Une des plaintes les plus fréquentes chez les patients présentant une pathologie du tractus gastro-intestinal (TI) est la dyspeptie, ce qui explique l'intérêt accru des spécialistes pour les éliminer. Des études cliniques menées dans de nombreux pays du monde montrent que le syndrome de dyspepsie est présent dans 25% de la population.

Actuellement, on distingue la dyspepsie organique et fonctionnelle (non ulcéreuse, essentielle), caractérisée par l'absence de toute lésion gastro-intestinale notable, y compris l'œsophage.

Le concept de dyspepsie fonctionnelle (selon le critère de Rome II) comprend:

- sensation de douleur (perçue subjectivement par le patient comme des sensations désagréables dans la région épigastrique le long de la ligne médiane ou même une sensation de «lésion tissulaire») ou une gêne, également localisée dans la région épigastrique le long de la ligne médiane (sensation subjectivement désagréable qui n'est pas interprétée par le patient comme une douleur et davantage) évaluation détaillée peut inclure les symptômes énumérés ci-dessous);

- une sensation de débordement (sensation désagréable d'épuisement des aliments dans l'estomac, associée ou non à la prise de nourriture);

- satiété précoce (sensation que l'estomac est plein immédiatement après le début d'un repas, quelle que soit la quantité de nourriture absorbée, de sorte que la prise de nourriture ne peut être complétée);

- ballonnement dans la région épigastrique (sensation d'éclatement dans la région épigastrique, à distinguer du ballonnement visible);

- nausée (sensation de malaise et vomissements imminents).

La NFD comprend les types de dyspepsie suivants:

- dyspepsie, comme dysmotoric;

En cas de variante ressemblant à un ulcère, le symptôme principal est une douleur dans la région épigastrique, qui gêne sur un estomac vide, parfois dans un rêve, et disparaît après un repas. Lorsque les plaintes variantes dyskinétiques indiquent une violation de la motilité de l'estomac (sensation de plénitude ou de satiété précoce). La dyspepsie ressemblant à un reflux est caractérisée par la prédominance des symptômes de reflux (notamment brûlures d'estomac, éructations et régurgitations) par rapport aux symptômes dyspeptiques en l'absence de signes endoscopiques d'oesophagite, alors qu'elle est considérée comme faisant partie du complexe symptomatique du reflux gastro-œsophagien. Basé sur la pratique de la définition exacte de l'option NFD est difficile.

Les causes de la NFD ne sont pas encore tout à fait claires, contrairement à la dyspepsie organique, qui repose sur des lésions organiques du tractus gastro-intestinal (pancréatite, maladie des calculs biliaires, cholécystite, lésions malignes de l'œsophage, de l'estomac, du pancréas, du foie, etc., et bien sûr, reflux gastro-oesophagien (RGO). Des troubles dyspeptiques dans le NDF peuvent survenir chez les patients présentant une hyperproduction d’acide chlorhydrique, un reflux gastro-intestinal, une hypersensibilité viscérale accrue de l’estomac, des troubles psychologiques ou la prise de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens, chez les patients souffrant de gastrite chronique, l’attention étant portée sur la présence d’une infection de la muqueuse gastrique. ), dont l’importance dans le développement des symptômes de la NFD reste controversée aujourd’hui.

Le seul facteur prouvé impliqué dans la pathogenèse de la NFD est une altération de la motilité de l'estomac et du duodénum.

Un diagnostic de NDF peut être posé sous 3 conditions obligatoires (selon les critères de Rome II): 1. Le patient présente des symptômes persistants ou récurrents de dyspepsie (douleur ou inconfort, localisés au centre de zpigastria) plus de 12 semaines par an.. 2. Lors de l'examen d'un patient (y compris l'examen endoscopique du tractus gastro-intestinal supérieur), aucune maladie organique pouvant expliquer ses symptômes ne peut être détectée. 3. L'absence d'indication selon laquelle les symptômes de la dyspepsie disparaissent après une selle ou sont associés à des modifications de la fréquence et de la nature des selles (en d'autres termes, il n'y a aucun signe de symptôme de l'intestin irritable - SCI).

Les symptômes de la dyspepsie sont plus fréquents chez les patients atteints d'ulcères gastriques et duodénaux bénins, de SIB, de RGO et de cancers gastriques, qu'il convient de rappeler lors du diagnostic différentiel de la NFD avec dyspepsie organique. Certes, parallèlement à l’examen attentif des plaintes des patients et à la collecte des antécédents, les résultats de méthodes de recherche objectives jouent un rôle important (analyses de sang cliniques et biochimiques, analyse fécale générale et analyse de sang occulte dans les selles, échographie, œsophagogastroduodénoscopie, dans les cas douteux - endoscopie, rayons X, échographie). si nécessaire - tomodensitométrie).

Lors du choix d'une stratégie de traitement, il convient tout d'abord de prêter attention aux symptômes de la dyspepsie, qui perturbent surtout les patients et réduisent leur qualité de vie. Ainsi, l'objectif du traitement est d'améliorer l'état objectif et subjectif des patients. Ce dernier est réalisé en éliminant ou en réduisant l'intensité, la durée et la fréquence d'apparition des symptômes cliniques de la NFD. Le programme de traitement de la NFD comprend l’élimination des facteurs neuro-mentaux et des situations stressantes, la normalisation des relations dans la famille et au travail, un mode de travail et de repos rationnel, dans certains cas une psychothérapie rationnelle. Aliments fréquents, divisés et peu abondants, à l'exception des aliments difficiles à digérer et gras, de l'arrêt du tabac, de la consommation d'alcool et, si possible, d'anti-inflammatoires non stéroïdiens. Il existe un grand nombre d'options thérapeutiques chez les patients atteints de NFD, notamment la monothérapie et diverses combinaisons de médicaments.

Le choix de l’une ou l’autre combinaison dépend du type de dyspepsie. Ainsi, avec la variante de type ulcère, il est recommandé de prescrire des médicaments antisécréteurs (anti-H2 et bloquants de la pompe à protons), de prokinétique et d’éradication. Dans la variante non spécifique, on utilise la procinétique et les antiacides, dans le cas de la forme semblable à un reflux, les antiacides et les médicaments antisécréteurs, et dans le cas de la dyskinétique, principalement la procinétique. Les préparations enzymatiques sont utilisées comme thérapie supplémentaire. Les médicaments antiacides sont très souvent utilisés pour éliminer les symptômes de la dyspepsie et les patients les prennent sans ordonnance. Cette popularité est due à la capacité des préparations antiacides à neutraliser l’acide sécrété par les cellules qui tapissent la muqueuse dans la cavité gastrique, ce qui a pour effet d’éliminer ou de réduire rapidement la douleur épigastrique, les brûlures d’estomac et d’autres symptômes dyspeptiques. Les médicaments antisécrétoires éliminent rapidement la douleur et les brûlures d'estomac, probablement en raison de leur capacité à inhiber la production d'acide dans l'estomac. Les procinétiques normalisent la motilité du tube digestif, ce qui est important, car chez la plupart des patients atteints de NFD, les symptômes de la dyspepsie sont associés à une altération des mouvements de l'estomac et à une coordination gastroduodénale. Les agents procinétiques incluent les bloqueurs des récepteurs de la dopamine - métoclopramide, dompéridone (cette dernière a un avantage sur le métoclopramide, car elle ne traverse pas la barrière hémato-encéphalique et ne provoque pas de somnolence, de fatigue ou d'anxiété chez les patients).

Procinétiques cisapride agit par l'intermédiaire du système cholinergique (ayant une action cholinergique) odnovremennoaktiviruya 5-HT 4 de type de récepteur de la sérotonine, de ce fait augmenter plus efficacement le tonus du sphincter inférieur de l'œsophage, améliore le péristaltisme oesophagien, réduit le reflux gastro-oesophagien, augmente la contractilité de l'estomac, l'intestin grêle, dans le même temps sans affecter le système nerveux central. La question de la faisabilité de l'éradication du traitement par antihelicobacter reste controversée du fait que, selon les résultats de certaines études cliniques, une diminution de la fréquence et de l'intensité des symptômes de la NFD après l'éradication de Hp a été relevée, tandis que d'autres experts soulignent un léger effet positif de ce traitement, notamment compte tenu des résultats à long terme du traitement..

Les préparations enzymatiques (un groupe d'agents pharmacologiques contribuant à l'amélioration du processus digestif) sont très souvent utilisées en gastroentérologie. Leur utilisation est très répandue: chez les patients dont l'indication principale est le syndrome de la maldigestion / malabsorption (qui survient le plus souvent dans les gastrites chroniques avec une fonction gastrique faiblement acide, la cholélithiase et la dyskinésie duodénale biliaire, la pancréatite chronique, après des interventions chirurgicales au niveau du tractus gastro-intestinal) thérapie de remplacement, pour les personnes en bonne santé - avec trop manger et des erreurs de régime. Des préparations enzymatiques sont utilisées et en cas de NFD - en tant que thérapie auxiliaire. Selon la composition, des enzymes pancréatiques (représentées par l'amylase, la lipase et la trypsine), des extraits de la muqueuse gastrique (la substance principale est la pepsine), des enzymes végétales (papaïne, amylase fongique, protéase, etc.), des préparations combinées (pancréatine en combinaison avec des composants biliaires) sont isolées., hémicellulase ou avec des enzymes végétales, vitamines), disaccharidase. Les préparations enzymatiques, qui comprennent en outre des adsorbants (siméthicone ou diméthicone), éliminent plus efficacement les flatulences, ce qui améliore considérablement la qualité de vie des patients et est utilisé avec succès chez les patients atteints de NED. Il est à noter que les composants principaux des médicaments d'origine animale, la trypsine et la lipase, sont inactivés dans un environnement acide et qu'en conséquence, avant d'entrer dans le duodénum, ​​jusqu'à 92% de la lipase peut être détruite. La prescription simultanée de médicaments antiacides ou antisécrétoires peut affaiblir l’effet de la préparation enzymatique. Par conséquent, les enzymes végétales et fongiques ayant une résistance accrue aux milieux acides et alcalins attirent l'attention. De plus, chaque section du tractus gastro-intestinal a son propre niveau d'acidité et la combinaison de plusieurs enzymes agissant dans des plages de pH différentes fournit un effet complexe prolongé du médicament.

Ainsi, le médicament multienzyme combiné Unienzyme avec du méthylpolysiloxane (MPS) dans 1 comprimé contient une fongique diastase (a-amylase) (20 mg), de la papaïne (30 mg) en association avec de la siméthicone (50 mg), du carbone activé (75 mg) et du nicotinamide ( 25 mg). La diastase fongique est une enzyme obtenue à partir d’une culture du champignon Aspergillus oryzae, contenant deux types d’amylases: l’a-amylase et la b-amylase, qui clivent l’amidon, hydrolysent les esters de glycérol d’acides gras de poids moléculaire élevé. Il a été établi qu’il présente une activité relativement élevée dans la plage de pH allant de 3,5 à 7,0 et la plus élevée à 5. La papaïne est une enzyme protéolytique obtenue à partir du jus du fruit du melon (Carica Papaya). Il favorise la dégradation des protéines, a une action similaire à celle de la pepsine, est actif dans les milieux acides et alcalins et est particulièrement efficace à pH 5-8. Il est intéressant de noter que les préparations multienzyme contenant de la diastase et de la papaïne fongiques agissent dans une plage de pH d’environ 5 et que l’environnement gastrique en mutation n’affecte pas leur fonction. Ces deux enzymes améliorent la digestion et renforcent leurs effets respectifs. Étant donné que l’acidité de l’estomac après les repas est d’environ 5, les préparations de multienzyme seront particulièrement efficaces si elles sont prises après les repas. La nicotinamide, vitamine PP, agit comme coenzyme dans le métabolisme des glucides, augmente le flux de suc gastrique libre et total et normalise la fonction motrice du tractus gastro-intestinal. La siméthicone, autrement appelée méthylpolysiloxane (MPS), est un antimousse (affaiblit la tension superficielle des bulles de gaz dans le tractus gastro-intestinal et favorise leur unification et leur excrétion). La siméthicone est neutre, elle n’est pas absorbée par le tractus gastro-intestinal, elle n’affecte pas la sécrétion gastrique et l’absorption des nutriments. L'utilisation de siméthicone aide à éliminer les flatulences, les distensions abdominales et les éructations. Le charbon actif absorbe les gaz et les substances légèrement solubles. Il réduit la quantité de gaz intestinal libéré lors de la fermentation des glucides dans les aliments et élimine ainsi les flatulences et les ballonnements. Les contre-indications à l'utilisation de la préparation enzymatique complexe Unienzyme with MPS sont les suivantes: hypersensibilité aux composants du médicament, pancréatite aiguë, autres maladies aiguës du tractus gastro-intestinal.

Afin d’évaluer l’efficacité et la tolérance du médicament Unienzim avec MPS chez les patients présentant une dyspepsie fonctionnelle, une étude a été réalisée. Les patients inclus dans l’étude ont été interrogés sur la fréquence et la gravité de huit symptômes principaux: flatulence, distension abdominale, éructations, douleurs dans la région épigastrique, inconfort abdominal, sensation de satiété abdominale, indisposition après avoir mangé, brûlures d’estomac. Sur les 100 patients, 91 personnes ont terminé l'étude. Les patients ont reçu le médicament Unienzim avec MPS 1 comprimé 3 fois par jour pendant deux semaines. Les 7ème et 14ème jours de traitement, les patients ont été réexaminés. La fréquence et la gravité des principaux symptômes ont considérablement diminué au cours de la première semaine, à savoir: flatulences - de 50%, distension abdominale - 43,3%, éructations - 50%, douleurs dans la région épigastrique - 70%, douleurs abdominales - 70%, sentiments débordement de l'abdomen - 55,6%, malaise après avoir mangé - 60%. À la fin de la deuxième semaine, la fréquence et la gravité de ces symptômes ont encore diminué (de 80 à 90% des valeurs initiales). La douleur et la lourdeur dans la région épigastrique ont également continué à diminuer, mais cette diminution n'était pas statistiquement significative. Un petit nombre de patients se sont plaints de brûlures d'estomac, le symptôme était léger. Néanmoins, ces patients présentaient une diminution des brûlures d'estomac aux 7e et 14e jours. L'évaluation globale par le médecin de l'efficacité du traitement a montré que 67% des patients ont obtenu d'excellents résultats et 28,6%, de bons résultats. 94,5% des sujets ont bien et parfaitement toléré le médicament. Une mauvaise tolérance n'a pas été observée. Des réactions indésirables ont été observées rarement et étaient bénignes. Les données obtenues confirment la grande efficacité et la bonne tolérance de la préparation multienzyme Unienzyme avec MPS chez les patients atteints de dyspepsie fonctionnelle, ce qui nous permet de le recommander pour le traitement de ce groupe de patients.

Publié avec l'autorisation de l'administration du Russian Medical Journal.

Que dit la douleur là où se trouve la région épigastrique

Une personne en bonne santé ne songe guère à savoir où se trouve la région épigastrique, mais en cas de douleur à l'estomac, les patients veulent trouver comment retrouver l'épigastre et caractériser correctement leur état chez le médecin. Et en étudiant les maladies des organes internes sur Internet, vous pouvez souvent voir un symptôme tel que la douleur et l’inconfort de l’épigastre. Et en tant que patient qui ne comprend pas la topographie des organes et des systèmes, comprenez s'il souffre ou non d'une douleur dans l'épigastre.

Nous vous proposons de vous familiariser avec le concept de région épigastrique, de gérer ses composants et de comprendre les symptômes de maladies dont la localisation est similaire.

Séparation abdominale topographique

L'estomac peut être divisé en 9 zones en dépensant 4 lignes spécifiques. Le premier va de l'arc costal droit à la gauche, le second - d'une branche de l'Ilium à l'autre. Les 2 dernières lignes s'étendent verticalement, à quelques centimètres à droite et à gauche du nombril, divisant le ventre en 3 parties égales.

Nous avons donc 9 zones: hypochondre droit, épigastre, hypochondre gauche, région latérale droite, ombilicale ou mésogastrique, région latérale gauche, iliaque droite, région iliaque gauche et région hypogastrique ou suprapubienne. La région épigastrique est située au centre, entre les deux hypochondries, et la partie supérieure est la partie inférieure du processus xiphoïde.

Plus de patients sont tourmentés par la question de savoir où se trouve le creux de l'estomac. La réponse est simple: la zone épigastrique et l'épigastre sont synonymes.

Une autre définition dit que l'épigastre est une zone de projection de l'estomac sur la paroi abdominale antérieure, ce qui est également correct.

Dans la région épigastrique se trouvent les organes suivants:

  • Estomac;
  • Le duodénum;
  • Lobe gauche du foie;
  • Vésicule biliaire (partiellement localisée dans l'épigastrium et partiellement dans l'hypochondre droit);
  • Le corps du pancréas.

De plus, la région épigastrique est parfois appelée zone du plexus solaire, qui représente la plus grande accumulation de fibres nerveuses. Par conséquent, la douleur dans l'épigastre peut être variée, pour donner à d'autres zones de l'abdomen et du dos, pour imiter les maladies d'autres organes internes.

Maladies de la région épigastrique

Toute maladie des organes épigastriques peut causer de la douleur, de l'inconfort et d'autres sensations pathologiques. Les plus fréquents sont:

  • Gastrite;
  • Ulcère gastrique et duodénal;
  • Complications de l'ulcère peptique: perforation, pénétration, saignement et autres;
  • Tumeurs des organes épigastriques;
  • Pancréatite, et pas nécessairement avec la défaite du corps du pancréas;
  • Cholécystite calcique;
  • Hépatite agrandie en cas d'hépatite, d'infections aiguës (le foie ne gêne le patient que lorsqu'il est agrandi, de sorte qu'une hépatite n'est souvent pas accompagnée de douleur et de malaise dans l'abdomen).

Important: parfois, la douleur dans la région épigastrique peut ne pas être associée à des maladies du système digestif. Par exemple, il n'y a pas de cas isolé d'infarctus du myocarde accompagné de douleurs abdominales, notamment dans la zone épigastrique. Cela est dû aux caractéristiques de l'innervation de l'épigastre et à la réaction du plexus solaire.

En plus de l'infarctus du myocarde, des douleurs épigastriques peuvent survenir en raison d'affections pulmonaires telles que la pleurésie, la pneumonie inférieure et le pneumothorax.

Une sorte de douleur épigastrique

Il est déjà clair que le symptôme désagréable le plus fréquent dans l'épigastrie est la douleur, mais le caractère de la douleur est également différent, ce qui permet au médecin de distinguer et de suspecter la pathologie d'un organe donné. Et savoir pour le patient en quoi cet épigastre est nécessaire pour expliquer correctement à un spécialiste leurs sensations.

  • Une douleur constante, sourde et douloureuse indique le plus souvent une gastrite;
  • Douleurs de la faim - l'apparition de sensations douloureuses la nuit ou l'estomac vide parle d'un ulcère d'estomac ou d'un ulcère duodénal;
  • L'apparition ou l'augmentation de la douleur après avoir mangé peut être une manifestation de la gastrite ou du cancer de l'estomac.
  • La douleur aiguë «au poignard» parle de perforation ulcéreuse;
  • La douleur du zona qui irradie dans l'hypochondrie et dans le dos est une manifestation importante de la pancréatite.

Recommandation: Les tentatives d'autodiagnostic et de soulagement des douleurs abdominales sont non seulement inefficaces, mais aussi extrêmement dangereuses. Si la douleur est aiguë et intense, vous devez appeler une ambulance. Pour les douleurs sourdes, douloureuses et de faible intensité, prévoyez une visite planifiée chez un spécialiste au cours des prochains jours.

Autres symptômes de pathologies des organes abdominaux

En plus du syndrome douloureux, les maladies de la région épigastrique se manifestent par d’autres symptômes, dont la combinaison oriente également le spécialiste vers le diagnostic correct.

  • Gastrite, ulcère gastrique, ulcère duodénal. En plus de la douleur, ces pathologies sont accompagnées de nausées, souvent le matin.
  • La perforation de l'ulcère, en plus du syndrome douloureux aigu, entraîne des tensions dans les muscles abdominaux et un ralentissement du pouls. Apparaît également pâleur, faiblesse, le patient peut s'évanouir. Cette maladie potentiellement mortelle nécessite des soins d'urgence.
  • Le saignement d'un ulcère s'accompagne d'un signe intéressant: la disparition de la douleur abdominale. Cependant, au lieu de cela, il existe une pâleur, une faiblesse, du sang dans les selles (excréments noirs), des nausées, des vomissements de sang.
  • La pancréatite, en plus de la douleur caractéristique qui l'entoure, s'accompagne de nausées et de vomissements. En outre, l'inflammation du pancréas viole la motilité intestinale, il n'y a donc pas de grondement dans l'estomac et la constipation apparaît.
  • La cholécystite calcique se manifeste par des douleurs à l'épigastre et à l'hypochondre droit, aggravées par la toux. Associée à des nausées, de la fièvre, une jaunisse.
  • Les néoplasmes, en particulier les pathologies malignes, peuvent ne pas se manifester avant longtemps. En outre, le cancer ne présente pas de manifestations spécifiques, sauf que la faiblesse constante, la fièvre, la transpiration et la diminution des performances sont associées aux symptômes de la maladie des organes internes.

Méthodes de diagnostic des pathologies d'organes

Après avoir recueilli des plaintes et une anamnèse de la maladie, le médecin effectue une palpation de l'abdomen et effectue quelques manipulations diagnostiques, qui sont réalisées grâce à la connaissance des caractéristiques de l'innervation des organes abdominaux. Par exemple, en appuyant sur le processus xiphoïde, la douleur dans l'hypochondre droit augmente, ce qui indique une cholécystite aiguë.

Fait intéressant: dans les cas classiques, la douleur dans l'appendicite commence dans l'épigastre, puis descend dans la région iliaque droite. Ce symptôme est important dans le diagnostic de l'appendicite.


Ensuite, une numération globulaire complète, une étude des paramètres du foie, une analyse d’urine. Ce sont des mesures de diagnostic obligatoires pour déterminer l'état du corps et identifier l'inflammation. Ensuite, en fonction des données obtenues et des symptômes présents, des examens spéciaux sont organisés pour confirmer un diagnostic ou un autre.

  • La détermination des enzymes pancréatiques dans le sang permet de confirmer la pancréatite aiguë;
  • L'échographie du pancréas fournit des données complètes sur la nature, l'emplacement et la gravité de l'inflammation.
  • L'examen échographique de la vésicule biliaire permet d'identifier des calculs permettant de diagnostiquer une cholécystite calcique ou de détecter un épaississement de ses parois en cas de cholécystite calcique;
  • Une échographie du foie peut détecter son augmentation et identifier les causes possibles (kystes, invasions helminthiques, inflammation, stase biliaire et autres);
  • Une échographie des organes abdominaux permet également de détecter une tumeur;
  • La radiographie des organes abdominaux permet de détecter un gaz libre sous le dôme droit du diaphragme - la principale caractéristique diagnostique de l'ulcère perforé;
  • L'EGD vous permet de diagnostiquer la gastrite, l'ulcère gastrique et 12 ulcères duodénaux, ainsi que les tumeurs de l'œsophage, de l'estomac et de l'intestin grêle.

Important: il est recommandé aux personnes âgées de 45 à 50 ans de réaliser un électrocardiogramme à des fins prophylactiques ainsi que pour l'apparition de douleurs dans l'épigastre.

Discuter des méthodes de traitement de la douleur et de l'inconfort dans la région épigastrique n'est possible que spécifiquement pour chaque maladie, car la diversité des maladies de ces organes peut constituer une impasse, même pour un spécialiste. Par conséquent, la tâche du patient est de caractériser correctement son état afin d'aider le médecin à tirer des conclusions et à poser un diagnostic sans recourir à de graves manipulations diagnostiques.

Pourquoi y a-t-il une lourdeur et des ballonnements dans l'estomac et comment résoudre le problème?

La gravité dans l'estomac et les ballonnements sont des symptômes caractéristiques indiquant la pathologie du tube digestif. Ces symptômes se retrouvent dans les maladies de l'estomac, des intestins, de la vésicule biliaire et du pancréas. Moins souvent, des symptômes similaires indiquent un dysfonctionnement temporaire des organes du tube digestif. Un diagnostic compétent vous permet de déterminer la cause de cette maladie et de trouver le traitement approprié.

Causes de gravité et douleur à l'estomac

Toutes les causes possibles peuvent être divisées en deux groupes:

  • Non pathologique (fonctionnel). Associé à certains processus dans le corps humain. Les symptômes disparaissent après avoir éliminé le facteur provoquant.
  • Pathologique. Causée par des changements organiques dans le tube digestif. Les symptômes ne disparaissent qu'après un traitement spécifique.

Causes non pathologiques

Il existe plusieurs états fonctionnels conduisant à l'apparition de lourdeur et de ballonnements. Dans toutes ces situations, aucune perturbation significative de la structure des organes du tube digestif n'est détectée. Les symptômes désagréables se manifestent pendant une période relativement courte et disparaissent sans laisser de trace après l'élimination du facteur ayant provoqué leur apparition.

Pouvoir

  • Erreurs dans le régime. Certains aliments provoquent l’apparition de lourdeur dans la région épigastrique (projection de l’estomac) et de ballonnements. Ces symptômes sont provoqués par le lait entier, les légumineuses, certains fruits (raisins) et les légumes (chou), la pâte à levure, le thé noir, les boissons gazeuses, etc.
  • Accro aux plats froids. De tels aliments ralentissent le tractus gastro-intestinal et entraînent des symptômes désagréables (pour plus de détails, voir le régime correct de température des aliments).
  • Caractéristiques de la nutrition. Les collations rapides en mouvement entraînent la pénétration d'air dans l'œsophage et l'estomac, des ballonnements, des éructations et une lourdeur dans l'épigastre.
  • Trop manger, y compris avec un changement soudain de régime (vacances, fêtes). Manger de grandes quantités d'aliments surcharge le tube digestif et entraîne l'apparition de symptômes caractéristiques.

Autres facteurs

  • La grossesse Après avoir conçu un enfant, la synthèse de progestérone est améliorée. Cette hormone conduit à la relaxation de l'utérus et d'autres organes. Sous l'influence de la progestérone, le travail intestinal ralentit, la nourriture stagne et des symptômes caractéristiques apparaissent. La sévérité et les ballonnements sont plus fréquents dans la seconde moitié de la gestation.
  • Menstruation. Les symptômes désagréables se manifestent plusieurs jours avant les règles et persistent pendant toute la période du congé normal. L’apparence de gravité dans l’épigastre est due aux modifications hormonales et au relâchement des intestins.
  • Le stress. Les tensions nerveuses affectent le fonctionnement de tous les organes internes et le tube digestif est l’un des premiers à réagir au problème. La sévérité et les ballonnements sont également observés lorsque vous mangez de manière incontrôlée et que vous souhaitez maîtriser le stress.
  • Âge Plus la personne est âgée, plus la digestion des aliments est lente et plus il y a de sensations désagréables dans l'épigastre.
  • Le tabagisme La nicotine perturbe l'irrigation sanguine des intestins, conduit à la gravité et aux troubles de la chaise.
  • En surpoids. Les troubles métaboliques ralentissent le tube digestif et aggravent la digestion des aliments.

Causes pathologiques

La sévérité de l'épigastre et des ballonnements peut être un signe de maladies du tube digestif:

  • Gastrite à sécrétion réduite. Accompagné de douleurs dans l'épigastre après avoir mangé, des selles avec facultés affaiblies.
  • La colite L'inflammation des intestins entraîne un grondement dans l'estomac, des flatulences et des selles instables.
  • Pathologie des voies biliaires. Il se caractérise par une douleur dans l'hypochondre droit, une diarrhée, une jaunisse.
  • Maladies du pancréas. La violation de la fonction excrétrice de l'organe est menacée par le désordre des selles, la douleur épigastrique et l'hypochondre.

La cause exacte peut être découverte après l'examen.

Symptômes d'anxiété pour lesquels vous devez consulter un médecin

La lourdeur à court terme dans l'épigastre et les ballonnements ne sont pas dangereux et ne nécessitent pas de traitement spécial. Ces symptômes disparaissent après l'élimination du facteur provoquant. Si l'état s'aggrave ou s'il y a des plaintes connexes, vous devez consulter un médecin.

  • douleur dans l'épigastre, autour du nombril, dans l'hypochondre ou les parties latérales de l'abdomen;
  • brûlures d'estomac prolongées;
  • difficulté à avaler la nourriture;
  • troubles prolongés des selles: diarrhée persistante ou constipation;
  • augmentation de la température corporelle;
  • des nausées et des vomissements;
  • réduction de poids;
  • l'apparition d'impuretés dans les matières fécales (pus, sang, débris de nourriture).

L'assistance nécessaire peut être fournie par un médecin généraliste, un médecin généraliste, un gastro-entérologue ou un chirurgien abdominal.

Diagnostic des causes de la pathologie

Pour identifier les causes des symptômes désagréables, ces méthodes sont utilisées:

  • Recherche clinique générale. Dans les analyses de sang et d'urine, on peut détecter les signes d'inflammation. Le coprogramme vous permet d'évaluer les performances du tube digestif et d'identifier les violations.
  • Échographie des organes abdominaux. Aide à suivre les modifications de l’estomac, des intestins, du pancréas, du foie et des voies biliaires.
  • Méthodes endoscopiques. L'EGD et la coloscopie peuvent révéler des tumeurs, des ulcères et d'autres modifications de la lumière des organes creux.

Si une pathologie chirurgicale est suspectée, une laparoscopie diagnostique est prescrite.

Traitement

La correction de l’état doit être effectuée en tenant compte des causes identifiées de symptômes désagréables. L'automédication est inacceptable, en particulier pendant la grossesse, l'allaitement, l'enfance et la vieillesse.

Premiers secours

Soulager l'état avant la visite chez le médecin aidera de telles mesures:

  • Régime alimentaire Il est important de savoir quel produit pourrait provoquer des lourdeurs et des ballonnements et de le supprimer de l'alimentation. Avant que l'inconfort ne s'atténue, il faut réduire le volume des plats, exclure les aliments gras épicés, frits.
  • Mode de consommation Le thé noir, les boissons gazeuses et le kvas sont exclus. Il est permis de boire de l'eau pure, des décoctions à base de plantes.
  • Activité motrice. Une demi-heure de marche après un repas permet de se débarrasser de la lourdeur de l'épigastre et d'éviter les ballonnements.

Si la situation se répète, il est nécessaire de consulter un médecin.

Régime alimentaire

  • Fractions fractionnées fréquentes. Les gastro-entérologues recommandent de manger 5 à 6 fois par jour à des intervalles ne dépassant pas 4 heures.
  • Le dernier repas devrait être facile et aller pour 2-3 heures avant le coucher.
  • Après avoir mangé, il n'est pas recommandé d'occuper une position horizontale. La meilleure option serait une promenade tranquille. L'exercice sérieux après les repas est interdit.
  • Pas besoin de se précipiter pendant le repas. Il est important de bien mastiquer les aliments afin de faciliter leur digestion.
  • Il convient de limiter la consommation d'aliments frits et gras. N'ajoutez pas à la vaisselle une grande quantité de sel, d'assaisonnements et d'épices.

Des recommandations précises sur la nutrition seront données par le médecin une fois le diagnostic clarifié. Avant la conclusion du médecin, le régime proposé aidera à éliminer les symptômes désagréables et à réduire le risque de complications.

Mode de vie

  • limiter l'utilisation de spiritueux et réduire la proportion d'alcool faible;
  • arrêter de fumer;
  • ne pas oublier les promenades régulières;
  • faire du sport ou des exercices thérapeutiques;
  • ne dormez pas immédiatement après avoir mangé;
  • contrôler le poids et perdre ces kilos en trop.

Traitement médicamenteux

Pour éliminer la gravité de l'estomac et des ballonnements, les groupes de médicaments suivants sont prescrits:

  • Les enzymes Favorise la digestion des aliments.
  • Prokinetics. Stimule le tractus gastro-intestinal.
  • Adsorbants. Ils aident à éliminer les toxines des intestins. Nommé avec un intervalle de 2 heures entre d'autres médicaments.
  • Antispasmodiques. Aide à éliminer la douleur dans la région épigastrique.
  • Médicaments réduisant les flatulences dans les intestins.
  • Moyens pour la normalisation de la chaise. En fonction de la nature des troubles associés, des laxatifs ou des médicaments antidiarrhéiques sont sélectionnés.
  • Probiotiques. Restaurez la microflore intestinale et contribuez à la normalisation de la digestion.

Selon le témoignage et nommés d'autres moyens pour aider à éliminer la maladie sous-jacente.

Recettes folkloriques

Pour éliminer la distension abdominale et la sévérité concomitante de l'épigastre, des méthodes de phytothérapie sont utilisées:

  • décoction de camomille, menthe;
  • infusion d'oignon;
  • graines de chardon moulues;
  • une infusion de graines de marjolaine, de cumin, de millefeuille, de millepertuis, de calendula (en diverses combinaisons et proportions);
  • un mélange de miel et de vinaigre de cidre.

L'utilisation d'ordonnances pour la médecine alternative est justifiée dans la thérapie complexe et non au détriment des médicaments. Un traitement avec décoctions et infusions d’herbes n’apporte pas l’effet recherché.

La sévérité de l'estomac et les ballonnements, qui ne sont pas associés à la pathologie du tube digestif, sont facilement arrêtés par des changements de régime alimentaire et de mode de vie. Pour les maladies du tractus gastro-intestinal, il est nécessaire de consulter un médecin et des soins spécialisés.

Zone épigastrique - qu'est-ce que c'est et les causes de la douleur

Si une personne n'a pas de raison apparente de souffrir dans la région épigastrique, c'est l'une des raisons impérieuses de consulter un médecin. Un point distinct est que pour déterminer la véritable cause de la douleur, vous devez déterminer où se trouve la région épigastrique.

Emplacement

Une douleur épigastrique peut survenir à la suite d'une dépression fonctionnelle. Le symptôme qu'une personne ressent quand un problème survient est un sentiment de satiété rapide.

Le premier signe de problèmes dans l'épigastre est le remplissage rapide de l'estomac.

Il existe des cas où le sentiment de satiété est présent même lorsque la personne ne mange pas. Si l'enflure commence dans l'épigastre, alors en plus du sentiment de plénitude, une personne peut ressentir des nausées et des vomissements.

S'il y a une sensation de brûlure dans l'épigastre, vous pouvez alors comprendre exactement où se trouve la région.

Causes de la douleur

C'est important! Afin de comprendre pourquoi exactement la douleur est apparue, il est nécessaire de subir un examen, il est impossible d'essayer de trouver la cause par soi-même, cela peut avoir des conséquences désastreuses.

La gravité dans la région épigastrique peut apparaître en raison de processus inflammatoires qui se produisent dans le pancréas. En règle générale, les symptômes commencent à apparaître principalement après un repas, même si la personne a mangé un peu.

La douleur épigastrique après avoir mangé peut donner du côté droit si la tête de l'organe est endommagée.

La personne à ce moment se sent:

  • Des sensations douloureuses, des frissons, des nausées, de la fièvre peuvent se développer.
  • Si une personne a une hernie hiatale, il y a une sensation de brûlure dans la région épigastrique.
  • L'inflammation de l'appendicite est possible.

Le processus inflammatoire peut toucher non seulement la région épigastrique, mais également le duodénum. À ce moment, la personne commence à avoir des nausées, des vomissements et une faiblesse grave dans tout le corps.

Dans certaines maladies, des symptômes non standard peuvent apparaître. Cela se produit généralement lors de l'exacerbation d'ulcères gastriques, d'intoxication alimentaire, de constipation et d'autres maladies des organes internes.

Pour comprendre les causes de la douleur, vous devez comprendre ce qui peut les causer:

  • Estomac - un malaise se forme à la suite de maladies de l'estomac et des organes digestifs. Accompagné de douleurs vomissant et coupant dans l'abdomen.
  • Cœur - En fait, toutes les maladies cardiaques peuvent provoquer des sensations douloureuses transmises à différentes parties du corps: épaule droite, mâchoire et estomac.
  • Poumons - avec pneumonie, essoufflement commence, le rythme des changements de respiration, des sensations douloureuses mineures apparaissent.
  • Pancréas - dans la pancréatite aiguë, une gêne apparaît, ce qui donne, dans le dos, l'épaule, peut être ressentie dans tout le corps, si l'attaque n'est pas la première fois.
  • Rate - diverses maladies de cet organe peuvent provoquer une attaque de douleur aiguë, qui apparaît à gauche et donne au cou et à l'épaule gauche.
  • Foie - avec coliques du foie, un inconfort apparaît dans la région épigastrique.
  • Vésicule biliaire - une gêne se produit sous les côtes du côté droit, touche toutes les parties de l'abdomen et augmente avec la respiration profonde ou des mouvements simples.
  • Appendice - la douleur apparaît près du nombril, se localisant progressivement dans le bas de l'abdomen du côté droit.
  • Reins - si une personne a des calculs rénaux et commence à s'éloigner progressivement, des douleurs sévères apparaissent et sont accompagnées d'une envie constante d'uriner.
  • Le diaphragme - quand une hernie diaphragmatique fait apparaître des sensations désagréables, s'étendant jusqu'à l'épaule et au cou, elles résultent d'une mauvaise alimentation.

Le syndrome de la douleur épigastrique peut survenir pour diverses raisons. Vous ne devez donc pas essayer de déterminer vous-même la cause de la douleur. Il est préférable de consulter un médecin et de vérifier son utilité. Cela aidera à diagnostiquer correctement la maladie et à commencer son traitement en temps voulu.

C'est important! Lors du traitement de la douleur épigastrique, ne prenez pas d'analgésiques avant d'avoir consulté un médecin, car ils soulageront les symptômes et rendront difficile l'établissement d'un diagnostic.

La nature de la douleur:

  • Douleurs de la faim - avoir un caractère tirant, peut être assez fort. Une petite collation leur suffit pour disparaître.
  • Chronique - associé à une inflammation des muqueuses.
  • Whining - apparaissent en raison d'une grande sécrétion de suc gastrique, alors que les spasmes pyloriques commencent.
  • Crampes - il s'agit d'une douleur intense provoquée par une forte contraction des muscles.
  • Saisonniers - sont rares, apparaissent principalement à certains moments.

La nature de la douleur dépend de la raison de son apparition. Pour que la douleur s’arrête, vous devez commencer le traitement.

Diagnostic et traitement

Identifier la raison pour laquelle il y a douleur, les médecins peuvent être différentes spécialisations. Mais si un patient a régulièrement des douleurs dans la région épigastrique après avoir mangé, un examen complet est prévu.

Ceci est fait afin d'identifier la véritable cause de l'inconfort et de commencer le traitement de la pathologie.

Avant l'examen, le médecin vous prescrit une série de tests, assurez-vous de vérifier le sang, l'urine, les selles.

Quoi d'autre est prescrit par le médecin:

  • Échographie de l'abdomen
  • Divers tests.
  • Rayon X des organes internes.
  • Autres procédures prescrites par un médecin.

Une fois que tous les tests et les résultats de la recherche sont terminés, le médecin peut établir un diagnostic. Pour être sûr du diagnostic, le médecin doit exclure la possibilité du développement d'une autre maladie pouvant survenir avec les mêmes symptômes.

Le médecin traitant prescrit en fonction du diagnostic. Dans la forme habituelle de la maladie, il peut s'agir d'un traitement ambulatoire, de pilules prescrites, d'un régime alimentaire et d'autres précautions.

Si le patient a un stade grave, une hospitalisation peut être recommandée.

S'il y a une lourdeur dans l'épigastre, vous ne devriez pas attendre jusqu'à ce qu'il passe, il est préférable de contacter un spécialiste et d'identifier les causes de la formation de la douleur. Assurez-vous de subir un examen complet et de commencer le traitement rapidement.

Cela dépend de l'efficacité du traitement et de la rapidité avec laquelle le malaise épigastrique passera. La maladie prend beaucoup de main-d'œuvre, alors ne négligez pas leur santé.

A propos des brûlures d'estomac

23/09/2018 admin Commentaires Pas de commentaires

La région épigastrique fait partie de l'abdomen dans les régions supérieure et médiane immédiatement sous les côtes. Il a la forme d'un triangle isocèle dont la base longe les bords inférieurs et le sommet sous le processus xiphoïde. Un autre nom pour cette région est l'épigastrique ou épigastrique. Une douleur de nature différente, qui se produit dans diverses pathologies des organes internes, se retrouve dans l'épigastre.

Les organes

Dans la région de l'hypochondre droit se trouvent le foie, la vésicule biliaire, le rein droit et les premières sections de l'intestin grêle.

Dans la région sous-costale gauche se trouvent la rate, certaines parties du gros intestin, le rein gauche et le pancréas.

La région épigastrique, où se trouve l'estomac, ainsi que le foie, le duodénum, ​​la rate, le pancréas, les glandes surrénales, est située au centre.

Caractéristique de la douleur

La douleur à droite sous les côtes peut être douloureuse ou brûlante et peut se propager à la poitrine et au dos. Une telle douleur peut également être le signe de maladies de divers organes et d'une manifestation de la pathologie du processus digestif: calculs biliaires, ulcère peptique et hernie. Après avoir mangé, des douleurs peuvent survenir et devenir chroniques.

La douleur épigastrique est un symptôme très commun. Si des brûlures d'estomac se produisent, il s'agit d'une maladie de reflux gastro-œsophagien.

Des douleurs épigastriques peuvent survenir pendant la grossesse. Cela est dû à des modifications hormonales qui ralentissent le processus de digestion et à des causes mécaniques: l'abdomen grossit, la pression dans la cavité abdominale augmente et provoque une gêne. Avec une pression accrue, la douleur dans la région épigastrique est un symptôme alarmant de la pré-éclampsie.

Les personnes ressentent divers degrés de douleur: de légère à sévère. Une douleur non intense survient souvent après avoir mangé et elle passe rapidement. Une douleur intense dans la région épigastrique, qui est toujours dans le même temps et donne à la poitrine, au cou, peut être si forte qu'elle interfère avec le sommeil.

Autres symptômes dans lesquels la région épigastrique de l'abdomen est tendue ou douloureuse: éructations, ballonnements, crampes et douleurs de la faim. Parfois, des nausées, des vomissements, une perte de poids soudaine et un manque d'appétit se produisent.

Est-ce une maladie grave?

La douleur épigastrique n'est pas toujours la manifestation d'une maladie grave. Cependant, il est nécessaire de consulter immédiatement un médecin si vous présentez des symptômes tels que:

  • difficulté à respirer
  • douleur au coeur,
  • ballonnements
  • sang dans les selles et vomissements
  • fièvre supérieure à 38,
  • la douleur abdominale augmente et / ou se déplace vers l'obdast inférieur droit.

Il existe de nombreuses raisons pouvant causer une douleur épigastrique. La diverticulite, l'intolérance au lactose et le RGO peuvent être à l'origine de ce symptôme. Les maladies inflammatoires et même le cancer, qui affecte le fonctionnement de l'estomac et d'autres organes digestifs, sont une autre cause possible de gêne. Dans de rares cas, une maladie cardiaque entraîne également des douleurs dans la région épigastrique. Manger avec excès, manger des aliments épicés et gras, et l’alcool sont des facteurs bien connus conduisant au fait que la région épigastrique devient douloureuse à la fois au repos et au cours de l’étude. Une utilisation trop fréquente du café entraîne une indigestion. Cette boisson interfère également avec l'activité du métabolisme du GABA, qui est très important pour calmer le tractus gastro-intestinal (GIT).

Quelques autres maladies pour lesquelles la douleur survient:

  • La gastrite est une affection dans laquelle la membrane muqueuse de l'estomac devient enflammée et sensible.
  • L'ulcère peptique est une plaie ouverte ou un ulcère de la muqueuse gastrique et de l'intestin grêle.
  • Dyspepsie ou indigestion.

Il existe d'autres maladies dans lesquelles la région épigastrique devient douloureuse. C'est:

  • inflammation de l'œsophage, également appelée œsophagite;
  • hernie hiatale;
  • une pancréatite;
  • diverticulite;
  • cancer de l'estomac;
  • processus oncologiques dans le pancréas;
  • l'hépatite;
  • toux chronique;
  • étirement des muscles abdominaux;
  • anévrisme de l'aorte abdominale;
  • effet secondaire du médicament.

Dans certaines formes d'urétrite et d'autres maladies inflammatoires des organes pelviens, il y a parfois des douleurs dans la région épigastrique, qui s'accompagnent généralement de fièvre et de nausées.

Causes graves et potentiellement mortelles

L'infarctus du myocarde et l'angine de poitrine sont des maladies qui peuvent également provoquer des douleurs dans la région épigastrique. Dans ce cas, il y a un effet de douleur réfléchie, qui peut commencer non seulement dans la région du cœur, mais aussi dans la plèvre ou les nerfs rachidiens dans diverses maladies.

Quelques caractéristiques du syndrome de la douleur

Dans le syndrome du côlon irritable, la douleur dure assez longtemps et est associée à une distension abdominale et à un changement de la fréquence ou de la consistance des selles. En règle générale, l'examen se déroule sans gêne ou peut causer une légère douleur ou des étirements.

Un ulcère peptique se caractérise par des douleurs aiguës ou chroniques ou des brûlures, surtout lorsque les recommandations alimentaires ne sont pas suivies. Habituellement, la douleur s’intensifie la nuit.

La pancréatite s'accompagne d'une douleur aiguë qui irradie dans le dos. Ceci est généralement accompagné de vomissements. En se penchant en avant, le syndrome de la douleur diminue. Les symptômes de cette maladie sont différents, mais comprennent la jaunisse, la tachycardie, des muscles raides, une sensibilité et une décoloration de la peau autour du nombril ou des surfaces latérales de l'abdomen.

La péritonite est une douleur aiguë avec des signes de choc et de tension. Cela peut être aggravé par la toux. L'abdomen peut être planté.

L’obstruction gastro-intestinale est accompagnée de douleurs aiguës de la colique. Vomissements apporte un soulagement. Accompagné d'étirements et d'écoute du bruit intestinal.

Dans les maladies de la vésicule biliaire, une douleur aiguë persistante avec vomissements, fièvre, sensibilité locale et raideur est diagnostiquée. Dans certains cas, il est possible de palper la vésicule biliaire.

La rupture d'un anévrisme aortique est une douleur aiguë qui irradie au dos ou à l'aine. Le patient peut avoir un collapsus cardiovasculaire. Dans ce cas, le décès survient dans les premières minutes ou dans les premières heures.

Le cancer de l'estomac est le plus souvent diagnostiqué chez les patients de sexe masculin âgés de plus de 55 ans et qui fument. Dans les cas avancés, une perte de poids, des vomissements, une hépatomégalie et une dysphagie peuvent survenir.

La douleur épigastrique peut aussi être d'origine psychosomatique.

Tests de diagnostic

Afin de diagnostiquer les causes sous-jacentes, différentes études sont menées. L'utilisation de la technologie moderne joue un rôle important dans l'obtention d'excellents résultats dans la détection de la zone touchée du corps. Voici les méthodes les plus courantes:

  • La vitesse de sédimentation des érythrocytes (ESR) est une étude simple et peu coûteuse qui permet de détecter le processus inflammatoire dans le corps.
  • Une analyse d'urine est effectuée pour détecter des infections des voies urinaires et d'autres maladies associées.
  • Une analyse biochimique du sang est effectuée pour déterminer la fonction du foie et le contenu des enzymes pancréatiques.
  • L'endoscopie est généralement réalisée pour évaluer les problèmes liés à l'estomac et à l'œsophage. Ce test permet également d'effectuer une biopsie permettant de détecter des troubles tels que l'inflammation, les ulcères et les tumeurs.
  • Une radiographie et une échographie abdominales sont effectuées pour vérifier les organes abdominaux (estomac, reins, intestins, vessie, foie et pancréas) afin de détecter des obstructions ou d'autres pathologies.
  • L'IRM et la tomodensitométrie sont très utiles pour découvrir la cause fondamentale de la douleur.
  • L'ECG est réalisé dans les cas où la douleur épigastrique n'est pas associée à des maladies gastro-intestinales. Ce test aide au diagnostic des crises cardiaques.

Comment prévenir la douleur épigastrique

La plupart des épisodes de douleur surviennent immédiatement après avoir mangé. La prévention comprend les activités suivantes:

  • Évitez de trop manger.
  • Mangez régulièrement.
  • Mangez de petits repas tout au long de la journée.
  • Mastiquez bien les aliments.
  • Évitez les boissons alcoolisées, surtout lorsque vous mangez.
  • Ne consommez pas d'aliments qui provoquent des irritations et même des maux d'estomac.
  • Ne vous couchez pas immédiatement après un repas, car cela affecterait la digestion des aliments. Cela peut également faire remonter l'acide gastrique dans l'œsophage, causant des brûlures d'estomac.
  • Limitez votre consommation de café et de boissons gazeuses.

Izzogi.net - portail d'information

La région épigastrique est la zone ombilicale et le processus xiphoïdien du sternum, délimité à gauche et à droite par les lignes mi-claviculaires. Certains patients se plaignent de douleurs et de malaises dans cette zone, ce qui rend difficile une vie normale.

L'inconfort épigastrique est une affection qui peut survenir chez les patients atteints de dyspepsie fonctionnelle. En règle générale, une gêne dans la région épigastrique peut être accompagnée des symptômes suivants:

  • Remplissage rapide de l'estomac. Dans ce cas, la personne se sent rassasiée au stade initial de son repas;
  • Quelque soit le repas, une sensation de satiété dans la région épigastrique peut survenir.
  • Gonflement dans la région épigastrique, accompagné de nausées et de vomissements;
  • La sensation de brûlure est une sensation désagréable de chaleur, localisée dans la région épigastrique.

Causes de la douleur épigastrique

Les maladies du système digestif peuvent provoquer des malaises dans la région épigastrique. Dans les gastrites à caractère auto-immun, la muqueuse gastrique en souffre. Dans ce cas, le patient peut ressentir une douleur sourde, des brûlures d'estomac et une lourdeur dans la région épigastrique.

Des douleurs environnantes, accompagnées de nausées et de vomissements, peuvent survenir dans le contexte d'une maladie inflammatoire du pancréas - pancréatite. Le plus souvent, un malaise survient dans l'épigastre après chaque repas. Avec la défaite du pancréas, le syndrome de la douleur à la tête est localisé dans le côté droit de l'abdomen.

Dans les processus infectieux et inflammatoires dans la région du péritoine, la douleur dans la région épigastrique est aiguë et peut être accompagnée de nausées, de vomissements et de fièvre. Une sensation de brûlure et un gonflement désagréables se produisent en cas de hernie hiatale, caractérisée par un déplacement de l'œsophage inférieur dans la cavité thoracique.

Au cours de l'inflammation de l'appendice, il y a aussi une douleur dans la région épigastrique avec une tension simultanée des muscles du bas-ventre gauche. Les sensations douloureuses dans la partie épigastrique sont accompagnées d'une inflammation du duodénum. Vous pouvez ressentir une faiblesse générale, des nausées et des vomissements.

Un symptôme de douleur aiguë dans la région épigastrique est la conséquence d'un ulcère de la paroi postérieure de l'estomac, au cours duquel une demande de contenu dans la cavité abdominale peut survenir. En même temps, il y a une douleur au poignard et une forte douleur des muscles abdominaux.

Les causes de l'inconfort épigastrique peuvent être la pression alimentaire, la constipation et les maladies d'autres organes internes. Par exemple, dans l'infarctus du myocarde, des accès de douleur aiguë se produisent, qui sont localisés non seulement dans la région épigastrique, mais également dans la région du cœur et des omoplates. Dans les maladies inflammatoires des reins et des poumons, on peut également observer une gêne dans cette zone.

Les coliques néphrétiques augmentent progressivement et peuvent entraîner une douleur paroxystique. La pleurésie est caractérisée par une douleur à la poitrine, qui est donnée à la région épigastrique. Dans le même temps, la température corporelle peut augmenter et il existe une faiblesse générale.

Moyens de lutter contre l'inconfort dans la région épigastrique

En présence de douleur et de tout inconfort dans la région épigastrique, une thérapie complexe est prescrite, dans le cadre de laquelle des modifications du régime alimentaire habituel, des mesures médicamenteuses et psychothérapeutiques sont envisagées. Si nécessaire, excluez toute charge émotionnelle et physique ayant un impact négatif sur la motilité du tractus gastro-intestinal. Dans le même temps, les pauses prolongées entre les repas, la consommation de plats frits, gras et épicés, de produits fumés et de conservateurs sont considérées comme inacceptables. En outre, le rejet de l'alcool, du tabagisme et de la consommation de boissons gazeuses est une condition préalable.

Parmi les médicaments, les prokinetics sont les plus efficaces pour lutter contre l’inconfort dans la région épigastrique. Les médicaments de ce groupe augmentent la fréquence des contractions de l'œsophage, accélèrent la vidange gastrique, affectent favorablement le tonus du sphincter inférieur de l'œsophage et augmentent la motilité des 12 personnes. L'effet principal de la prokinétique est basé sur la capacité de bloquer les récepteurs de la dopamine, qui affectent la motilité du tractus gastro-intestinal. Dans certains cas, la motilité gastro-intestinale ne peut être restaurée qu'avec l'aide d'un traitement anti-hélicobacter.

L'utilisation d'antiacides à haute teneur en hydroxyde d'aluminium et en magnésium permet de neutraliser le contenu acide et d'arrêter les symptômes de flatulence.

Les médicaments anti-acides donnent un bon effet pour éliminer la douleur épigastrique. Les antagonistes des récepteurs de l'histamine H2 contribuent à l'élimination rapide de symptômes tels que ballonnements, brûlures, gravité et douleur dans la région épigastrique.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie