelle et personnelle, devient la tumeur centrale de la période.

La crise de 30 ans. Environ à l'âge de 30 ans, parfois un peu plus tard, la plupart des gens sont en crise. Cela s'exprime dans le changement d'idées sur votre vie, parfois dans la perte totale d'intérêt pour ce qui était auparavant, parfois même dans la destruction de l'ancien mode de vie.

La crise de 30 ans survient en raison du manque de mise en œuvre du plan de vie. Si dans le même temps il y a une «réévaluation des valeurs» et une «révision de sa propre personne», alors il est un fait que le projet de vie s’est avéré complètement faux. Si le chemin de vie est choisi correctement, alors l'attachement «à une certaine activité, à un certain mode de vie, à certaines valeurs et orientations» ne limite pas, mais développe au contraire sa personnalité.

Une crise de 30 ans est souvent appelée crise du sens de la vie. La recherche du sens de l'existence est généralement associée à cette période. Ces recherches, comme la crise en général, marquent la transition de la jeunesse à la maturité.

Le problème du sens dans toutes ses variantes, du privé au global - le sens de la vie - se pose lorsque l’objectif ne correspond pas au motif, lorsque sa réalisation ne conduit pas à la réalisation de l’objet du besoin, c.-à-d. lorsque l'objectif a été mal défini. Si nous parlons du sens de la vie, l’objectif de la vie commune s’avère erroné. plan de vie.

Chez certaines personnes à l'âge adulte, il existe une autre crise, «non planifiée», qui ne se limite pas à la frontière de deux périodes stables de la vie, mais qui survient au cours de cette période. C'est ce qu'on appelle la crise de 40 ans. C'est comme une répétition de la crise de 30 ans. Cela se produit lorsqu'une crise de 30 ans n'a pas permis de résoudre correctement les problèmes existentiels.

La personne éprouve de manière aiguë son insatisfaction à l'égard de sa vie, le décalage entre les plans de vie et leur réalisation. A.V. Tolstoï note qu'un changement d'attitude de la part des collègues de travail s'ajoute à cela: le temps où il était possible d'être considéré comme «prometteur», «prometteur» est dépassé et la personne ressent le besoin de «payer ses factures».

Outre les problèmes liés aux activités professionnelles, la crise de 40 ans est souvent causée par l'aggravation des relations familiales. La perte de certaines personnes proches, la perte d'un aspect commun très important de la vie des époux - participation directe à la vie des enfants, soins quotidiens pour eux - contribue à la prise de conscience finale de la nature de la relation conjugale. Et si, mis à part les enfants des époux, rien de significatif pour eux deux ne lie, la famille peut se désintégrer.

En cas de crise de 40 ans, une personne doit reconstruire son plan de vie une nouvelle fois, pour élaborer un «concept I» largement nouveau. De graves changements dans la vie peuvent être associés à cette crise, jusqu'au changement de profession et à la création d'une nouvelle famille.

Crise de la retraite. Tout d'abord, une violation du régime et du mode de vie habituels, souvent combinée à un sens aigu de la contradiction entre la capacité de travail continue, la capacité de bénéficier et le manque de demande, a un effet négatif. Une personne s'avère être «jetée à côté» du courant sans sa participation active à la vie commune. La dégradation de leur statut social, la perte du rythme de vie préservée depuis des décennies, entraînent parfois une forte détérioration de l'état physique et mental général et, dans certains cas, une mort relativement rapide.

La crise de la retraite est souvent aggravée par le fait que la deuxième génération, ses petits-enfants, grandit et commence à mener une vie indépendante, particulièrement douloureuse pour les femmes qui se sont consacrées principalement à la famille.

La retraite, qui coïncide souvent avec l’accélération du vieillissement biologique, est souvent associée à une détérioration de la situation financière, parfois à un mode de vie plus solitaire. De plus, la crise peut être compliquée par le décès d'un conjoint (conjoint), la perte de certains amis proches.

Crises d'âge - Qu'est-ce que c'est?

La crise de l'âge est une étape de transition entre l'âge d'une personne, caractérisée par un changement des activités principales et une situation sociale de développement. Les périodes de crise font partie intégrante de la maturation. Chaque personne traverse plusieurs étapes de sa vie.

L'essence de la crise de l'âge

La crise se traduit littéralement par "séparation des routes". En chinois, il est écrit en deux caractères, l’un signifie «danger» et le second - «occasion». À mon avis, cette interprétation est la plus concise et la plus précise. C'est précisément dans les crises, y compris les crises d'âge, que le développement actif d'une personne a lieu ou qu'il est «mis au rebut» en cas d'échec de l'issue d'une période.

Le terme «crise de l'âge» a été introduit par le psychologue domestique L. S. Vygotsky. Chaque âge a certaines normes par lesquelles les psychologues sont guidés. Ils aident à suivre la normalité du développement humain. Ces mêmes normes de développement intellectuel, émotionnel, psychophysique et personnel sont appelées tâches de développement par âge. La période de crise est la période pour accomplir ces tâches, d'intenses changements psychophysiologiques.

Chaque personne traverse des crises d'âge, mais la forme d'expression, l'intensité et la durée varient en fonction du statut socio-économique de la personne, des conditions de développement et des caractéristiques individuelles et personnelles.

Malgré cela, il existe toujours deux points de vue sur le caractère normatif / non normatif des crises de l'âge:

  • Certains psychologues (Freud, Vygotsky, Erickson) considèrent que ces transitions font partie intégrante du développement.
  • D'autres chercheurs (Rubinstein, Zaporozhets) les considèrent comme une variante des déviations individuelles.

Crises majeures

En psychologie, il est habituel de distinguer ces crises liées à l’âge:

La crise du nouveau-né, de trois ans et de l’adolescence est qualifiée de grande crise. Ils représentent la restructuration des relations entre l'enfant et la société. Les crises restantes sont petites. Ils sont moins visibles à l'extérieur et se caractérisent par une augmentation de leur autonomie et de leurs compétences. Cependant, au moment de toute crise, les enfants sont caractérisés par la négativité, la désobéissance et l’obstination.

Comme on le voit, pour la vie adulte, il y a 4 crises:

  • La crise de la jeunesse s'accompagne de la formation et de l'affirmation de soi d'une personne dans les principaux domaines de la vie, des relations (travail, famille, amour, amitié).
  • Au stade de la crise de maturité, une personne analyse son succès, sa conformité aux plans et réalisations. Les dix prochaines années, il corrige ou modifie le résultat.
  • La crise de la quarantaine s'accompagne d'une prise de conscience de la dégradation, de la beauté, de la santé, de la distance croissante avec des enfants en croissance. Souvent, une personne est couverte de dépression, se sent fatiguée par la routine, triste de penser que rien ne sera mieux.
  • La maturité tardive s'accompagne d'une stabilisation de l'état antérieur, d'un abandon progressif des activités sociales et du travail.
  • Au stade de la vieillesse, une personne interprète sa vie et la reconnaît comme unique et inimitable, ou comprend qu’elle a passé en vain.
  • Au stade de la vieillesse, une personne repense son moi professionnel, se résigne à la détérioration inévitable de la santé et au vieillissement du corps, se débarrasse de toute préoccupation personnelle. C'est l'étape de l'adoption active d'une fin naturelle à la vie.

Il convient de noter que les crises des enfants (les six premières) sont beaucoup plus étudiées que les crises de l'âge adulte, de l'âge moyen et du troisième âge. Ces derniers sont plus souvent considérés dans la nature du cours, bien qu’ils soient aussi dus en grande partie à des changements liés à l’âge.

Phases de crise

L. S. Vygotsky a identifié 3 phases de la crise: précritique, critique et postcritique.

  1. La phase précritique se caractérise par la contradiction apparue et réalisée par l'homme lui-même entre les conditions extérieures dominantes et son attitude vis-à-vis de ces conditions. Une personne commence à voir une image d'un avenir plus attrayant pour elle, mais elle ne voit toujours aucun moyen réel de mettre en œuvre ce scénario.
  2. Au stade critique, le stress maximum se produit de manière contradictoire, il atteint un pic. Premièrement, une personne tente de répéter les idées les plus générales sur ce qu’elle a vu. Par exemple, les adolescents adoptent facilement l'habitude de fumer ou de jurer, pensant que cela les fait entrer dans l'adulte, si désiré et si nouveau, ouvert dans la perspective du monde. Plus tard, des barrières externes et internes qui font obstacle aux autres composants du nouveau monde sont réalisées. S'il est plus ou moins facile de se débarrasser des ressources externes, la prise de conscience du manque de ressources internes pousse à maîtriser de nouvelles activités (exemple des adolescents, choix du métier, travail à temps partiel). En conclusion, l'homme compare la manière dont il a réussi à se rapprocher de l'idéal qu'il a vu.
  3. Au stade postcritique, la contradiction est résolue, la personne construit une nouvelle relation harmonieuse avec le monde. Si les résultats de la réflexion précédente sont satisfaits, alors la personnalité traduit finalement l’imaginaire en réel, l’autre en son propre.

Caractéristiques de surmonter la crise

Personne ne peut sauver une personne d'une crise. Pour surmonter toutes les difficultés et trouver un nouvel équilibre, l'homme lui-même devrait le faire. Mais le processus de crise peut être géré et guidé. C'est l'aide de l'extérieur - apprendre à une personne à gérer sa propre crise, à voir et à utiliser les opportunités, en contournant avec compétence les dangers (neuroticisme, dépendances et autres déviations).

La crise est toujours un choix. Une personne comprend à quel type de tâche elle est confrontée, ce qu’elle ne peut pas faire par des moyens conventionnels, mais elle n’a pas encore choisi de nouveaux outils. Chaque crise encourage une personne à rechercher son identité.

La théorie des crises de l'âge de E. Erickson présente un intérêt particulier dans le cadre du développement personnel, même si les étapes diffèrent de celles mentionnées précédemment. L'auteur a identifié les étapes suivantes des transitions d'âge et des élections:

  • La première année de la vie. La confiance ou la méfiance de l’enfant à l’égard du monde futur dépend de la satisfaction de ses besoins.
  • La première expérience de self-service. Si les parents aident l'enfant, ont un contrôle logique et cohérent, l'enfant acquiert de l'autonomie. Si les parents font preuve d'un contrôle instable ou excessif, l'enfant développe alors des craintes concernant le contrôle de son corps et un sentiment de honte.
  • Affirmation de soi de l'enfant (3-6 ans). Si l’indépendance de l’enfant est soutenue, il grandira à l’initiative. Autrement - soumis et avec un sens prononcé de la culpabilité.
  • Âge scolaire. L'enfant développe le goût de l'activité (travail) ou perd de l'intérêt pour son avenir, ressent un sentiment d'infériorité vis-à-vis de son statut et des moyens à sa disposition.
  • Identité adolescente. Son avenir professionnel et personnel dépend du succès de l’assimilation des rôles de l’adolescent et du choix du groupe de référence.
  • Une crise de l'âge adulte s'accompagne d'une recherche d'intimité avec une personne. Si une personne ne peut pas résoudre avec succès le problème de la conciliation du travail et de la famille, il s’avère isolé et fermé sur lui-même.
  • La crise de la quarantaine est basée sur le problème de la procréation et de sa préservation. L’éducation de la nouvelle génération et de ses enfants suscite un intérêt particulier. Une personne est productive et active dans toutes les sphères de la vie, sinon les relations interpersonnelles se détériorent progressivement.
  • La crise de la vieillesse, dont la résolution dépend de l'évaluation de la distance parcourue. Si une personne peut rassembler tous les aspects de sa vie, elle vivra dans la vieillesse. Si vous ne parvenez pas à dresser un tableau complet, la personne ressent la peur de la mort et l’incapacité de tout recommencer.

Ce n'est pas le seul concept et classification des crises d'âge. Ils sont beaucoup plus, mais tous les auteurs sont d'accord sur une chose:

  • la crise rend le mouvement et le développement difficiles;
  • en même temps, cela crée des opportunités et encourage la divulgation du potentiel intérieur de l'individu.

Chaque crise se termine par la formation d'un néoplasme spécifique. Le passage infructueux de la crise se heurte à toute étape, au développement d’un néoplasme déformé et (ou) à un mécanisme de compensation.

En cas de crise, la destruction de l'ancien mode de vie et l'acquisition d'un nouveau ne se produisent que par la révolution. C'est pourquoi les crises transforment toujours le monde intérieur de l'homme. Ainsi, au moment de la crise et après son passage, il y a des changements dans la conscience et l'activité d'une personne, sa relation au monde.

Aide psychologue

Pour surmonter la crise, il est souvent nécessaire d'aider le psychologue. L'assistance psychologique est toujours individuelle. C'est-à-dire qu'un cas spécifique est analysé, il ne peut y avoir de conseil général.

En règle générale, une correction psychologique est attribuée aux enfants et une consultation aux adolescents et aux adultes. En plus des discussions avec les enfants, l’art-thérapie et la thérapie par les contes de fées sont appliquées. Les adolescents reçoivent parfois une aide psychothérapeutique de groupe. Les adultes suivent une formation, les personnes âgées - une psychothérapie de groupe. Dans certains cas, le conseil familial est possible à chaque âge.

Une crise plus dure, et donc plus souvent besoin de soutien, les gens:

  • avec dysharmonie interne et éléments d'infantilisme dans le comportement;
  • avec des accentuations de caractère;
  • indépendant dans la prise de décision;
  • caractérisé par un locus de contrôle externe (accusation d'échec environnemental);
  • avec la perception de la crise comme une impasse interrompant la vie, et non comme une opportunité de croissance.

Il est important de percevoir la crise comme une situation difficile, mais surmontable, qui exige une grande responsabilité et assure le développement personnel tout en réussissant. Le but de la crise est d’apprendre à prendre une nouvelle position de pensée positive.

21. Caractéristiques psychologiques des crises de l'âge.

Les crises liées à l’âge sont des périodes spéciales et relativement brèves de transition du développement de l’âge conduisant à un nouveau stade qualitatif, caractérisé par de profonds changements psychologiques, qui sont principalement dues à la destruction de la situation de développement social habituelle et à l’émergence d’une autre, plus conforme au nouveau niveau de développement psychologique humain.

Selon LSVygotsky, le contenu le plus important du développement aux âges critiques réside dans l'apparition de néoplasmes, la principale différence par rapport aux néoplasmes à âge stable, c'est qu'ils ne persistent pas sous la forme dans laquelle ils apparaissent pendant la période critique et n'appartiennent pas à composante nécessaire de la structure globale de la future personnalité.

Les crises liées au vieillissement accompagnent une personne tout au long de sa vie, qui est naturelle et nécessaire au développement La position de vie plus réaliste qui en résulte aide les personnes à trouver une nouvelle forme de relation relativement stable avec le monde extérieur.

La crise d'un an:

Le contenu de la crise d'un an du nourrisson est associé aux points suivants.

• le développement de la marche: la marche est le principal moyen de transport dans l’espace, principale tumeur du jeune enfant, qui marque la rupture de la situation de développement ancienne.

• l’apparition du premier mot: l’enfant apprend que chaque chose a son propre nom, l’augmentation du vocabulaire de l’enfant, la direction du développement de la parole passe du passif au actif.

• l'enfant a les premiers actes de protestation, s'opposant aux autres, les soi-disant réactions hypobuliques, qui se révèlent surtout lorsque l'enfant se voit refuser quelque chose (crie, tombe à terre, repousse les adultes, etc.).

En bas âge. " par un langage autonome, des actions concrètes, le négativisme, des caprices, l’enfant s’isole des adultes et s’impose. "

La crise de trois ans:

L’un des moments les plus difficiles de la vie d’un enfant est la destruction, une révision de l’ancien système de relations sociales, une crise d’isolement de soi, l’enfant, séparé des adultes, tente d’établir avec eux de nouvelles relations plus profondes.

L.S. Vygotsky: Caractéristiques de la crise de trois ans:

• Négativisme (l’enfant ne réagit pas négativement à l’action qu’il refuse de réaliser, mais à la demande de l’adulte)

• Entêtement (réaction d'un enfant qui insiste sur quelque chose, non pas parce qu'il le veut vraiment, mais parce qu'il demande que son opinion soit prise en compte)

• Résistance (dirigée non pas contre un adulte en particulier, mais contre tout le système de relations qui s'est développé pendant la petite enfance, contre les normes d'éducation familiale, contre l'imposition d'un mode de vie)

Volonté volontaire, volonté (en raison de la tendance à l'indépendance: l'enfant veut tout faire et décide pour lui-même)

La crise se manifeste également par la dévalorisation des besoins de l’adulte: ce qui était coutume, intéressant et coûteux auparavant est déprécié, l’attitude de l’enfant vis-à-vis de l’autre et de lui-même change, elle se sépare psychologiquement des adultes proches. la nécessité de répondre aux exigences d'un adulte, la contradiction entre "je veux" et "je peux".

La crise de sept ans:

La crise de sept ans est la période de naissance du «moi» social de l’enfant, associée à l’émergence d’un nouveau néoplasme systémique - la «position intérieure», qui exprime le nouveau niveau de conscience de soi et de réflexion de l’enfant, ainsi que l’attitude de l’enfant envers l’environnement. L’estime de soi, l’estime de soi apparaissent, l’estime de soi se développe activement, l’évolution de la conscience de soi conduit à une réévaluation des valeurs, des besoins et des motivations en matière de restructuration. tepennym.Vse qui est pertinent pour l'activité d'apprentissage est précieux, ce qui est connecté avec le jeu - moins important.

La transition de l’enfant au prochain âge est en grande partie liée à son état de préparation psychologique à l’école.

La période de l'adolescence se caractérise par la présence d'une crise dont l'essentiel est le fossé, la divergence du système éducatif et du système de maturité, qui se produit au tournant de l'école et de la nouvelle vie adulte. son véritable flux: dans la crise de la jeunesse, les jeunes sont confrontés à une crise du sens de la vie.

Le problème central est de trouver un jeune homme doté d’un individu (attitude envers sa culture, la réalité sociale, son époque), de la paternité dans laquelle il développe ses capacités, qui détermine sa propre vision de la vie. Dans sa jeunesse, il maîtrise le métier, crée sa propre famille, choisit son propre sa place dans la vie.

Cela se traduit par un changement d'idées sur votre vie, parfois par une perte d'intérêt pour ce qui était autrefois l'essentiel, voire même par la destruction de l'ancien mode de vie. Il arrive parfois qu'une révision de soi conduise à une réévaluation des valeurs. Cela peut conduire à un changement de profession, de mode de vie familial, de révision de leurs relations avec les autres.La crise de 30 ans est souvent qualifiée de crise du sens de la vie, elle marque en général le passage de la jeunesse à la maturité. ce qui lie le but et le motif qui le sous-tend, c'est la relation entre le but et le motif.

Le problème de la signification se pose lorsque l'objectif ne correspond pas au motif, le code pour le réaliser ne conduit pas à la réalisation de l'objet du besoin, c'est-à-dire lorsque l'objectif a été mal défini.

On pense que la moyenne d'âge est une période d'anxiété caractérisée par la dépression, le stress et les crises. On s'aperçoit qu'il existe un décalage entre les rêves, les objectifs et la réalité. On est confronté à la nécessité de réviser ses plans et de les mettre en corrélation avec le reste de sa vie. Les principaux problèmes de la crise de la quarantaine sont: attractivité, sexualité, rigidité. Les chercheurs voient la raison de la crise de l’âge adulte dans la conscience de la discordance entre leurs rêves, leurs projets de vie et la façon dont ils ont été mis en œuvre. Nia.

Des études modernes ont montré que, dans les années de maturité, de nombreuses personnes subissaient ce phénomène psychologique comme une crise d'identité. Dans l'identité, il existe une certaine non-identité d'une personne pour lui-même, son incapacité à déterminer qui il est, quels sont ses objectifs et ses perspectives de vie, ce qu'il est aux yeux des autres. quelle place prend-il dans une sphère sociale particulière, dans la société, etc.

Crise de retraite:

À la maturité tardive se manifeste une crise de la retraite: violation du régime et des habitudes de vie, insuffisance de la demande en faveur des personnes, détérioration de la santé générale, dégradation de certaines fonctions mentales de la mémoire professionnelle et de l'imagination créatrice, aggravation fréquente de la situation financière et aggravation de la crise. la cause des expériences psychologiques à la fin de la vieillesse est la contradiction des capacités psychologiques spirituelles et biologiques d'une personne.

Néoplasmes: À la fin du premier mois de la vie, les premiers réflexes conditionnels apparaissent: la nouvelle formation de la période néonatale est un complexe de revitalisation, c'est-à-dire la première réaction spécifique d'un enfant à une personne. Le «complexe de revitalisation» passe par 3 étapes: 1) un sourire; 2) sourire + marcher; 3) sourire + vocalisation + revitalisation motrice (pendant 3 mois).

Apparition de concentrations visuelles et auditives Le besoin de communiquer avec un adulte se développe pendant la période néonatale sous l’influence de messages actifs et des effets d’un adulte.

L'émergence de la vie mentale individuelle de l'enfant: un complexe de réveil dans le besoin de communication avec les adultes [V.S. Mukhina], le besoin d'impressions [L.I. Bozhovich].

Le néoplasme central du nouveau-né est l'émergence de la vie mentale individuelle de l'enfant, avec la prévalence d'expériences indifférenciées et le manque d'isolement de soi de l'environnement.Le nouveau-né éprouve toutes les impressions comme des états subjectifs.

Situation sociale de développement: dépendance biologique totale vis-à-vis de la mère.

Activité principale: Communication émotionnelle avec un adulte (mère).

La crise du nouveau-né est le processus même de la naissance, ce que les psychologues considèrent comme un moment difficile et crucial de la vie d’un enfant, dont les raisons sont les suivantes:

1) physiologique: un enfant qui naît est physiquement séparé de sa mère, ce qui est déjà une blessure, et en outre, il entre dans des conditions complètement différentes (atmosphère froide et aérienne, éclairage intense, nécessité de changer de régime);

2) psychologique: séparé de la mère, l'enfant cesse de ressentir sa chaleur, ce qui engendre un sentiment d'insécurité et d'anxiété.

La psyché d'un nouveau-né a une série de réflexes innés non conditionnés qui l'aident dans les premières heures de sa vie, notamment des réflexes de succion, respiratoires, protecteurs, approximatifs, saisissants ("collants"). Nous avons eu le dernier réflexe des ancêtres animaux, mais n'étant pas particulièrement nécessaire, il disparaît bientôt.

La période néonatale est considérée comme le moment de l’adaptation à de nouvelles conditions de vie: l’éveil augmente, la concentration visuelle et auditive se développe, c’est-à-dire la capacité à se concentrer sur les signaux visuels et auditifs, la première combinaison et les réflexes conditionnés se développent, par exemple, la position pendant l’alimentation. - la vision, l’ouïe, le toucher et c’est beaucoup plus rapide que le développement de la motilité.

La situation sociale de développement dans la première année de vie est composée de 2 moments.

Premièrement, le bébé est même biologiquement une créature impuissante.Il n’est pas en mesure de satisfaire lui-même les nécessités de base de la vie. La vie de l’enfant dépend entièrement de l’adulte qui s’occupe de lui: nourriture, mouvement dans l’espace, même se tourner d’un côté à l’autre, n’est pas autrement appliqué. Cette médiation nous permet de considérer l’enfant comme l’être social maximum - son attitude face à la réalité est d’abord sociale.

Deuxièmement, en étant tissé dans le social, l’enfant est privé des principaux moyens de communication - la parole. Avec toute l’organisation de la vie, l’enfant est obligé de communiquer au maximum avec les adultes, mais cette communication est particulière - sans paroles.

En contradiction entre la socialité maximale et les possibilités de communication minimales, les fondements du développement de l’enfant en bas âge sont jetés.

L'âge des seins (les deux premiers mois) se caractérise par une impuissance totale et une dépendance du nourrisson vis-à-vis des adultes: sensations visuelle, auditive, gustative, olfactive, réflexe de succion.

À partir du deuxième mois, il est possible de distinguer les couleurs, une seule image du visage et de la voix de la mère (perception de l’apparence humaine): l’enfant peut garder la tête, peut se concentrer après avoir entendu le discours des adultes.

À ce stade de la vie, un complexe de réveil apparaît (à la vue de la mère, l'enfant sourit, ressuscite, bouge).

À chaque étape de la petite enfance, ses propres caractéristiques apparaissent:

♦ 3ème mois de la vie: des mouvements saisissants sont formés, les formes des objets sont reconnues.

♦ 4ème mois: les objets sont reconnus par le nourrisson, il effectue des actions intentionnelles (ramasse, secoue le jouet), s'assoit s'il y a un support, répète de simples syllabes et distingue l'intonation des déclarations des adultes.

5- 5- mois: observer les actions de quelqu'un, coordonner ses mouvements.

♦ 7-8 mois: l'enfant se souvient de l'image de l'objet, cherche activement l'objet disparu, se met à l'écoute phonémique, s'assied de manière autonome, se lève, s'il est soutenu, rampe. Des sentiments divers apparaissent: peur, dégoût, joie, etc. moyen de communication émotionnelle et d’impact sur les adultes (babillage), le bébé associe l’objet perçu à son nom / nom: tourne la tête vers l’objet appelé, le saisit.

♦ 9-10 mois: l'enfant établit un lien entre les objets, supprime les barrières, obstacles qui entravent la réalisation d'un objectif; il se lève, rampe; la mémoire associative est suffisamment puissante: il reconnaît les objets par leurs parties, la communication objective avec les adultes répond au nom qui leur est attribué. l'enfant le prend et l'étend à un adulte.

♦ 11-12 mois: compréhension des mots des personnes et des équipes, apparition des premiers mots significatifs, capacité de marcher, maîtrise des moyens d'influencer les adultes, découverte accidentelle de nouvelles opportunités pour atteindre l'objectif, développement d'une pensée efficace visuellement, étude d'objets.

♦ Le développement de la parole et le développement de la pensée vont de pair. On ajoute une confiance fondamentale ou une méfiance envers le monde (en fonction des conditions de vie et du comportement de la mère).

Nouvelle croissance: la marche en tant qu’expression physique de l’indépendance de l’enfant, l’apparition du premier mot en tant que moyen de discours situationnel émotionnel.

La crise d'un an:

Le contenu de la crise d'un an du nourrisson est associé aux points suivants.

• le développement de la marche: la marche est le principal moyen de transport dans l’espace, principale tumeur du jeune enfant, qui marque la rupture de la situation de développement ancienne.

• l’apparition du premier mot: l’enfant apprend que chaque chose a son propre nom, l’augmentation du vocabulaire de l’enfant, la direction du développement de la parole passe du passif au actif.

• l'enfant a les premiers actes de protestation, s'opposant aux autres, les soi-disant réactions hypobuliques, qui se révèlent surtout lorsque l'enfant se voit refuser quelque chose (crie, tombe à terre, repousse les adultes, etc.).

En bas âge. " par un langage autonome, des actions concrètes, le négativisme, des caprices, l’enfant s’isole des adultes et s’impose. "

24 Caractéristiques d'âge de l'enfance: l'âgecadre, situation sociale, vdv, néoplasmes, crise

Petite enfance 1-3 ans

RSS: la famille de l'enfant tout en maintenant la position de mère

-la formation de la motricité fine, l'amélioration de la grande motricité

-formation de la perception qui joue un rôle majeur dans tous les processus mentaux

-développement de la parole! cette période est sensible au développement de la parole (1,5 à 3 000 mots)

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie