Le syndrome de burnout est la réponse psychologique d’une personne à la fatigue émotionnelle à long terme, qui se manifeste par une perte d’intérêt pour la vie. Une telle réaction peut "mûrir" pendant des mois voire des années. Le psychologue américain Herbert Frudenberger a donné en 1974 la définition du CMEA comme un problème «né de la société et du temps dans lequel nous vivons, une lutte constante pour remplir nos vies de sens. Cet état ne disparaît pas si vous l'ignorez. "

Le CAEM peut survenir chez presque toutes les personnes et se développe selon le scénario suivant (bien qu'une personne ne passe pas toujours toutes les étapes):

• la décision de travailler plus;

• négligence de leurs besoins;

• manque de compréhension du conflit (une personne ne comprend pas la racine du problème de son mauvais état de santé)

• changement de valeurs (perte d'amis, de famille, d'activités préférées, etc.);

• déni de problèmes imminents (le cynisme, l'agression et la frustration deviennent apparents);

• l'isolement social (il y a donc une base pour l'alcoolisme, la toxicomanie, etc.);

• changements notables dans le comportement;

• SEV (pensées suicidaires, épuisement mental et physique complet).

La cause du CMEA est le stress causé par la vie généralement trop riche: un grand nombre de réunions, de réunions, de projets, le respect irréaliste des obligations, des choses secondaires et inutiles qui distraient du travail principal, ainsi que de nombreux autres facteurs affectant la vie humaine dans notre information sursaturée. monde de la technologie. Le stress lui-même ne cause généralement pas de problèmes majeurs, mais en ce qui concerne les stress longs et nombreux, chacun de nous a ses limites de stabilité et lorsque nous les surmontons, nous nous trouvons au bord du surmenage.

Comment éviter de devenir une victime du CAEM:

1. Analysez vos motivations dans la vie. Habituellement, les enseignants, les médecins, les gestionnaires et les représentants d'autres professions qui communiquent souvent avec des personnes (patients, étudiants, clients, etc., qui ne se comportent pas toujours «bien»), sont obligés de se comporter poliment et poliment dans l'exercice de leurs fonctions. éprouver le véritable amour pour les gens. Au fil du temps, l'incitation (salaire, carrière, etc.) à «aimer» les gens s'affaiblit ou disparaît et une personne laisse libre cours à ses véritables sentiments. Si cette attitude ne change pas, la personne est forcée de changer de travail, en espérant que lorsqu'elle se trouvera dans un endroit où il ne sera pas nécessaire d'aimer aussi souvent les autres, sinon des personnes faciles à aimer tomberont. Comment apprendre à aimer vraiment les gens?

2. Simplifiez-vous la vie. La télévision, Internet, les téléphones mobiles et d’autres médias nous aident dans notre travail, mais en même temps, ils transmettent beaucoup d’informations inutiles. Cela nous distrait de nos responsabilités directes, prend du temps et de l’intelligence et donne finalement l’impression que nous sommes dépassés.

3. Prenez le temps de vous détendre. Privilégiez le travail physique utile dans lequel l'esprit repose: travail dans un jardin ou un potager, culture des fleurs, bricolage, promenade dans un parc ou une forêt, etc. Le repos sur la nature a un effet régénérant. Évitez de regarder la télévision ou de surfer sur Internet pendant longtemps.

4. Restez saines habitudes alimentaires. Mangez surtout des aliments végétaux, évitez les stimulants du café, du thé, de l'alcool et des épices chaudes. Il est important de consommer de 6 à 8 verres d’eau par jour.

5. Développer des habitudes de vie régulières concernant les habitudes de sommeil et la consommation de nourriture.

6. Ne vous limitez pas dans un rêve. En moyenne, une personne doit dormir 7 à 8 heures par jour.

7. Reposez-vous au moins une fois par semaine. Comprendre le besoin d'une personne de restaurer l'esprit, l'âme et le corps.

8. Ne faites pas de promesses que vous ne pouvez pas tenir. En nous surchargeant, nous devenons irritables et agressifs, car nous sentons la pression d’obligations non remplies.

Burnout dans la vie

Dans un passé récent, le terme «épuisement émotionnel» (épuisement émotionnel) n'était connu que des travailleurs sociaux et des représentants des professions de la communication. Malheureusement, de nos jours, beaucoup plus de personnes présentent des symptômes d'épuisement professionnel qui se manifestent non seulement dans les activités professionnelles, mais également dans la vie personnelle. Les principaux signes de cette maladie sont la soi-disant «paralysie» des sentiments et des émotions, le manque de force, d’énergie. Comment le syndrome de burnout se développe-t-il, peut-il être prévenu et comment survivre à la perte de joie et d'optimisme? Essayons de le comprendre.

Burnout facile et chronique

Tout le monde est périodiquement confronté aux symptômes d'épuisement émotionnel primaire et léger - cet état se produit généralement après un travail intense et urgent, qui a nécessité beaucoup de force et d'énergie de notre part. Pendant une crise et une tension élevée, le corps se mobilise: dans de telles situations, nous éprouvons souvent une émotion, nous sommes capables de travailler sans repos pendant longtemps et de percevoir une énorme quantité d'informations. Cependant, après un certain temps, les premiers symptômes d'épuisement apparaissent: irritabilité, diminution de la motivation, mauvaise humeur, etc.

La cause de ces symptômes est une fatigue physique et psychologique et, une fois la situation stressante terminée, l'état redevient normal. En règle générale, nous pensons intuitivement que nous pouvons nous aider à récupérer après un travail en urgence et nous accorder quelques jours de repos, de détente, de sommeil et de vacances. Il n’ya pas de problème particulier avec un léger épuisement émotionnel - notre corps a la capacité de récupérer assez rapidement. Si la tension ne s'atténue pas et que la situation reste stressante pendant longtemps, le système nerveux humain ne se lève pas et le soi-disant épuisement émotionnel chronique se manifeste - un état caractérisé par un trouble.

Maladie des volontaires et des travailleurs sociaux

Le premier spécialiste à avoir développé le terme épuisement professionnel fut le psychiatre américain Herbert Freudenberger. En 1974, il publia son article sur des volontaires confrontés aux mêmes symptômes: fatigue constante, épuisement nerveux, maladies fréquentes. L'étude a montré que toutes ces personnes étaient initialement engagées dans des activités de bénévolat avec plaisir, mais que leurs sentiments et leurs émotions ont progressivement changé.

Une attitude attentive et bienveillante envers les personnes qui ont besoin d’aide est devenue grossière, négative et négative. Le désir de communiquer avec des collègues et d'autres personnes a été remplacé par une proximité totale, une réticence à entrer dans une relation quelconque. Freudenberger a qualifié cet état d'épuisement émotionnel et a sérieusement commencé à l'étudier. Des études complémentaires l’ont aidé à formuler les principaux symptômes, les stades de développement du trouble et à trouver des moyens de le surmonter.

Symptômes d'épuisement professionnel

• exacerbation des maladies chroniques existantes, immunité réduite;

• troubles du sommeil - insomnie ou au contraire somnolence.

• frustration au travail et / ou dans la vie personnelle;

Burnout émotionnel: signes, pathogenèse, méthodes de contrôle et de prévention

Dans le monde actuel, avec sa rapidité et les exigences de chaque individu, l'épuisement émotionnel est un syndrome qui se généralise. L'épuisement moral et mental atteint un point tel qu'il est difficile de continuer sereinement à mener nos activités, à communiquer avec notre entourage et même à évaluer correctement la réalité environnante.

Beaucoup de gens remarquent des signes de ce problème, essayent de comprendre ce que c'est et comment traiter l'épuisement émotionnel afin d'améliorer leur qualité de vie. Pour ce faire, vous devez comprendre les caractéristiques du trouble mental, être capable de détecter le stade de développement du syndrome et de contacter un spécialiste à temps si vos propres actions et votre travail sur vous-même ne donnent pas le résultat souhaité. Bien qu'il soit préférable d'empêcher le développement du problème, en prenant des mesures préventives.

Quel est le syndrome de l'épuisement professionnel

Le concept d '"épuisement émotionnel" a été proposé et décrit il y a plus de 40 ans par le psychiatre américain Herbert Freudenberg. Initialement, le terme décrivait l'état des personnes qui, dans leurs activités professionnelles, sont obligées de communiquer constamment avec les autres, gaspillant toute leur énergie pour cela. L'épuisement émotionnel de l'individu était associé à un stress constant au travail, à un sentiment de tension interne et à l'incapacité de s'acquitter correctement de ses tâches.

Cependant, ce terme de psychologie comprend aujourd'hui un plus large éventail de définitions. Par exemple, l'épuisement émotionnel est considéré séparément dans la famille, en particulier par rapport aux femmes après l'accouchement, qui sont responsables du ménage et sont engagées dans des enfants. La routine quotidienne des affaires répétitives, le manque de temps libre pour soi-même et la concentration totale sur les intérêts de la famille font que la femme cesse de ressentir la joie de son statut matrimonial, de la communication avec ses proches, des actions entreprises.

Ainsi, le syndrome de burnout émotionnel (CMEA) est un état d’apathie et de dépression associé à une surcharge du cerveau et du système nerveux, entraînant un épuisement de la personnalité. Certaines personnes vivent pendant des années sans rien changer et ne prêtant aucune attention au fait que leur efficacité est bien inférieure à ce qu'elle pourrait être. Bien que le problème puisse et doive être combattu.

Causes et facteurs provocateurs du CAEM

Pour comprendre comment faire face à l'épuisement émotionnel et améliorer la qualité de votre vie, il est utile de déterminer quels facteurs provoquent cette maladie. Ses raisons ne résident pas seulement dans une charge de travail accrue ou dans un stress constant. Il existe d'autres conditions préalables pouvant provoquer un épuisement émotionnel complet. Parmi eux:

  • travail monotone, répété de jour en jour;
  • récompenses inadéquates pour le travail, tant moral que matériel;
  • critique constante et désapprobation de collègues ou de gestionnaires;
  • l'incapacité de voir les résultats de leurs travaux;
  • manque de clarté du travail effectué, exigences et conditions en constante évolution.

À eux seuls, ces facteurs peuvent affecter négativement l'humeur et la conscience de soi de toute personne. Mais ils ont encore plus d'influence si leur caractère est enclin au maximalisme, s'il s'agit d'une personne qui a un sens aigu des responsabilités et qui est disposée à se sacrifier au profit des intérêts des autres. Ensuite, il sera dans un état de stress constant et de surtension.

En ce qui concerne les jeunes mères et les femmes en congé de maternité, il existe suffisamment de facteurs dans leur vie qui déclenchent le développement du problème. Une routine quotidienne, des actions répétitives pour s'occuper d'un enfant, une concentration totale sur ses intérêts. Même si maman fait tout à la perfection, le lendemain elle devra tout répéter: cuisiner, ranger, nourrir, prendre soin et changer de vêtements. Dans de telles conditions, même la psyché la plus stable peut échouer.

Connaissant les causes du problème, vous pouvez essayer d'empêcher son développement. La prévention de l'épuisement professionnel et émotionnel est beaucoup plus facile et plus efficace que son traitement. Si vous faites attention à vous-même à temps, vous pouvez même vous passer de l'aide d'un spécialiste.

Développement et stades du syndrome de burnout

La pathogenèse de la violation montre clairement comment, par instabilité et confort, une personne devient progressivement irritable, fatiguée, en tension et stress constants. Les psychologues soulignent que les signes d’épuisement professionnel sont le plus souvent manifestés par des professionnels dont le travail est en relation avec d’autres personnes: enseignants, médecins, secouristes, secteur des services. Cependant, la pratique montre que le syndrome affecte presque tout le monde.

L'augmentation du syndrome passe par 5 étapes de développement:

  1. Le stress et l'anxiété sont présents dans la vie de chaque personne, mais au premier stade, il y a suffisamment d'énergie pour continuer à manger.
  2. Au fil du temps, les premiers symptômes apparaissent: le sommeil se dégrade, les performances diminuent.
  3. L'aggravation de la situation provoque une paralysie du travail qui oblige une personne à passer plus de temps dessus, à rester tard ou même à rentrer chez elle à la maison.
  4. Il existe une sensation de fatigue constante qui affecte la santé physique: il existe des maladies associées à une diminution de l'immunité. De plus, les manifestations émotionnelles négatives augmentent - insatisfaction de soi-même, manque de retenue dans la communication avec les autres, le nombre de conflits augmente.
  5. Il en résulte une instabilité mentale lorsqu'une personne cesse de se réjouir de quelque chose, se sent constamment en panne et fait des efforts considérables pour continuer à faire son travail. Il y a un sentiment de dépression profonde et le manque de désir de la quitter.

Si vous êtes attentif à vous-même, à la deuxième étape, vous pouvez comprendre votre état et essayer de changer quelque chose afin d'empêcher le développement d'un problème grave. L'épuisement affecte tous les domaines de la vie, en altère la qualité et provoque un arrêt du développement et de la croissance.

L'épuisement émotionnel dans une relation a une pathogenèse similaire et passe par les mêmes étapes lorsqu'une personne essaie de tout faire pour une autre, consacre du temps et de l'attention, met sa force et son énergie. Et il ne reçoit pas en retour les sentiments et les émotions qu’il partage. On peut en dire autant des jeunes mères en congé de maternité. L'abandon complet épuise le corps, physiquement et psychologiquement. Une telle situation peut atteindre un stade où il est impossible de se passer de l'aide d'un spécialiste.

Symptômes d'épuisement professionnel

Il n'est pas difficile de reconnaître l'attaque du CAEM en soi ou chez un être cher, et des changements négatifs se manifestent dans de nombreux domaines de la vie. Il est très difficile de cacher les signes physiques de l’état en croissance, même si l’attitude envers soi-même et les symptômes sociaux et comportementaux se font également sentir. La détection précoce de ces manifestations fournira l’occasion d’attirer l’attention sur le problème et de le résoudre. Après tout, ignorer la situation peut conduire au fait qu’une personne ne veut rien changer et se battre avec le CAEM.

Parmi les manifestations physiques de l'épuisement professionnel figurent:

  • immunité réduite, se manifestant dans des maladies fréquentes;
  • maux de tête et vertiges;
  • changement d'appétit, manque de plaisir à manger;
  • troubles du sommeil;
  • faiblesse, fatigue, douleurs dans les muscles et les articulations;
  • transpiration accrue;
  • violation du coeur.

Les symptômes les plus importants d'un problème dans le domaine de la communication sociale et de l'interaction avec d'autres personnes sont:

  • le manque de désir de communiquer avec quelqu'un, le désir de solitude;
  • manifestation d'attitudes négatives envers les autres: colère, incontinence, agressivité, envie;
  • pessimisme et plaintes constantes à propos de tout ce qui se passe;
  • manque de désir d'aider quelqu'un, le désir d'éviter toute interaction.

Même ouvert et toujours prêt à venir en aide aux personnes sous l'influence du CMEA, il se retire, devient agressif et détaché. En essayant d'atténuer leur propre hostilité envers les autres, ils peuvent commencer à consommer de l'alcool, ce qui engendre en outre le développement d'une dépendance grave.

Parmi les signes personnels d'épuisement peuvent être appelés:

  • manque de confiance en soi;
  • irritabilité et humeur;
  • rester constamment de mauvaise humeur, apathie pour tout ce qui l'entoure;
  • manque de désir et de désir;
  • manque de motivation, à la fois professionnelle et personnelle.

Plus une personne plonge dans un état d'apathie profond, plus il lui sera difficile et long de faire face avec elle. Après tout, à un certain stade, le désir et la force de changer leur vie disparaissent, il devient indifférent ce qui se passera ensuite. Par conséquent, en remarquant des symptômes d'épuisement croissant, il est préférable de commencer immédiatement à agir et de ne pas vous laisser tomber dans la dépression.

Comment gérer l'épuisement émotionnel

Les vacances sont le moyen le plus efficace de guérir le CAEM, de redonner force et énergie à une personne. Il est nécessaire de prendre une pause du travail, de s’éloigner de tous les cas pendant au moins une semaine et de changer de poste. Le repos complet implique de changer la situation, bien qu'il ne soit pas nécessaire d'acheter des bons d'achat coûteux et de voler à l'autre bout du monde. Vous pouvez aller à la campagne, chez des parents du village, prendre une tente et aller dans les bois, ou au moins rester à la maison et plonger dans des activités autres que professionnelles. Il est conseillé aux professionnels qui travaillent constamment avec des personnes de rester seules, de rester au calme pendant plusieurs jours, de faire des travaux de jardinage, de se rendre en mer. Les conséquences de l'épuisement professionnel seront beaucoup plus graves et nécessiteront plus de temps, d'efforts et de finances, de sorte que de petites vacances sont un moyen moins coûteux de vous restaurer.

Parmi les autres méthodes de résolution du problème, citons:

  1. Si vous ne pouvez pas prendre de longues vacances, vous devez organiser correctement votre week-end ou au moins une soirée de repos. Promenez-vous, partez en excursion, allez au théâtre ou au planétarium. Vous devez essayer de changer radicalement le travail du cerveau et de vous distraire de la routine quotidienne.
  2. Faire du sport. Au moins deux à trois fois par semaine, une bonne activité physique aura un effet positif. C'est mieux si c'est le yoga, la natation ou le jogging le matin. Bien que l'équipement de conditionnement physique ou d'exercice donne également de bons résultats.
  3. Apprenez à déléguer des pouvoirs, terminez votre travail à temps et ne ramenez pas de problèmes professionnels chez vous. Si la charge est si importante qu'il est difficile de tout faire en une journée, vous devez argumenter devant le responsable de la nécessité d'un assistant. Vous pouvez travailler 24 heures sur 24, mais pas pour longtemps.
  4. Consultez un spécialiste. S'il est difficile de faire face à la situation par vous-même et de vous rétablir, et que les méthodes éprouvées ne vous aident pas, vous ne pouvez pas vous passer de l'aide d'un bon psychologue. Pour le trouver, vous devez demander à vos amis ou lire des critiques.

L'épuisement émotionnel peut se transformer en une dépression prolongée et profonde si vous ne le remarquez pas à temps et commencez à changer votre vie. Le succès ne peut être qu'un peuple heureux et plein d'énergie.

Méthodes de prévention des problèmes psychologiques

Les moyens de prévenir l'épuisement émotionnel sont très similaires aux méthodes de lutte, mais ils doivent être appliqués à l'avance. Ensuite, il sera possible d'empêcher l'apparition du problème, de vivre une vie pleine et heureuse. Parmi les moyens les plus efficaces et les plus simples de prévenir le CAEM, notons:

  1. Passe-temps ou passe-temps. Même si une personne est occupée au travail, ce que vous préférez pendant votre temps libre vous aidera à changer de direction et à vous détendre.
  2. Lire des livres et se connaître. La capacité d'entendre les signaux de votre corps, l'intuition et l'intelligence émotionnelle accrue aident à contrôler la situation et votre propre état psychologique afin d'empêcher la dépression de progresser.
  3. Le sport et le repos régulier est le minimum qu'une personne puisse faire pour elle-même, pour toujours être pleine d'énergie physique et spirituelle.
  4. Communication avec les proches, passer du temps avec les enfants.
  5. Pauses et délais d'attente au travail. Cela est particulièrement vrai de la situation qui chauffe et devient incontrôlable. Il est préférable de faire une courte pause, de passer à autre chose et de revenir un peu plus tard à la résolution du problème.

La prévention est beaucoup plus facile que le traitement et la lutte contre le CMEA. De plus, ses méthodes contribueront à enrichir et diversifier la vie et il n’y aura plus de place pour l’agression et l’épuisement.

Conclusion

Ainsi, le syndrome d'épuisement émotionnel est un problème de la société moderne, qui est familier à beaucoup de gens. Pour combattre et prévenir l'épuisement, il est important de comprendre la pathogenèse de cette maladie, de pouvoir en détecter les signes et, si nécessaire, de faire appel à un spécialiste. Bien que, si vous prenez le temps et l'attention que vous portez à vous-même, appliquez des méthodes de prévention, de telles violations de votre état psychologique peuvent être évitées.

L'épuisement émotionnel: étapes, quoi faire et à qui la faute

Le 27 novembre 2014, Alfried Längle, psychothérapeute autrichien de renom, fondateur de l'analyse existentielle moderne, s'est tenu sur le thème «L'épuisement émotionnel - Cendres après un feu d'artifice. Compréhension existentielle-analytique et alerte. ” Nous publions le texte de la conférence dans une petite abréviation.

L'épuisement émotionnel est un symptôme de notre temps. C’est un état d’épuisement qui entraîne la paralysie de nos forces et de nos sentiments et s’accompagne d’une perte de joie face à la vie.

En cette période de pointe, les cas d’épuisement professionnel sont en augmentation. Cela s’applique non seulement aux professions sociales, pour lesquelles le syndrome de burnout était typique auparavant, mais également à d’autres professions, ainsi qu’à la vie personnelle de la personne.

La propagation du syndrome de l'épuisement professionnel contribue à notre époque - le temps de la réalisation, de la consommation, du nouveau matérialisme, du divertissement et de la jouissance de la vie. C'est le moment où nous nous exploitons et nous permettons d'être exploités. C'est ce dont j'aimerais parler aujourd'hui.

Je vais d’abord décrire le syndrome de surmenage et dire quelques mots sur la manière de le reconnaître. J'essaierai ensuite de vous expliquer le contexte dans lequel se produit ce syndrome, puis de vous donner un aperçu du travail relatif au syndrome de l'épuisement professionnel et de montrer comment vous pouvez le prévenir.

Alfried Lengle - psychologue autrichien, psychothérapeute. Basé sur la logothérapie et l'analyse du logo, il a développé une nouvelle direction en psychothérapie, appelée analyse existentielle.

Épuisement émotionnel

Qui ne connaît pas les symptômes de l'épuisement professionnel? Je pense que chaque personne les a jamais ressentis. Nous trouvons des signes d'épuisement en nous-mêmes. Si nous avons vécu beaucoup de stress, nous avons accompli quelque chose de grand. Par exemple, si nous préparions des examens, travaillions sur un projet, rédigions une thèse ou élevions deux jeunes enfants. Il arrive que sur le lieu de travail, il y ait eu beaucoup de stress, qu'il y ait eu des situations de crise ou, par exemple, pendant l'épidémie de grippe, les médecins devaient travailler beaucoup.

Et ensuite, il y a des symptômes tels que l'irritabilité, le manque de désir, les troubles du sommeil (quand une personne ne peut pas dormir ou, au contraire, elle dort très longtemps), une diminution de la motivation, une personne se sent mal à l'aise, des symptômes dépressifs peuvent apparaître.

Il s’agit d’une simple option d’épuisement professionnel - épuisement professionnel au niveau de la réaction, réaction physiologique et psychologique au stress excessif. Lorsque la situation prend fin, les symptômes disparaissent d'eux-mêmes. Dans ce cas, des jours de congé, du temps libre, du sommeil, des vacances et du sport peuvent vous aider. Si nous ne réapprovisionnons pas l'énergie par le repos, le corps passe en mode d'économie d'énergie.

Lorsque la situation ayant contribué à l'épuisement émotionnel prend fin, les symptômes disparaissent d'eux-mêmes.

En fait, le corps et la psyché sont disposés de manière à créer une grande tension. Après tout, les gens doivent parfois travailler beaucoup pour atteindre de grands objectifs. Par exemple, pour sauver votre famille d’un problème quelconque.

Le problème est ailleurs: si l'appel ne prend pas fin, c'est-à-dire que si les personnes ne peuvent vraiment pas se reposer, elles sont constamment en tension, si elles ont constamment le sentiment d'être confrontées à des demandes, elles s'inquiètent toujours de quelque chose, elles ont peur, ils sont constamment vigilants à propos de quelque chose, ils attendent quelque chose, cela entraîne une surcharge du système nerveux, une personne a des muscles tendus, des douleurs apparaissent. Dans un rêve, certaines personnes commencent à grincer des dents - cela peut être l’un des symptômes du surmenage.

Burnout émotionnel chronique

Si le stress devient chronique, l'épuisement professionnel va au niveau de la maladie.

En 1974, le psychiatre new-yorkais Freudenberger a publié pour la première fois un article sur des volontaires qui travaillaient dans le domaine social pour le compte de l'église locale. Dans cet article, il a décrit leur situation. Ces personnes avaient des symptômes similaires à ceux de la dépression. Dans son histoire, il a toujours trouvé la même chose: au début, ces gens étaient absolument ravis de leurs activités.

Puis, ce plaisir a progressivement commencé à diminuer. Et finalement, ils ont brûlé jusqu’à l’état d’une poignée de cendres. Tous avaient des symptômes similaires: épuisement émotionnel, fatigue constante. Un seul pensant que demain il fallait aller au travail, ils se sentaient fatigués. Ils avaient divers problèmes corporels, ils étaient souvent malades. C'était l'un des groupes de symptômes.

Quant à leurs sentiments, ils n'avaient plus le pouvoir. Ce qu'il a appelé la déshumanisation est arrivé. Leur attitude envers les personnes qu’ils aidaient a changé: c’était d’abord une attitude aimante et attentive, puis cynique, négative et négative. Les relations avec les collègues se sont également détériorées, le sentiment de culpabilité, le désir de s'éloigner de tout. Ils travaillaient moins et faisaient tout dans un modèle, comme des robots. C'est-à-dire que ces personnes n'étaient plus en mesure, comme auparavant, d'entrer en relation et ne cherchaient pas à cela.

Ce comportement a une certaine logique. Si mes sentiments n’ont plus de pouvoir, je n’ai pas la force d’aimer, d’écouter, et les autres deviennent un fardeau pour moi. J'ai l'impression que je ne peux plus les satisfaire, leurs demandes à mon égard sont excessives. Ensuite, les réactions défensives automatiques commencent à opérer. Du point de vue de la psyché, c'est très raisonnable.

En tant que troisième groupe de symptômes, l'auteur a constaté une diminution des performances. Les gens étaient mécontents de leur travail et de leurs réalisations. Ils se sont vus impuissants et n'ont pas eu le sentiment de réussir. Tout était trop pour eux. Et ils ont estimé qu'ils n'avaient pas obtenu la reconnaissance qu'ils méritaient.

Après avoir mené cette étude, Freudenberger a constaté que les symptômes d'épuisement professionnel n'étaient pas en corrélation avec le nombre d'heures travaillées. Oui, plus quelqu'un travaille, plus son pouvoir émotionnel en souffre. L'épuisement émotionnel croît proportionnellement au nombre d'heures travaillées, mais les deux autres groupes de symptômes - productivité et déshumanisation, déshumanisation des relations - ne sont presque pas affectés. L'homme continue à être productif pendant un moment. Cela indique que l'épuisement professionnel a sa propre dynamique. C'est plus que juste l'épuisement. Nous allons nous attarder là-dessus.

Les étapes de l'épuisement professionnel

Freudenberger a créé une échelle composée de 12 étapes d’épuisement professionnel.

La première étape semble toujours très inoffensive: d’abord, les patients souffrant d’épuisement professionnel ont un désir obsessionnel de s’affirmer («je peux faire quelque chose»), peut-être même en concurrence avec d’autres.

Commence alors une attitude insouciante envers leurs propres besoins. Une personne ne consacre plus son temps libre, fait moins de sport, il a moins de temps pour les gens, pour elle-même, il parle moins avec quelqu'un.

À l'étape suivante, une personne n'a pas le temps de résoudre les conflits - et par conséquent, elle les supprime et, plus tard, cesse même de les percevoir. Il ne voit pas cela au travail, à la maison, avec des amis, il y a des problèmes. Il se retire. Nous voyons quelque chose comme une fleur qui s'estompe de plus en plus.

À l'avenir, les sentiments sont perdus par rapport à eux-mêmes. Les gens ne se sentent plus. Ce ne sont que des machines, des machines et ne peuvent plus s'arrêter. Au bout d'un moment, ils ressentent un vide intérieur et, s'il persiste, ils deviennent plus souvent déprimés.

À la dernière étape, la douzième étape, la personne est complètement brisée. Il tombe malade physiquement et mentalement, il est désespéré, des pensées suicidaires sont souvent présentes.

Un jour, un patient est venu vers moi avec un épuisement émotionnel. Il est venu, s'est assis sur une chaise, a expiré et a dit: "Je suis heureux d'être ici." Il avait l'air épuisé. Il s'est avéré qu'il ne pouvait même pas m'appeler pour organiser une réunion - sa femme a composé un numéro de téléphone.

Je lui ai alors demandé par téléphone à quel point c'était urgent. Il a répondu que c'était urgent. Et puis je suis d'accord avec lui sur la première réunion de lundi. Le jour de la réunion, il a avoué: «Tous les deux jours de congé, je ne pouvais pas garantir que je ne sauterais pas par la fenêtre. Mon état était si insupportable. "

Il était un homme d'affaires très réussi. Son personnel n'en savait rien - il a réussi à leur cacher son état. Et pendant très longtemps, il l'a caché à sa femme. À la onzième étape, sa femme l’a remarqué. Il continuait toujours à nier son problème. Et seulement quand il ne pouvait plus vivre, déjà sous la pression de l'extérieur, il était prêt à faire quelque chose. C'est à quel point le syndrome de l'épuisement professionnel peut mener. Bien sûr, ceci est un exemple extrême.

Epuisement émotionnel: de l'enthousiasme au dégoût

Afin de définir en termes simples la manière dont l'épuisement émotionnel se manifeste, on peut recourir à la description du psychologue allemand Mathias Burish. Il a décrit quatre étapes.

La première étape semble totalement inoffensive: elle n’est pas vraiment épuisée. C'est le stade où vous devez être attentif. C'est alors que l'homme est motivé par l'idéalisme, quelques idées, un certain enthousiasme. Mais les exigences qu'il fait constamment à son égard sont excessives. Il exige trop de lui-même pendant des semaines et des mois.

La deuxième étape est l'épuisement: faiblesse physique, émotionnelle, corporelle.

Dans la troisième étape, les premières réactions défensives commencent généralement à agir. Que fait une personne si les demandes sont constamment excessives? Il quitte la relation, la déshumanisation se produit. C’est la réaction de la neutralisation en tant que défense, afin que l’épuisement ne devienne pas plus fort. Intuitivement, une personne sent qu'elle a besoin de paix et, dans une moindre mesure, soutient les relations sociales. La relation qui doit vivre, car sans eux, vous ne pouvez pas faire, accablés par le rejet, la répulsion.

C'est, en principe, c'est la bonne réaction. Mais seul le domaine où cette réaction commence à agir ne convient pas à cela. Au contraire, une personne doit être plus calme face aux exigences qui lui sont présentées. Mais c’est précisément ce qu’ils ne parviennent pas à faire: s’éloigner des demandes de renseignements et des plaintes.

La quatrième étape est l'amélioration de ce qui se passe dans la troisième étape, la phase terminale de l'épuisement professionnel. Burish est appelé "syndrome de dégoût". Ce concept, qui signifie qu'une personne n'est plus dans aucune joie. En ce qui concerne tout, il y a du dégoût. Par exemple, si je mangeais du poisson pourri, je vomissais et le lendemain, j'entendais une odeur de poisson, j'étais dégoûté. C'est-à-dire ce sentiment protecteur après un empoisonnement.

Causes d'épuisement professionnel

En parlant de raisons, en général, il y a trois domaines.

Il s'agit d'un domaine psychologique individuel, lorsqu'une personne a un fort désir de s'abandonner à ce stress.

La seconde sphère, sociopsychologique ou sociale, est la pression extérieure: diverses tendances de la mode, certaines normes sociales, les exigences du travail, l’esprit du temps. Par exemple, on pense que chaque année, il faut faire un voyage - et si je ne peux pas, je ne fais pas correspondre les personnes qui vivaient à cette époque à leur mode de vie. Cette pression peut être exercée sous une forme latente et peut provoquer un surmenage.

Les exigences plus dramatiques sont, par exemple, les exigences des heures de travail prolongées. Aujourd'hui, une personne recycle et ne reçoit pas de paiement, et si elle ne le fait pas, elle sera licenciée. Les raffineries permanentes sont les coûts inhérents à l'ère capitaliste, dans laquelle vivent également l'Autriche, l'Allemagne et probablement la Russie.

Nous avons donc identifié deux groupes de raisons. Nous pouvons travailler avec le premier dans l'aspect psychologique, dans le cadre du conseil, et dans le second cas, nous devons changer quelque chose au niveau politique, au niveau des syndicats.

Mais il y a aussi une troisième raison, liée à l'organisation des systèmes. Si le système laisse à l'individu trop peu de liberté, trop peu de responsabilités, en cas de mobilisation, les gens sont soumis à un très grand stress. Et bien entendu, la restructuration du système est nécessaire. Il est nécessaire de développer l'organisation d'une manière différente, d'introduire le coaching.

Épuisement émotionnel: le sens ne peut être acheté

Nous nous limitons à un groupe de raisons psychologiques. Dans une analyse existentielle, nous avons découvert empiriquement que la cause de l'épuisement émotionnel est un vide existentiel. L'épuisement émotionnel peut être compris comme une forme spéciale de vide existentiel. Viktor Frankl a décrit le vide existentiel comme un sentiment de vide et de manque de sens.

Une étude réalisée en Autriche, au cours de laquelle 271 médecins ont été testés, a montré les résultats suivants. Il a été constaté que les médecins qui menaient une vie riche de sens et ne souffraient pas d’un vide existentiel n’étaient presque pas épuisés, même s’ils travaillaient pendant de nombreuses heures. Les mêmes médecins qui avaient un vide existentiel relativement élevé dans leur travail ont montré des taux élevés d'épuisement professionnel, même s'ils travaillaient moins d'heures.

Nous pouvons en conclure que le sens ne peut être acheté. Gagner de l'argent ne fait rien si je souffre de vide et de manque de sens dans mon travail. Nous ne pouvons pas compenser cela.

Le syndrome de l'épuisement professionnel nous pose la question suivante: est-ce que je comprends vraiment ce que je fais? La signification dépend si nous sentons une valeur personnelle dans ce que nous faisons ou non. Si nous suivons le sens apparent: carrière, reconnaissance sociale, amour des autres, alors c'est un sens faux ou apparent. Cela nous coûte beaucoup de force et cause du stress. Et par conséquent, nous avons un déficit de performance. Ensuite, nous éprouvons des ravages - même lorsque nous nous détendons.

À l'autre extrême, il y a un mode de vie où nous vivons pleinement, même si nous sommes fatigués. L'exécution, malgré la fatigue, ne conduit pas à l'épuisement professionnel.

En résumé, nous pouvons dire ce qui suit: l’épuisement professionnel est l’état final qui résulte de la création en cours de quelque chose qui n’a pas d’expérience sous l’aspect de l’épanouissement. C’est-à-dire que si dans ce que je fais, j’éprouve un sentiment, si j’estime que ce que je fais est bon, intéressant et important, si je l’apprécie et que je veux le faire, alors l’épuisement professionnel ne se produit pas. Mais ces sentiments ne doivent pas être confondus avec enthousiasme. L'enthousiasme n'est pas nécessairement lié à la réalisation - il est plus caché des autres, plus modeste.

Qu'est-ce que je me donne?

La motivation est un autre aspect du problème de l'épuisement professionnel. Pourquoi je fais quelque chose? Et dans la mesure où je m'adresse à cela? Si je ne peux pas donner mon coeur à ce que je fais, si cela ne m'intéresse pas, je le fais pour une autre raison, alors nous mentons dans un sens.

C'est comme si j'écoutais quelqu'un mais pensais à autre chose. C'est, alors je ne suis pas présent. Mais si je ne suis pas présent au travail, dans ma vie, je ne peux pas recevoir de rémunération pour cela. Ce n'est pas une question d'argent. Oui, je peux bien sûr gagner de l'argent, mais personnellement, je ne reçois pas de récompense. Si je ne suis pas présent avec mon cœur dans certaines affaires et que j'utilise ce que je fais comme moyen d'atteindre les objectifs, alors j'abuse de la situation.

Par exemple, je peux démarrer un projet car il me promet beaucoup d’argent. Et je ne peux presque pas refuser et y résister en quelque sorte. Ainsi, nous pouvons être tentés par un choix qui nous mène ensuite à l'épuisement professionnel. Si cela ne se produit qu'une fois, alors peut-être que ce n'est pas si grave. Mais si ça dure des années, alors je passe ma vie. Qu'est-ce que je me donne?

Et ici, à propos, il peut être extrêmement important pour moi d’avoir un syndrome de surmenage. Parce que, probablement, je ne peux pas arrêter la direction de mon mouvement moi-même. J'ai besoin d'un mur que je vais rencontrer, une sorte de poussée de l'intérieur, pour que je ne puisse tout simplement pas continuer à bouger et à reconsidérer mes actions.

L'exemple de l'argent est probablement le plus superficiel. Les motivations peuvent être beaucoup plus profondes. Par exemple, je veux peut-être une confession. J'ai besoin d'éloge de l'autre. Si ces besoins narcissiques ne sont pas satisfaits, je deviens agité. De l'extérieur, cela n'est pas du tout visible - seules les personnes proches de cette personne peuvent le ressentir. Mais, probablement, je n'en parlerai même pas avec eux. Ou je ne réalise pas moi-même que j'ai de tels besoins.

Ou, par exemple, j'ai vraiment besoin de confiance. J'ai appris la pauvreté dans mon enfance, je devais porter de vieux vêtements. J'ai été ridiculisé pour cela et j'ai eu honte. Peut-être que même ma famille mourait de faim. Je ne voudrais pas revivre cela.

J'ai connu des gens qui sont devenus très riches. Beaucoup d'entre eux ont atteint le syndrome de l'épuisement professionnel. Parce que pour eux, c’était le principal motif - en tout cas, d’empêcher un état de pauvreté afin de ne pas redevenir pauvre. Humain c'est compréhensible. Mais cela peut conduire à des demandes excessives qui ne finissent jamais.

Pour que les gens puissent, pendant longtemps, être prêts à suivre une telle motivation apparente et fausse, leur comportement doit être soutenu par un manque de quelque chose, un déficit ressenti mentalement, une sorte de problème. Cette déficience conduit une personne à l'auto-exploitation.

Valeur de la vie

Cette déficience peut être non seulement un besoin perçu, mais également une attitude envers la vie, ce qui, en fin de compte, peut conduire à l'épuisement professionnel.

Comment est-ce que je comprends ma vie? Sur cette base, je peux développer mes objectifs en fonction de ce que je vis. Ces attitudes peuvent provenir des parents ou être développées par la personne. Par exemple: je veux réaliser quelque chose. Ou: je veux avoir trois enfants. Devenir un psychologue, un médecin ou un politicien. Ainsi, l'homme lui-même fixe des objectifs qu'il souhaite suivre.

C'est complètement normal. Qui de nous n'a pas d'objectifs dans la vie? Mais si les objectifs deviennent le contenu de la vie, s'ils deviennent des valeurs trop grandes, ils conduisent à un comportement rigide et figé. Ensuite, nous mettons toute la force nécessaire pour atteindre l'objectif. Et tout ce que nous faisons devient un moyen d'atteindre un but. Et cela ne porte pas sa propre valeur, mais représente seulement une valeur utile.

«C’est bien que je joue du violon!» C’est la vie de ma propre valeur. Mais si je veux être le premier violon d'un concert, alors, en jouant un morceau, je me comparerai constamment aux autres. Je sais que j'ai encore besoin de pratiquer, de jouer et de jouer pour que les choses se passent bien. C'est-à-dire que mon orientation vers le but prévaut en raison de l'orientation vers la valeur. Il y a donc une pénurie de relations internes. Je fais quelque chose, mais dans ce que je fais, il n'y a pas de vie intérieure. Et puis ma vie perd sa valeur de vie. Je détruis moi-même le contenu interne pour atteindre des objectifs.

Et quand une personne néglige ainsi la valeur intrinsèque des choses, n'y prête pas assez attention, il y a une sous-estimation de la valeur de sa propre vie. C'est-à-dire qu'il s'avère que j'utilise le temps de ma vie dans le but que je me suis fixé. Cela conduit à une perte de relations et à une incohérence avec soi-même. Et avec une telle attitude insouciante envers les valeurs intérieures et la valeur de sa propre vie, le stress surgit.

Tout ce dont nous venons de parler peut être résumé comme suit. Le stress qui conduit à l'épuisement professionnel est dû au fait que nous agissons trop longtemps, sans sentiment de consentement intérieur, sans conscience de la valeur des choses et de nous-mêmes. Nous arrivons ainsi à l'état de pré-dépression.

Cela se produit également lorsque nous faisons trop de tout et que nous devons faire. Par exemple, je ne prépare le dîner que pour qu'il soit prêt bientôt. Et puis je suis content quand il est déjà en retard. Mais si nous nous réjouissons que quelque chose soit déjà passé, c'est une indication que dans ce que nous faisons, nous n'avons pas vu la valeur. Et si cela n’a aucune valeur, alors je ne peux pas dire que j’aime le faire, que c’est important pour moi.

Si nous avons trop d'éléments de ce genre dans la vie, nous sommes heureux de constater que la vie passe. Nous aimons donc la mort, la destruction. Si je viens d'accomplir quelque chose, ce n'est pas la vie, mais ça fonctionne. Et nous ne devrions pas, nous n'avons pas le droit de trop fonctionner - nous devons nous assurer que dans tout ce que nous faisons, nous vivons, ressentons la vie. Qu'elle n'a pas passé par nous.

L'épuisement professionnel est un tel récit mental que nous sommes exposés à une longue relation avec la vie. C'est la vie qui n'est pas vraiment la mienne.

Toute personne occupée à plus de la moitié du temps avec des tâches qu’il accomplit à contrecœur, ne le supporte pas, ne ressent pas la joie, il devrait s’attendre tôt ou tard à survivre au syndrome de l’épuisement professionnel. Alors je suis en danger. Partout où je ressens dans mon cœur un accord interne concernant ce que je fais et ce que je ressens, je suis protégé de l'épuisement professionnel.

Prévenir l'épuisement professionnel

Comment travailler avec le syndrome de l'épuisement professionnel et comment le prévenir? Une grande partie est résolue d'elle-même, si une personne comprend ce qui est associé au syndrome d'épuisement professionnel. Si vous comprenez ceci à propos de vous-même ou de vos amis, vous pouvez alors commencer à résoudre ce problème, parlez-en à vous-même ou à vos amis. Devrais-je continuer à vivre de cette façon?

J'ai moi-même ressenti cela il y a deux ans. J'avais l'intention d'écrire un livre pendant l'été. Avec tous les papiers je suis allé à ma datcha. Il est venu, a regardé autour de lui, est allé se promener, a parlé avec ses voisins. Le lendemain, j'ai fait la même chose: j'ai appelé mes amis, nous nous sommes rencontrés. Le troisième jour encore. Je pensais que, en règle générale, devrait déjà commencer. Mais je ne ressentais pas beaucoup de désir en moi. J'ai essayé de rappeler ce qui était nécessaire, ce que l'éditeur attendait - c'était déjà de la pression.

Puis je me suis souvenu du syndrome de l'épuisement professionnel. Et je me suis dit: probablement, j'ai besoin de plus de temps, et mon désir reviendra sûrement. Et je me suis permis de regarder. Après tout, le désir est venu chaque année. Mais cette année-là, cela ne s'est pas produit et jusqu'à la fin de l'été, je n'ai même pas ouvert ce dossier. Je n'ai pas écrit une seule ligne. Au lieu de cela, je me suis reposé et j'ai fait des choses merveilleuses. Alors j'ai commencé à hésiter, comment devrais-je traiter ceci - comme mauvais ou bon? Il s'avère que je ne pouvais pas, c'était un échec. Puis je me suis dit que c'était raisonnable et bon que je l'aie fait. Le fait est que j'étais un peu fatigué, car avant l'été, il y avait beaucoup de travail, toute l'année scolaire était très chargée.

Ici, bien sûr, j'ai eu une lutte interne. J'ai vraiment pensé et compris ce qui est important dans ma vie. En conséquence, je doutais qu'un livre écrit soit une chose aussi importante dans ma vie. Il est beaucoup plus important de vivre quelque chose, d'être ici, de vivre une relation enrichissante - s'il est possible de faire l'expérience de la joie et de ne pas la remettre à plus tard. Nous ne savons pas combien de temps il nous reste.

En général, le travail avec le syndrome de l'épuisement professionnel commence par le déchargement. Vous pouvez réduire les problèmes de temps, déléguer quelque chose, partager les responsabilités, fixer des objectifs réalistes, examiner de manière critique les attentes que vous avez. C'est un sujet de discussion important. Ici, nous rencontrons vraiment des structures d’existence très profondes. Nous parlons ici de notre position par rapport à la vie, que nos installations étaient authentiques, cohérentes avec nous.

Si le syndrome d'épuisement professionnel est déjà beaucoup plus prononcé, vous devez tomber malade, vous reposer physiquement, consulter un médecin et, dans le cas d'un trouble moins grave, il est utile de suivre un traitement en sanatorium. Ou simplement organiser un bon moment pour vous-même, vivre dans un état de décharge.

Mais le problème est que beaucoup de personnes atteintes du syndrome de l'épuisement professionnel ne peuvent se le permettre. Ou bien une personne se rend à l'hôpital, mais continue de faire des demandes excessives - de cette manière, elle ne peut pas sortir du stress. Les gens souffrent de remords. Et dans un état de maladie, l'épuisement professionnel augmente.

Les médicaments peuvent aider pendant une courte période, mais ils ne constituent pas une solution au problème. La santé du corps est la base. Mais nous avons également besoin de travailler sur nos propres besoins, une pénurie interne de quelque chose, sur les attitudes et les attentes par rapport à la vie. Nous devons réfléchir à la manière de réduire la pression de la société et de vous protéger. Parfois, même penser à changer de travail.

Dans le cas le plus difficile, que j’ai vu dans ma pratique, il a fallu 4-5 mois de libération du travail à une personne. Et après être allé au travail - un nouveau style de travail - sinon, après quelques mois, les gens disparaissent à nouveau. Bien sûr, si une personne travaille pendant 30 ans pour s’habiller, il est difficile pour elle de se reconfigurer, mais cela est nécessaire.

Vous pouvez prévenir le syndrome d'épuisement professionnel en vous posant deux questions simples:

1. Pourquoi est-ce que je fais ça? Pourquoi est-ce que j'étudie à l'institut, pourquoi est-ce que j'écris un livre? Quel est le point? Est-ce une valeur pour moi?

2. Est-ce que j'aime faire ce que je fais? Est-ce que j'aime faire ça? Est-ce que je pense que c'est bon? Si bon que je le fais avec plaisir? Est-ce que ce que je fais m'apporte de la joie? Ce n'est peut-être pas toujours le cas, mais le sentiment de joie et de satisfaction doit prévaloir.

En fin de compte, je peux poser une autre question plus ambitieuse: est-ce que je veux vivre pour cela? Si je me couche sur mon lit de mort et que je regarde en arrière, est-ce que je le veux pour vivre pour cela?

Que faire en cas d'épuisement émotionnel? Des exemples

L'épuisement émotionnel est un phénomène négatif de nature mentale, conduisant à l'épuisement émotionnel du corps humain.

Les experts dont les activités professionnelles sont liées à la communication sont soumis à un épuisement émotionnel: aider, apaiser, donner aux gens une chaleur «spirituelle».

Le «groupe à risque» comprend: les enseignants, les médecins, les psychologues, les gestionnaires et les travailleurs sociaux. Les experts sont constamment confrontés à des émotions négatives, impliquées de manière imperceptible dans certaines d’entre elles, ce qui entraîne une "surcharge" psychologique.

L'épuisement émotionnel se produit lentement à partir de: travail "à l'usure", activité accrue, enthousiasme du travail. Un symptôme de surcharge corporelle, qui se transforme en stress chronique, se traduit par un épuisement des ressources humaines.

Syndrome de burnout

C'est un épuisement de l'état humain: moral, mental, physique.

Examinons les signes de cet état:

1. moral: évasion des devoirs de responsabilité; désir de solitude; manifestation de l'envie et de la malice; accusation de leurs problèmes entourant et à proximité.

Les gens essaient d'améliorer leur condition à l'aide d'alcool ou de drogues.

2. mental: pas confiance en soi; état indifférent: dans la famille, au travail, aux événements; humeur dégoûtante; perte de professionnalisme; tempérament rapide; mécontentement, manque d'objectifs de vie; anxiété et inquiétude; irritabilité.

Le syndrome de burnout émotionnel est très similaire à la dépression. Les sujets ressentent des signes de malheur à la solitude, alors ils souffrent et vivent. Faire du travail, ne peut pas se concentrer pendant longtemps.

3. physique: maux de tête fréquents; «Panne» - fatigue; transpiration accrue; faiblesse musculaire; immunité réduite; assombrissement des yeux; des vertiges; l'insomnie; mal de dos, coeur; "Gémissements" des articulations, violation du tube digestif; essoufflement: nausée.

Une personne ne peut pas comprendre ce qui lui arrive: son immunité est abaissée, son état de santé est dégoûtant, son appétit est perturbé. Certaines personnes augmentent leur appétit et leur poids, alors que d'autres perdent leur appétit et leur poids.

L'épuisement émotionnel est

La réponse de tout le corps du sujet au stress prolongé de toute sphère de la communication: maison, travail, environnement, conflits réguliers.

Les professions altruistes sont plus susceptibles d'épuisement émotionnel.

Les personnes qui rendent des services professionnels (aide) perdent leur énergie émotionnelle et physique, deviennent insatisfaites d'elles-mêmes, travaillent, cessent de comprendre et sympathisent. La consultation du psychothérapeute et le traitement sont nécessaires pour sortir de l'épuisement professionnel.

Herbert Freudenberg, un psychologue des États-Unis, a décrit en 1974 le phénomène d'épuisement émotionnel - il s'agit d'un trouble mental qui affecte la personnalité du sujet, en raison de son "épuisement" émotionnel.

Les causes de l'épuisement professionnel incluent:

  • Bas salaires, avec horaire de travail chargé;
  • Ne répondant pas aux nécessités de la vie;
  • Travail inintéressant et monotone;
  • Pression de la tête;
  • Travail responsable, manque de contrôle supplémentaire;
  • Évaluation inappropriée du travail d’un spécialiste par un responsable;
  • Travailler dans un environnement de pression, chaotique;

Méthodes de lutte contre l'épuisement émotionnel visant à rétablir l'équilibre:

  1. Suivi des signes et des conditions d'épuisement professionnel;
  2. Élimination rapide du stress, recherche de soutien;
  3. Contrôle permanent sur la santé émotionnelle et physique.

Syndrome de Burnout est

L'état d'épuisement systématique d'une personne, de sentiments paralysants, de force, ainsi que la perte d'une attitude joyeuse face à la vie.

Il est prouvé que chez les personnes ayant une profession sociale, le syndrome d'épuisement professionnel survient plus tôt que chez les personnes d'une autre profession. Dans une relation personnelle défavorable dans la vie des sujets, des symptômes d'épuisement émotionnel se produisent.

Il y a plusieurs étapes de l'épuisement professionnel:

Fatigué des soins agréables pour les enfants; parents âgés; avoir réussi les examens à l'école et à l'université; effectué un travail d'accord.

Pendant un temps, ils ont oublié le sommeil, le manque de services de base, ils se sont sentis mal à l'aise, la tension et l'irritabilité ont augmenté.

Mais tous les cas ont été terminés à temps, la situation est revenue à la normale. Il était temps de se détendre: faites votre travail, dormez bien, les symptômes de l'épuisement professionnel ont disparu sans laisser de traces.

Par conséquent, une charge d'énergie de haute qualité, obtenue par une personne, après une longue charge, restitue de l'énergie en reconstituant les réserves épuisées.

Sans aucun doute, l'esprit et le corps d'une personne sont capables de beaucoup: travailler longtemps, atteindre un certain objectif (aller à la mer); supporter les difficultés (payer l'hypothèque).

Les symptômes de l'épuisement professionnel se manifestent avec certains problèmes:

  • pas assez d'argent: achetez une machine à laver;
  • la présence de la peur: stress, vigilance vis-à-vis des autorités, peur des grandes exigences.

Ces symptômes conduisent à une surcharge du système nerveux. Dans le corps humain, des sensations douloureuses se manifestent dans les muscles, dans l’ensemble du sujet, se transformant en épuisement chronique. L'un des symptômes de la surtension est le grincement des dents la nuit.

La transition en douceur de l'enlèvement à l'indifférence s'appelle la déshumanisation. Les attitudes envers les gens ont changé: affectueuses, respectueuses, dévouées au négatif, au rejet et au cynisme.

Au travail, il y a un sentiment de culpabilité devant des collègues, le travail est effectué comme un robot sur un motif. Une réaction défensive commence à prendre effet: se retirer chez soi, se cacher de tous les problèmes.

Le syndrome de l'épuisement professionnel est l'effet du stress constant, de la perte d'intérêt pour les activités professionnelles et de la motivation. Les changements négatifs dans votre corps sont complétés par des maladies régulières: rhume, grippe.

L'épuisement émotionnel au travail

Après une activité de travail intense, une longue période de fatigue entraîne une charge importante: épuisement, fatigue. L'employé a un pourcentage d'activité réduit: ne fait pas son travail fidèlement, prend beaucoup de temps, surtout le lundi, ne va pas au travail avec envie.

L'enseignant ne remarque pas l'état d'excitation de la classe.
L'infirmière oublie de donner le médicament à temps.
Le responsable de l'entreprise envoie l'employé "par instances".

De tels phénomènes, l'épuisement émotionnel se produisent régulièrement. On entend les mêmes mots dans la tête d’une personne: «fatigué», «ne peut plus», «pas de diversité».

Donc, il y avait un épuisement émotionnel au travail, l'énergie émotionnelle était réduite au minimum.

L'enseignant n'introduit pas de nouvelles technologies pédagogiques.
Le médecin ne participe pas à des activités de recherche.
Le chef de l'entreprise ne cherche pas à faire progresser la carrière à un degré supérieur.

Si l'activité de travail est réduite et n'est pas rétablie, le développement professionnel et la créativité restent au niveau atteint. Par conséquent, la promotion doit être oubliée.

Insatisfaction dans la vie, le travail conduit dans une moindre mesure à la dépression et, dans une plus large mesure, à l'agression.
En période de dépression, le sujet se reproche d’échecs personnels et professionnels: «Je suis un mauvais père», «Je ne peux rien faire». Réaction agressive - blâme les autres - parents, patrons.

Au début de l'épuisement émotionnel, apparaissent des symptômes psychosomatiques: insatisfaction, anxiété, qui réduisent la résistance globale de l'organisme. La pression artérielle et les autres maladies somatiques augmentent. L'irritation est présente dans la famille, les amitiés, au travail.

L'indifférence aux loisirs, aux loisirs, à l'art, la nature devient un événement quotidien. Il s’ensuit une phase d’épuisement émotionnel qui se transforme en un processus chronique de la maladie et qui nécessite l’aide d’un psychothérapeute spécialiste.

Que faire avec l'épuisement émotionnel:

  • Réduire la charge;
  • Déléguer des affaires;
  • Partager la responsabilité;
  • Réaliser de vrais objectifs;
  • Prenez les surprises sans douleur;
  • Ne pas exagérer les capacités humaines.
  • Changer le stress mental sur le physique (faire du sport, travailler à la campagne);
  • Contacter un médecin pour une liste de maladie ou se reposer dans un sanatorium.

Si les symptômes de l'épuisement émotionnel ne sont pas pris en compte pour le rétablissement, la transition vers l'épuisement chronique a bien eu lieu.

2. chronique

Dans un état de stress prolongé, la maladie intensifie le processus d'épuisement professionnel. Les crises de conscience liées à leurs actions continuent à augmenter l'épuisement professionnel, ils ne sont pas en mesure de reconstituer leur santé avec de l'énergie.

Les médicaments attribués à un médecin peuvent aider pendant une courte période, mais ne résolvent pas le problème de la maladie.

Restaurer le manque de joie interne, réduire la pression de la société à la racine changera votre attitude face à la vie, protégera contre les actions imprévues.

La tâche principale est la santé de votre corps. Posez-vous les questions suivantes: «Quel est le sens de mon activité, ses valeurs? ". «Mon travail apporte-t-il de la joie, avec quel enthousiasme je le fais? ".

En effet, la joie et la satisfaction doivent être présentes dans vos actes.

Si vous réalisez que les symptômes d'épuisement émotionnel interfèrent avec une vie fructueuse et décente, alors il est temps de faire un effort - de travailler sur vous-même.

Et ensuite la question: «Qu'est-ce que l'épuisement émotionnel?», Vous allez oublier pour toujours.

Exemple: «Je ne ferai pas le travail de quelqu'un d’autre. Cela ne figure pas dans ma description de travail. " La fiabilité du travail est bonne, mais en principe, c'est mieux.

  • Se régénérer avec des charges positives

Exemple: rencontre avec des amis dans la nature, excursion au musée, baignade dans la piscine. Bonne nutrition uniforme: alimentaire, y compris les vitamines, les minéraux et les fibres végétales.

  • Partage tes problèmes avec ton ami

La discussion et la recherche de solutions constructives avec un ami aideront, soutiendront dans un moment difficile; L'épuisement émotionnel va cesser.

  • Construire des relations sur le marché du travail

Exemple: Invitez des collègues pour votre anniversaire de naissance ou organisez un festin au travail, dans un café.

  • Surveillez davantage les personnes qui ne sont pas sujettes à l'épuisement émotionnel.

Prenez exemple sur eux, traitez les échecs avec humour, ne vous attardez pas sur eux, traitez votre travail de manière positive.

  • Prendre une nouvelle direction, faire preuve de créativité

Apprendre à jouer de la guitare, apprendre de nouvelles chansons, apprendre les compétences d'un jardinier - un jardinier. Encouragez-vous - pour le travail qui vous apporte de la joie.

  • Prendre des pauses pendant le travail

Pour parler de sujets non liés au travail: enfants, famille, art, cinéma, amour.

L'ancienne profession ne vous apporte peut-être pas une satisfaction, il y a un épuisement professionnel et peut-être pas votre équipe, le manager - vous ne ressentez pas une stabilité émotionnelle.

  • Notez les causes de "l'épuisement professionnel" sur un morceau de papier.

Résoudre les problèmes progressivement, en soulignant les priorités.

Parfois, une personne obtient un soutien émotionnel de son travail préféré. Ils n'ont pas besoin de rechercher des émotions positives «à part», elles sont protégées de l'épuisement émotionnel.

Les psychologues soutiennent que le climat favorable de l'équipe empêche l'épuisement professionnel d'employés émotionnels. Et les conflits en équipes, au contraire, contribuent à une augmentation de l'épuisement professionnel au travail.

L'épuisement émotionnel est un épuisement mental du corps du sujet, qui peut être rétabli avec l'aide du personnel, d'amis et en travaillant sur soi-même.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie