CRÉER UN NOUVEAU MESSAGE.

Mais vous êtes un utilisateur non autorisé.

Si vous vous êtes inscrit plus tôt, connectez-vous (formulaire de connexion dans la partie supérieure droite du site). Si vous êtes ici pour la première fois, inscrivez-vous.

Si vous vous enregistrez, vous pouvez continuer à suivre les réponses à vos messages, poursuivre le dialogue sur des sujets intéressants avec d'autres utilisateurs et consultants. En outre, l’enregistrement vous permettra d’échanger en privé des consultants et d’autres utilisateurs du site.

Astuce 1: Qu'est-ce que l'expression "capture l'esprit"

En règle générale, l'expression "capture l'esprit" dans le langage moderne est utilisée pour décrire certaines émotions positives fortes, par exemple "l'esprit capturé du plaisir". Le sens proche de cette expression est un autre «volé de souffle», plus archaïque. Ainsi, je me rappelle immédiatement les mots de la fable de I.S. Krylov «Le corbeau et le renard»: «De la joie dans le goitre, le souffle est descendu…».

Mais aussi pour les expériences négatives fortes, cette déclaration peut être utilisée: "C’est tellement effrayant que ça vous coupe le souffle!".

Médicalement

En fait, le sentiment de manque d’air, le sentiment qu’il est difficile, voire impossible de respirer, est une réaction naturelle du corps à un stress grave, qu’il soit causé par des événements positifs ou négatifs. Les médecins appellent cette affection l'une des manifestations du syndrome d'hyperventilation (HWS).

Souvent, l’ECS est l’un des symptômes de la dystonie végétative-vasculaire, symptôme qui accompagne les attaques de panique.

Le syndrome d'hyperventilation a été décrit pour la première fois au 19ème siècle. Cela a été observé chez les soldats qui ont pris part aux hostilités. Une situation de stress grave, une peur constante de la mort entraînaient un sentiment d'impossibilité de prendre une profonde respiration, une sensation de raideur à la poitrine, une bosse dans la gorge et d'autres symptômes.

Au 20ème siècle, il a été scientifiquement prouvé que la cause principale de l'état de «souffle à couper le souffle» (ou syndrome d'hyperventilation) n'est rien d'autre qu'un état de stress grave, d'anxiété, d'anxiété et de dépression. Certains scientifiques pensent qu’il existe un certain groupe de personnes le plus susceptible au développement d’un tel état. Ce sont ceux qui, dans leur enfance, souffraient d'essoufflement. Leur corps était très tôt utilisé pour réagir à une situation stressante. En outre, il s’agit généralement de personnes possédant un entrepôt hystérique de personnalité, émotionnelle et artistique, susceptible d’exagérer leurs réactions émotionnelles. Ici, il est nécessaire de distinguer l’hystérie en tant que maladie mentale et l’accentuation hystérique d’une personne qui n’est pas un trouble mental mais qui est prédisposée au développement de la SH.

Mais cela ne signifie pas qu'une personne qui n'est pas prédisposée au syndrome d'hyperventilation est assurée contre le fait de vivre cette maladie au moins une fois dans sa vie. Il peut survenir chez presque toutes les personnes en état de stress émotionnel intense.

Causes physiologiques

Cette condition résulte des caractéristiques physiologiques de la respiration humaine. Le fait est que la respiration est un processus régulé à la fois sur le plan inconscient et conscient. Une personne n'a pas besoin de surveiller en permanence le processus de sa respiration. Cependant, elle est tout à fait capable de le faire, par exemple, pour commencer à respirer plus profondément, plus lentement ou au contraire plus vite.

En cas de stress grave, le programme de respiration normale échoue, sa fréquence, sa profondeur, etc., changent: une personne dans un état d'excitation émotionnelle extrême semble «oublier» comment respirer correctement. En conséquence, l'équilibre entre l'oxygène et le dioxyde de carbone dans les poumons est perturbé, ce qui entraîne une perturbation de l'acidité normale du sang, ainsi que des modifications de la teneur en substances telles que le magnésium, le potassium, etc.

Ce sont ces changements physiologiques dans le corps qui conduisent à l'apparition de symptômes qu'une personne peut identifier avec les mots «esprit à couper le souffle».

Astuce 2: Qu'est-ce que le degré de "doctorat"

Des frissons à couper le souffle

Questions connexes et recommandées

5 réponses

Site de recherche

Et si j'ai une question similaire, mais différente?

Si vous n'avez pas trouvé les informations nécessaires parmi les réponses à cette question ou si votre problème est légèrement différent de celui présenté, essayez de poser une autre question au médecin sur cette page si celle-ci concerne la question principale. Vous pouvez également poser une nouvelle question à laquelle nos médecins répondront au bout d’un moment. C'est gratuit. Vous pouvez également rechercher les informations nécessaires dans des questions similaires sur cette page ou sur la page de recherche du site. Nous vous serions très reconnaissants de nous recommander à vos amis sur les réseaux sociaux.

Medportal 03online.com effectue des consultations médicales dans le mode de correspondance avec des médecins sur le site. Ici, vous obtenez des réponses de vrais praticiens dans votre domaine. Actuellement, le site fournit des conseils sur 45 domaines: allergologue, neurologue, gastro-entérologue, hématologue, généticien, gynécologue, homéopathe, dermatologue, pédiatre, neurologue orthophoniste, Laura, mammologue, avocate en médecine, narcologue, neuropathologiste, neurochirurgien, néphrologue, oncologue, oncologue, chirurgien orthopédiste, ophtalmologiste, pédiatre, chirurgien plasticien, proctologue, Psychiatre, psychologue, pneumologue, rhumatologue, sexologue-andrologue, dentiste, urologue, pharmacien, phytothérapeute, phlébologue, chirurgien, endocrinologue.

Nous répondons à 95,66% des questions.

Qu'est-ce que l'expression "à couper le souffle"

Mais aussi pour les expériences négatives fortes, cette déclaration peut être utilisée: "C’est tellement effrayant que ça vous coupe le souffle!".

Médicalement

En fait, le sentiment de manque d’air, le sentiment qu’il est difficile, voire impossible de respirer, est une réaction naturelle du corps à un stress grave, qu’il soit causé par des événements positifs ou négatifs. Les médecins appellent cette affection l'une des manifestations du syndrome d'hyperventilation (HWS). Souvent, l’ECS est l’un des symptômes de la dystonie végétative-vasculaire, symptôme qui accompagne les attaques de panique.

Le syndrome d'hyperventilation a été décrit pour la première fois au 19ème siècle. Cela a été observé chez les soldats qui ont pris part aux hostilités. Une situation de stress grave, une peur constante de la mort entraînaient un sentiment d'impossibilité de prendre une profonde respiration, une sensation de raideur à la poitrine, une bosse dans la gorge et d'autres symptômes.

Au 20ème siècle, il a été scientifiquement prouvé que la cause principale de l'état de «souffle à couper le souffle» (ou syndrome d'hyperventilation) n'est rien d'autre qu'un état de stress grave, d'anxiété, d'anxiété et de dépression. Certains scientifiques pensent qu’il existe un certain groupe de personnes le plus susceptible au développement d’un tel état. Ce sont ceux qui, dans leur enfance, souffraient d'essoufflement. Leur corps était très tôt utilisé pour réagir à une situation stressante. En outre, il s’agit généralement de personnes possédant un entrepôt hystérique de personnalité, émotionnelle et artistique, susceptible d’exagérer leurs réactions émotionnelles. Ici, il est nécessaire de distinguer l’hystérie en tant que maladie mentale et l’accentuation hystérique d’une personne qui n’est pas un trouble mental mais qui est prédisposée au développement de la SH.

Mais cela ne signifie pas qu'une personne qui n'est pas prédisposée au syndrome d'hyperventilation est assurée contre le fait de vivre cette maladie au moins une fois dans sa vie. Il peut survenir chez presque toutes les personnes en état de stress émotionnel intense.

Causes physiologiques

Cette condition résulte des caractéristiques physiologiques de la respiration humaine. Le fait est que la respiration est un processus régulé à la fois sur le plan inconscient et conscient. Une personne n'a pas besoin de surveiller en permanence le processus de sa respiration. Cependant, elle est tout à fait capable de le faire, par exemple, pour commencer à respirer plus profondément, plus lentement ou au contraire plus vite.

En cas de stress grave, le programme de respiration normale échoue, sa fréquence, sa profondeur, etc., changent: une personne dans un état d'excitation émotionnelle extrême semble «oublier» comment respirer correctement. En conséquence, l'équilibre entre l'oxygène et le dioxyde de carbone dans les poumons est perturbé, ce qui entraîne une perturbation de l'acidité normale du sang, ainsi que des modifications de la teneur en substances telles que le magnésium, le potassium, etc.

Ce sont ces changements physiologiques dans le corps qui conduisent à l'apparition de symptômes qu'une personne peut identifier avec les mots «esprit à couper le souffle».

Anxiété sans raison

Une peur inexplicable, une tension, une anxiété sans raison se produisent périodiquement chez de nombreuses personnes. L’explication de l’anxiété sans cause peut être une fatigue chronique, un stress constant, des maladies déjà subies ou évolutives. En même temps, la personne se sent en danger mais ne comprend pas ce qui lui arrive.

Pourquoi l'inquiétude apparaît sur l'âme sans raison

Les sentiments d'anxiété et de danger ne sont pas toujours des états mentaux pathologiques. Au moins une fois, chaque adulte a éprouvé de l'excitation nerveuse et de l'anxiété dans une situation où il était incapable de gérer le problème ou à la veille d'une conversation difficile. Après avoir résolu ces problèmes, l’anxiété disparaît. Mais la peur pathologique gratuite apparaît indépendamment des stimuli externes, elle n'est pas causée par de vrais problèmes, mais elle naît d'elle-même.

Un état anxieux, sans cause, est accablant quand une personne laisse libre cours à son imagination: elle peint généralement les images les plus terribles. À ces moments-là, la personne ressent son impuissance, est épuisée émotionnellement et physiquement, sa santé peut alors faiblir et la personne va tomber malade. Selon les symptômes (signes), il existe plusieurs pathologies mentales caractérisées par une anxiété accrue.

Attaque de panique

En règle générale, une attaque de panique dépasse une personne dans un endroit surpeuplé (transports en commun, bâtiment institutionnel, grand magasin). Il n’existe aucune raison visible expliquant l’apparition de cette affection, puisqu’à présent rien ne menace la vie ou la santé de la personne. L'âge moyen des personnes anxieuses sans cause est de 20 à 30 ans. Les statistiques montrent que plus souvent les femmes sont exposées à une panique injustifiée.

Selon les médecins, une cause potentielle d'anxiété déraisonnable pourrait être la présence à long terme d'une personne dans une situation de nature traumatique, mais des situations de stress graves et ponctuelles ne sont pas exclues. L'hérédité, le tempérament d'une personne, ses caractéristiques personnelles et son équilibre hormonal sont déterminants pour la prédisposition aux attaques de panique. En outre, l'anxiété et la peur sans cause se manifestent souvent dans le contexte de maladies des organes internes d'une personne. Particularités des sentiments de panique:

  1. Panique spontanée. Se pose soudainement, sans circonstances auxiliaires.
  2. Panique situationnelle. Apparaît sur le fond d'expériences dues à l'apparition d'une situation traumatique ou à la suite d'une personne en attente d'un problème.
  3. Panique conditionnelle conditionnelle. Manifesté sous l'action d'un stimulant biologique ou chimique (alcool, échec hormonal).

Les signes les plus courants d’une attaque de panique sont les suivants:

  • tachycardie (accélération du rythme cardiaque);
  • anxiété dans la poitrine (distension, douleur à l'intérieur du sternum);
  • "La boule dans la gorge";
  • hypertension artérielle;
  • le développement de l'IRR (dystonie vasculaire);
  • manque d'air;
  • peur de la mort;
  • bouffées de chaleur;
  • nausée, vomissement;
  • des vertiges;
  • la déréalisation;
  • altération de la vision ou de la coordination auditive;
  • perte de conscience;
  • miction spontanée.

Névrose d'anxiété

Il s’agit d’un trouble mental et nerveux dont le principal symptôme est l’anxiété. Avec le développement de la névrose d’anxiété, les symptômes physiologiques associés à la défaillance du système autonome sont diagnostiqués. L'anxiété est parfois intensifiée, parfois accompagnée d'attaques de panique. Les troubles anxieux se développent généralement à la suite d'une surcharge mentale prolongée ou d'un stress grave. Les symptômes suivants sont inhérents à la maladie:

  • anxiété sans cause (une personne s'inquiète des bagatelles);
  • pensées obsessionnelles;
  • la peur;
  • dépression
  • troubles du sommeil;
  • l'hypocondrie;
  • la migraine;
  • la tachycardie;
  • des vertiges;
  • nausée, problèmes digestifs.

Le syndrome d'anxiété ne se manifeste pas toujours comme une maladie indépendante, il accompagne souvent la dépression, la névrose phobique, la schizophrénie. Cette maladie mentale évolue rapidement vers une forme chronique et les symptômes deviennent permanents. Périodiquement, une personne vient aggravations, dans lesquelles il y a des attaques de panique, irritabilité, larmoiement. Un sentiment constant d'anxiété peut se transformer en d'autres formes de troubles - hypochondries, troubles obsessionnels compulsifs.

Anxiété de gueule de bois

Lorsque l'alcool est consommé, une intoxication du corps se produit, tous les organes commencent à combattre cette condition. Premièrement, le système nerveux prend le dessus - à ce moment-là, il y a une intoxication, qui se caractérise par des sautes d'humeur. Après cela, le syndrome de la gueule de bois commence, dans lequel tous les systèmes du corps humain se battent avec de l'alcool. Les signes d'inquiétude avec une gueule de bois sont:

  • des vertiges;
  • changement fréquent d'émotions;
  • nausée, gêne abdominale;
  • hallucinations;
  • saute la pression artérielle;
  • l'arythmie;
  • alternance de chaleur et de froid;
  • peur déraisonnable;
  • le désespoir;
  • mémoire défaillante.

Déprimé

Cette maladie peut se manifester chez une personne de tout âge et de tout groupe social. En règle générale, la dépression se développe après une situation traumatique ou du stress. La maladie mentale peut être déclenchée par de graves expériences d'échec. Les chocs émotionnels peuvent entraîner un trouble dépressif: décès d'un être cher, divorce, maladie grave. Parfois, la dépression apparaît sans cause. Les scientifiques pensent que, dans de tels cas, l'agent responsable des processus neurochimiques - l'échec du processus métabolique des hormones affectant l'état émotionnel d'une personne.

Les manifestations de la dépression peuvent être différentes. La maladie peut être suspectée avec les symptômes suivants:

  • anxiété fréquente sans raison apparente;
  • réticence à faire le travail habituel (apathie);
  • la tristesse;
  • fatigue chronique;
  • diminution de l'estime de soi;
  • indifférence aux gens qui les entourent;
  • difficulté à se concentrer;
  • réticence à communiquer;
  • difficulté à prendre des décisions.

Comment se débarrasser de l'anxiété et de l'anxiété

Chaque personne ressent périodiquement de l'anxiété et de la peur. Si, en même temps, il vous est difficile de surmonter ces états ou si leur durée diffère, ce qui nuit au travail ou à la vie personnelle, contactez un spécialiste. Signes pour lesquels vous ne devriez pas retarder votre visite chez le médecin:

  • vous avez parfois des attaques de panique sans raison;
  • vous ressentez une peur inexplicable;
  • pendant l'anxiété, il retient son souffle, saute de pression, des vertiges apparaissent.

Avec des médicaments pour la peur et l'anxiété

Un médecin pour le traitement de l'anxiété, en se débarrassant du sentiment de peur qui surgit sans raison, peut prescrire un traitement médicamenteux. Cependant, le médicament le plus efficace lorsqu'il est associé à une psychothérapie. Traiter l'anxiété et la peur uniquement avec des médicaments est inapproprié. Comparativement aux personnes qui utilisent un type de traitement mixte, les patients ne prenant que des pilules sont plus sujets aux rechutes.

Le stade initial de la maladie mentale est généralement traité avec des antidépresseurs légers. Si le médecin constate un effet positif, un traitement d'entretien est prescrit pour une période de six à douze mois. Les types de médicaments, les doses et l'heure d'admission (matin ou soir) sont attribués exclusivement à chaque patient. Dans les cas graves de la maladie, les pilules contre l'anxiété et la peur ne conviennent pas. Le patient est donc placé dans un hôpital où des antipsychotiques, des antidépresseurs et de l'insuline sont injectés.

Parmi les médicaments qui ont un effet calmant, mais qui sont vendus en pharmacie sans ordonnance médicale, on peut citer:

  1. "Novo-Passit". Prendre 1 comprimé trois fois par jour, la durée du traitement de l'anxiété déraisonnable est prescrite par un médecin.
  2. "Valériane". Pris quotidiennement pour 2 comprimés. Le cours dure 2-3 semaines.
  3. Grandaksin. Buvez comme prescrit par le médecin 1-2 comprimés trois fois par jour. La durée du traitement est déterminée en fonction de l'état du patient et du tableau clinique.
  4. Persen. Le médicament est pris 2-3 fois par jour pendant 2-3 comprimés. Le traitement de l’anxiété déraisonnable, des sentiments de panique, de l’anxiété et de la peur ne dure pas plus de 6 à 8 semaines.

Utilisation de troubles d'anxiété psychothérapeutiques

La psychothérapie cognitivo-comportementale est un moyen efficace de traiter les attaques de panique et d'angoisse sans cause. Il vise à transformer les comportements indésirables. En règle générale, il est possible de soigner un trouble mental en 5-20 séances avec un spécialiste. Un médecin, après avoir effectué des tests de diagnostic et passé avec succès les tests d'un patient, aide une personne à éliminer les schémas de pensée négatifs, les croyances irrationnelles qui alimentent un nouveau sentiment d'anxiété.

La méthode cognitive de la psychothérapie se concentre sur la connaissance et la pensée du patient, et pas seulement sur son comportement. Au cours de la thérapie, une personne lutte avec ses peurs dans un environnement contrôlé et sûr. Par des immersions répétées dans une situation qui fait craindre le patient, il acquiert de plus en plus de contrôle sur ce qui se passe. Un regard direct sur le problème (la peur) ne cause pas de dommages, au contraire, les sentiments d'anxiété et d'anxiété sont progressivement nivelés.

Caractéristiques du traitement

L'anxiété est bien traitée. La même chose s'applique à la peur sans cause, et il est possible d'obtenir des résultats positifs en peu de temps. Les techniques les plus efficaces pour éliminer les troubles anxieux incluent: l'hypnose, la désensibilisation séquentielle, la confrontation, la psychothérapie comportementale et la réadaptation physique. Le spécialiste choisit le traitement en fonction du type et de la gravité du trouble mental.

Trouble d'anxiété généralisé

Si, avec les phobies, la peur est associée à un objet particulier, l’anxiété associée au trouble d’anxiété généralisée (TAG) couvre tous les aspects de la vie. Ce n'est pas aussi fort que pendant les attaques de panique, mais plus longtemps, et donc plus douloureux et plus difficile à supporter. Ce trouble mental est guéri de plusieurs manières:

  1. Psychothérapie cognitivo-comportementale. Cette technique est considérée comme la plus efficace pour le traitement des sentiments d'anxiété gratuits avec GAD.
  2. Exposition et prévention des réactions. La méthode est basée sur le principe de l’anxiété vécue, c’est-à-dire qu’une personne craint complètement, et n’essaie pas de la surmonter. Par exemple, le patient a tendance à être nerveux quand un membre de sa famille s’attarde, imaginant le pire qui puisse arriver (un ami proche a eu un accident, il a été pris d’une crise cardiaque). Au lieu de s'inquiéter, le patient devrait céder à la panique, éprouver la peur au maximum. Au bout d'un moment, le symptôme deviendra moins intense ou disparaîtra complètement.

Panique et excitation

Le traitement de l’anxiété qui a lieu sans crainte peut être effectué en prenant des médicaments - des tranquillisants. Avec leur aide, les symptômes sont rapidement éliminés, notamment les troubles du sommeil et les sautes d'humeur. Cependant, ces médicaments ont une liste impressionnante d'effets secondaires. Il existe un autre groupe de médicaments pour les troubles mentaux tels que les sentiments d'anxiété et de panique gratuits. Ces fonds ne sont pas puissants et reposent sur des herbes médicinales: camomille, agripaume, feuilles de bouleau, valériane.

Le traitement médicamenteux n’est pas avancé, la psychothérapie étant reconnue comme étant plus efficace dans la lutte contre l’anxiété. Lors de la réception d'un spécialiste, le patient apprend ce qui lui arrive exactement, à cause des problèmes qui ont commencé (causes de la peur, de l'anxiété, de la panique). Après le médecin choisit les méthodes appropriées de traitement des troubles mentaux. En règle générale, la thérapie comprend des remèdes qui éliminent les symptômes d'attaques de panique, d'anxiété (pilules) et d'un traitement psychothérapeutique.

Attaques de panique - Attaque de panique inattendue caractérisée par des sensations corporelles désagréables (essoufflement), vertiges, fourmillements dans les mains et les pieds, transpiration, tremblements, modification du rythme cardiaque, douleurs à la poitrine.

Attaques de panique - expression connue aujourd'hui de presque tout le monde.

L'homme moderne, en particulier dans une grande métropole, est soumis à un stress constant. La «lutte pour la survie» et la «place au soleil» quotidiennes se traduisent par des fluctuations de l'humeur, de la santé, de la qualité et du niveau de vie.

Tout cela se passe dans le contexte d'une atmosphère pas très propre et d'autres "charmes" de l'environnement urbain.

Le cocktail intitulé «Happy Life» ajoute inconfort et tracas sur le trajet domicile-travail, embouteillages, conflits et conflits, problèmes divers au travail et à la maison, aliments «corrects et équilibrés», maladies, et bien plus encore.

Un stress prolongé entraîne une diminution de l'immunité, un affaiblissement du système nerveux, une fatigue chronique, des troubles du sommeil et de l'éveil, des pertes de mémoire, des états dépressifs et des troubles du mouvement.

Le corps, incapable de supporter la charge, signale des problèmes.

La réponse du corps au danger peut être la libération d'adrénaline dans le sang, en tant que stimulant qui aidera à faire face à la situation. Ceci, à son tour, se traduit par des changements caractéristiques dans le travail du cœur, des vaisseaux sanguins, des organes respiratoires, des échanges thermiques et des reins.

Ceci est souvent observé:

  • palpitations cardiaques
  • sentiment de peur
  • bosse dans la poitrine ou essoufflement
  • violation de la thermorégulation - sensation de chaleur ou de froid
  • vasospasme - pâleur ou marbrure de la peau, pulsations dans la tête, fourmillements dans les mains ou les pieds
  • frissonner
  • excrétion de grandes quantités d'urine

Qu'est-ce qu'une attaque de panique?

Pour certains, l'expression «attaques de panique» est associée à la panique dans certaines circonstances extrêmes ou stressantes, pour d'autres, c'est un phénomène complètement incompréhensible, pour la troisième c'est une réalité qui se manifeste dans des conditions spécifiques, ne permettant pas un fonctionnement normal et calme, perturbant la vie, épuisant la vitalité, détruire la santé et rendre impossible les relations avec les autres.

La panique attaque le plus souvent les personnes qui ont une volonté développée, un contrôle excessif et un sens aigu des responsabilités, car elles peuvent se forcer à faire le travail qui leur est confié et les tâches «à travers je ne peux pas», en cachant leur attitude face à ce qui se passe (émotions souvent négatives).

Émotions non vécues et non résolues, les conflits non résolus sont évincés de la conscience et à première vue oubliés.

Cependant, l'inconfort, l'anxiété et la nervosité restent insatisfaits dans le corps.

Après un certain temps (jours, mois, années), l'excitation accumulée à l'intérieur d'une personne trouve une relaxation sous la forme d'une attaque de panique.

Les crises de panique, comme les troubles de panique, surviennent entre 20 et 45 ans, bien qu’elles soient possibles aussi bien chez les jeunes que chez les plus âgés.

La prévalence des troubles paniques dans la population générale est de 2 à 5% et leur fréquence chez les femmes est 3 à 4 fois plus élevée que chez les hommes.

Les conditions dans lesquelles une attaque de panique se produit peuvent être connues de la personne (dans le cas d’épisodes répétés de trouble panique), mais le plus souvent, elles sont difficiles à prévoir.

Dans la plupart des cas, une attaque de panique survient soudainement, de manière imprévisible, inattendue, comme un «tonnerre dans un ciel dégagé» et représente un sentiment de menace pour la santé humaine, et parfois la vie.

Une attaque de panique est une attaque de panique inattendue caractérisée par des sensations corporelles désagréables (essoufflement), des vertiges, des picotements dans les mains et les pieds, de la transpiration, des tremblements, un changement du rythme cardiaque, des douleurs à la poitrine.

Les crises de panique peuvent survenir avec des troubles mentaux: phobies diverses, troubles de panique, trouble de stress post-traumatique (TSPT).

Dans le cas d'attaques de panique répétées, affaiblissant et réduisant le fonctionnement d'une personne, nous parlons de trouble panique.

Les troubles paniques selon la classification internationale des maladies CIM - 10 sont névrotiques.

Ils appartiennent à un groupe de conditions étroitement liées à l'impact sur la santé humaine de facteurs externes, dans lesquels des manifestations douloureuses ne se produisent que dans le cadre de circonstances réellement existantes.

En même temps, l'identité de la personne ne change pas et il y a une prise de conscience de la maladie ou des manifestations douloureuses par la personne elle-même.

Mécanisme d'occurrence PA

... Aujourd'hui, tout semble bien aller...

Pendant quelque temps, inconsciemment, le contrôle a été désactivé. Je commence à penser à tout, les pensées coulent comme si elles étaient toutes seules...

J'ai l'impression qu'il m'est difficile de respirer...

J'essaie de "reprendre mon souffle"...

J'essaie d'inspirer autant que possible et plus profondément, mais je ne peux rien faire... Je ne peux pas respirer du tout...

(des respirations améliorées entraînent une saturation excessive des cellules sanguines en oxygène, ce qui provoque une rétention réflexe de la respiration, ce qui crée un cercle vicieux: la sensation initiale de manque d'air provoque la peur et la rétention réflexe de la respiration devient doublement effrayante).

J'ai mal à la poitrine... mon cœur semble geler, puis à chaque coup il "casse" la poitrine...

Mes mains... elles sont engourdies... comme des milliers d'aiguilles...

La tête "va" autour...

J'ai commencé à transpirer... mon corps était couvert de sueur, bien qu'en même temps j'avais froid... je tremblais et tremblais...

Je ne peux pas m'en empêcher...

Je vais être malade...

Mon corps… les sensations corporelles - elles sont terribles… je ne peux rien y faire…

Plus j'y pense, plus j'essaie de me calmer, plus ça m'agace…

Ma tête est terne, tout est brumeux, acouphènes... vide... et peur...

Effrayant... effrayant, mais si je meurs...

Je n'ai que 35 ans...

Où sont les PA?

Les attaques de panique peuvent être accompagnées d’inconfort et de douleurs à la poitrine, de battements de coeur "perceptibles", de pulsations dans différentes parties du corps, de "cœur en colère".

Avec une attaque de panique, des douleurs abdominales, des nausées, une personne peut se retirer.

PA sont accompagnés de diverses sensations corporelles désagréables.

Une attaque d'AP survient souvent avec vertiges, transpiration, frissons ou fièvre, sensations désagréables dans le corps, miction abondante ou selles molles.

La couleur du visage change - rougeur ou pâleur.

Une augmentation du pouls, une augmentation de la pression artérielle est enregistrée.

Cependant, lors d'un examen médical, la gravité de ces symptômes ne correspond pas aux sentiments et expériences subjectifs personnels d'une personne, qui lui semblent désastreux, mortel, «au seuil de la vie ou de la mort».

Ces crises autonomes causent la peur, ressentir ou anticiper une catastrophe, peur de la mort, peur d'une crise cardiaque ou d'un accident vasculaire cérébral.

Un homme est accablé d'horreur, il se produit quelque chose d'incroyable qui ne peut pas être expliqué. Par conséquent, une personne ne peut pas analyser et évaluer correctement son état.

Après une attaque de panique, un sentiment de faiblesse, de dépression, de désespoir, de malheur, d'apitoiement sur soi-même se manifeste.

Il peut y avoir des sensations résiduelles: bosse dans la gorge, engourdissement, faiblesse des bras ou des jambes, inconfort du corps, sensation d'inversion des membres.

Parfois, ces états sont accompagnés d'un sentiment de détachement de ce qui se passe autour de soi, de l'irréalité de l'environnement, d'une sorte d'éloignement, comme dans un rêve, comme si vous étiez dans un film et regardiez des actions au ralenti.

En outre, suivez souvent le traitement chez le médecin et un examen.

Ne trouvant aucune raison apparente d’attaques de panique et de crises végétatives inattendues, de nombreuses personnes souffrant de trouble panique concluent hâtivement qu’elles ont une maladie grave (maladie coronarienne, accident vasculaire cérébral, tumeur au cerveau ou début de la démence). Ils sont souvent difficiles à convaincre en l'absence de maladie.

Les attaques de panique qui ont été reportées à plusieurs reprises suscitent la crainte de la répétition de ces états - «anxiété d'espoir».

En se souvenant des circonstances des attaques précédentes, les gens ont tendance à éviter des situations similaires, se limitent aux mouvements, atteignant parfois un isolement complet et évitant les lieux publics, les déplacements dans les transports en commun.

Le résultat est qu'une personne est «enfermée dans quatre murs», en résidence surveillée «de son propre chef».

Les mouvements et mouvements se produisent si nécessaire et uniquement lorsqu'ils sont accompagnés par des parents ou des proches.

Dans le cas du premier PA à la maison, une personne a peur d'être seule.

Panique - est-ce normal!?

La panique est une réaction naturelle d'une personne, de son psychisme et de tout l'organisme aux effets de stress.

Au moment de l’exposition au stress, diverses fonctions d’adaptation protectrice sont mobilisées - des substances stimulantes (adrénaline, hormones du stress) sont libérées dans le sang, ce qui aide à faire face aux difficultés rencontrées et à adapter le corps aux nouvelles conditions.

Dans le cas où l'activité mentale ne correspond pas à la norme (trouble de l'humeur, méfiance, anxiété accrue, etc.), un excès de substances stimulantes et stimulantes dans le sang provoque une réaction d'anxiété ou de panique plutôt qu'une adaptation du corps et une réponse adéquate aux effets du stress.

Facteurs d'occurrence de l'AP

Les attaques de panique et le trouble panique se développent en réponse à plusieurs facteurs.

Le mécanisme des troubles paniques est assez complexe et comprend un certain nombre de facteurs.

1) Augmentation des taux sanguins d'adrénaline, de sérotonine et d'autres neurotransmetteurs en raison de la libération de ces substances par les glandes surrénales et certaines structures cérébrales.

Un taux élevé de neurotransmetteurs - une cause qui provoque anxiété, peur, battement de coeur, manque d'air et autres sensations corporelles désagréables.

2) prédisposition héréditaire.

Transmission possible de la maladie de génération en génération. La fréquence des héritages directs est d'environ 15 à 17% (pour les jumeaux identiques, le risque de trouble panique, en présence de cette maladie chez l'un d'entre eux, est de 80 à 90%).

(concepts psychanalytiques et comportementaux de l'AP)

1) Les psychanalystes interprètent les phobies des troubles paniques comme la peur d’une attaque de panique dans une situation spécifique et sans espoir, du point de vue du patient.

Les réactions de panique des enfants face à la séparation de leurs parents jouent un rôle essentiel dans la théorie psychanalytique.

2) Les théories comportementales expliquent les états d'anxiété (y compris les troubles paniques) avec un lien et une interaction spécifiquement construits de la personnalité et de la société.

La signification principale est liée à «l'erreur fixe» d'une personne victime d'une attaque de panique - son hypothèse selon laquelle les battements de cœur qui se manifestent, le sentiment d'étouffement, annoncent la mort par pathologie somatique.

Diagnostic des symptômes de l'AP

Il est important de reconnaître correctement les symptômes d’une attaque de panique et d’exclure toute maladie possible, car chaque symptôme d’une attaque de panique peut être le symptôme d’une autre maladie.

Seul un médecin peut analyser cela.

Avant de commencer le traitement d'une attaque de panique, le patient lui-même s'adresse d'abord au thérapeute ou au neuropathologiste.

Au stade du diagnostic, il est important d’exclure les maladies suivantes:

  • pathologie cardiovasculaire, principalement cardiopathie ischémique, arythmies, hypertension artérielle
  • asthme bronchique
  • pathologie thyroïdienne.
  • l'épilepsie
  • changements hormonaux de l'âge
Où et quand s'attendre à une attaque de panique

Les attaques de panique se produisent généralement:

  • sur le fond d'une situation de stress grave (au plus fort du conflit, en cas de catastrophe, de perte d'un être cher)
  • certains facteurs biologiques (adaptation hormonale, début d'activité sexuelle, avortement, médicaments hormonaux)
  • facteurs d'influence externe sur le corps (alcool ou drogues, exposition prolongée au soleil, effort physique intense).

L'attaque de panique peut survenir en l'absence de stress émotionnel ou physique dans la vie quotidienne.

Les symptômes d'une attaque de panique se produisent de manière inattendue.

Une attaque de panique (attaque de panique) se développe rapidement, atteignant un maximum en 10 minutes, dure généralement d'une minute à une heure et se produit en moyenne deux à quatre fois par semaine. Dans certains cas, les attaques disparaissent pendant longtemps, puis, sans raison apparente, elles reviennent.

La gravité des crises peut varier considérablement même chez la même personne.

Une personne panique chaque jour, l'obligeant à attendre une répétition, les crises épileptiques se produisent moins souvent.

Les attaques de panique ne représentent pas un danger pour la vie, car elles ne sont que des réactions végétatives.

La chose la plus désagréable et la plus dangereuse est qu’une personne devienne autonome, devienne moins active et moins gaie, et participe de moins en moins à la vie publique.

L'inquiétude et la peur constante deviennent ses compagnons.

Lorsque les crises n'apparaissent que dans la vie calme d'une personne, elle est naturellement effrayée.

Ne comprenant pas ce qui lui arrive, il commence à s'inventer les plaies les plus terribles et à courir autour des médecins.

Les médecins, ne trouvant rien de grave, lèvent juste la main et diagnostiquent souvent la dystonie végétative-vasculaire, avec laquelle, selon les statistiques, presque une personne sur quatre vit sur Terre.

Le stress chronique, une maladie grave, un effort physique excessif, une détresse émotionnelle grave (perte d'un être cher, rupture d'une relation, perte de travail, divorce) peuvent provoquer de tels états chez une personne.

Pour une attaque de panique, en particulier au début de la maladie, un début typiquement inattendu se fait sans aucun précurseur et sans raison apparente.

Les attaques peuvent être accompagnées de divers symptômes.

Symptômes des attaques de panique:
  • vertiges ou étourdissements
  • difficulté à respirer
  • sensation d'étouffement ou de manque d'air
  • instabilité ou échec en marchant
  • palpitations cardiaques (sauts cardiaques)
  • douleur à la poitrine ou douleur à la poitrine
  • picotements ou engourdissements dans différentes parties du corps
  • nausée, vomissement, diarrhée
  • un sentiment "d'étrangeté" ou "irréel" de l'environnement
  • peur de la mort, peur de devenir fou ou de perdre son calme
Conséquences d'une attaque de panique

Les attaques de panique font qu'une personne souffre, désorganise et "empoisonne" sa vie.

Cependant, ils ne mettent pas la vie en danger - ils ne peuvent pas entraîner la mort.

À partir de ce moment, les personnes qui subissent des attaques de panique répétées deviennent plus anxieuses, même entre les attaques, en attendant et en anticipant une attaque.

Ces personnes peuvent commencer à craindre et à éviter les lieux et les situations dans lesquels elles ont été victimes d'attaques, ce qui entraîne le développement d'une ou de plusieurs phobies en elles (phobie sociale, peur de la foule, des ascenseurs, du métro, etc.).

Ils peuvent commencer à avoir peur de faire des projets, d'aller au travail, de conduire des véhicules, faire les magasins, etc. - cela entraîne des conséquences néfastes: perte de l'utilité de la vie, perte partielle ou totale de la capacité de travail, effondrement des relations sociales et de la vie familiale.

Que faire avec PA?

Tout d'abord, vous devez contacter les spécialistes pour identifier les causes et diagnostiquer une éventuelle maladie.

En cas de diagnostic d'attaque de panique (vous pouvez entendre dire qu'il s'agit d'une dystonie végétative-vasculaire), vous devez contacter un psychiatre ou un psychothérapeute et commencer le traitement.

Indépendamment, vous pouvez également commencer à agir - à revoir leur charge de travail pendant la journée et à équilibrer sa composante mentale et physique.

Créez un horaire dans lequel un sommeil sain est possible, durant 8 à 9 heures par jour.

Il est également nécessaire de réduire la consommation d’alcool (cela provoque des attaques) et, si possible, d’arrêter de fumer.

Il est nécessaire de sortir plus souvent au grand air, de prendre une douche contrastée, de nager, de courir, de faire de l’aérobic, de la mise en forme.

Vous devez apprendre à respirer. Inhalation superficielle et expiration profonde - une telle respiration améliore l'irrigation sanguine vers les poumons et le cœur et soulage la tension interne.

Vous pouvez faire de la méditation et écouter de la musique relaxante.

La guérison et les effets sur la santé ont un entraînement à la relaxation, ce qui vous permet de relâcher simultanément et simultanément les muscles du front, du visage, du cou, de la ceinture scapulaire, du dos.

Vous devez également suivre un régime riche en potassium (pommes de terre, aubergines, chou, pruneaux) et en calcium.

Dans le même temps, il est nécessaire de respecter toutes les prescriptions du psychothérapeute - cela permettra une approche globale pour se débarrasser des attaques de panique.

Traitement du trouble panique

Les attaques de panique peuvent être guéries.

Étant donné que la nature du trouble et son évolution sont différentes pour chacun, une approche individuelle est nécessaire.

Attaque de panique, anxiété, IRR, phobies, dépression sont actuellement des raisons courantes pour demander l'aide d'un psychothérapeute.

Les cardiologues, les neuropathologistes et les endocrinologues rencontrent également les patients présentant une crise de panique. Ils identifient ainsi d'éventuelles maladies liées aux symptômes de la crise de panique.

Le traitement optimal contre les attaques de panique est une combinaison de pharmacothérapie et de psychothérapie.

Les symptômes des attaques de panique sont arrêtés par des médicaments, et la psychothérapie vise à éliminer les causes des attaques de panique et à former aux méthodes et techniques spéciales permettant de sortir de l'état de panique, notamment en empêchant le développement de la panique.

Une attaque de panique n'est pas une maladie, mais un état mental que nous «nous créons et développons» nous-mêmes, mais que, malheureusement, nous ne pouvons pas combattre nous-mêmes.

Par conséquent, pour vous débarrasser de l'AP, vous avez besoin de l'aide psychologique d'un thérapeute.

Le psychothérapeute clarifiera l’essence de votre condition à l’aide de techniques spéciales (thérapie cognitivo-comportementale, auto-entraînement, auto-hypnose, relaxation, exercices de respiration) afin de vous réorienter de manière à mieux comprendre les symptômes et les manifestations de panique, attaque de panique.

Les troubles paniques répondent bien à la pharmacothérapie, mais ne vous impliquez pas et ne faites pas confiance aux comprimés, car sans eux, vous serez impuissant. Il est plus efficace d'apprendre de façon autonome à gérer votre maladie et de vous «contrôler» en cas d'appréhension paniquée.

En moyenne, la psychothérapie dure de 6 semaines à 4 mois. Dans certains cas, le traitement peut durer plus d’un an. Si vous arrêtez le traitement, il est possible de revenir en arrière et de renvoyer les symptômes du trouble panique. En outre, ne vous auto-soignez pas, en vous assignant vous-même des sédatifs, sur les conseils d'amis ou sur la recommandation du vendeur à la pharmacie.

Sentant que vous ne pouvez plus supporter, encore moins faire face à l’état émergent par vous-même,

N'hésitez pas, demandez l'aide d'un psychothérapeute.

Aide psychothérapeutique (réelle) pour les troubles paniques +7 (915) 305 - 26 - 69

Si vous ne prenez aucune mesure pour vous débarrasser des attaques de panique désagréables et dérangeantes, vous ne mourrez pas des attaques de panique, mais vous vivrez longtemps, mais douloureux!

Seulement sur vous et votre désir dépend

allez-vous continuer à profiter de la vie ou à vivre dans le pouvoir des peurs

en attente constante d'une crise de panique et du développement d'un trouble panique.

En juin 2018 à Moscou, la formation «Attaque contre l'AP» reprend

Formation sur la base des psychotechnologies modernes accumulées dans la pratique psychothérapeutique du travail avec des épisodes de panique
(de l'expérience avec des patients de panique).
En rejoignant le groupe, vous serez en mesure de comprendre les causes de l’AP, d’apprendre à gérer votre état avant les attaques et directement pendant une attaque de panique. De plus, sous l’aide d’un entraîneur, vous ajusterez votre vie à l’abri des attaques de panique.

Débarrassez-vous de la panique ensemble !?

Formation "Attaque sur PA"

Psychologue clinicien en chef, psychothérapeute familial Alexander Makarov.

Vous pouvez laisser une demande sur le site Web dans le coin inférieur droit de "Laisser un message" avec une note sur l'entrée pour la formation "Attaque sur le PA".

A bientôt et à la formation!

Vous avez toujours le choix: rester à la merci de peurs incertaines et de crises de panique imprévisibles, ou demander de l'aide psychothérapeutique pour améliorer votre santé et votre qualité de vie!

Psychothérapeute: les troubles anxieux peuvent être à l'origine de douleurs cardiaques

Même les médecins ne reconnaissent pas toujours la véritable cause de la maladie.

L'anxiété pathologique est facilement déguisée en divers maux corporels. Cependant, pour comprendre qu'un tas de maladies qui tourmentent le patient sont causées par une anxiété chronique, tous les médecins ne le peuvent pas. Le chef du département de l'hôpital de jour du dispensaire psycho-neurologique régional de l'Amour, le psychiatre et psychothérapeute Eugène Batrak, a parlé des troubles anxieux les plus courants et des raisons de consulter un médecin qui traite l'âme.

Galerie de photo

Qui parmi nous ne s'inquiétait pas de savoir si l'enfant était en promenade tard dans la soirée ou si une personne proche se rendait tout à coup à l'hôpital. Habituellement, vous êtes enthousiasmé, découvrez ce qui se passe et calmez-vous. Mais parfois, l’anxiété persiste longtemps dans la douche et commence à manger de l’intérieur, ce qui nuit à la santé. La vie commence à être perçue dans des tons exceptionnellement sombres, excite l'excitation suscitée par les bagatelles, et maintenant le cœur bat la chamade, la pression monte, la douleur à l'estomac, les vertiges ou les difficultés à respirer. L'homme court vers les médecins et passe une série d'examens. Mais leurs résultats sont souvent déconcertants: les médecins ne trouvent rien de grave et exposent au mieux l'obscur diagnostic de "dystonie vasculaire". Dans ce cas, vous pouvez bien sûr supposer que l’esprit est capturé et que le cœur s’arrête de l’amour, mais il est fort probable que les raisons en sont complètement différentes.

- Evgeny Vladimirovich, quelle alarme est considérée comme normale?

- L'anxiété est une émotion caractérisée par une excitation interne, une tension, une anxiété et toutes sortes de peurs pessimistes, le plus souvent dirigées vers l'avenir. Il s'exprime verbalement et motivement - une personne exprime ses peurs, est tendue et animée. Il est nécessaire de bien comprendre: l’anxiété se divise en pathologique et adaptatif, c’est-à-dire normal. L'anxiété d'adaptation est normale lorsque certaines circonstances externes ne sont pas encore connues. Des exemples éclatants de sa manifestation - un examen, une entrevue pour postuler à un emploi, une réinstallation. L'incertitude à venir se reflète dans l'état émotionnel. Ce niveau d'anxiété vous permet de vous adapter aux circonstances changeantes, de vous mobiliser.

Dans l'anxiété pathologique, il y a des changements dans le système nerveux central. Un psychiatre vous prescrira des médicaments pour soulager une maladie aiguë et réduire le niveau d'anxiété. Mais le traitement ne peut être que psychothérapeutique.

- Une telle anxiété peut-elle devenir pathologique?

- Non, le plus souvent, il s'agit d'un mécanisme d'adaptation physiologique à court terme. L’anxiété d’adaptation est davantage associée aux événements extérieurs, mais l’anxiété pathologique, considérée comme l’état de la maladie, repose toujours davantage sur des mécanismes et des causes internes. Ici, le conflit intrapersonnel est primordial - ce sont des contradictions qui existent en moi. L’anxiété pathologique est primordiale pour tout le reste et commence à influer sur le comportement, la qualité de vie, à perturber la vie sociale, le travail et la famille d’une personne. Les environs commencent à remarquer que quelque chose ne va pas et se demandent: pourquoi réagissez-vous ainsi? Et la personne répond - oui, je réagis normalement. En fait, ces personnes se retrouvent facilement avec un demi-tour. L'anxiété correspond toujours à la colère et à l'irritation.

- Qu'est-ce qu'une personne pense et se comporte dans le trouble anxieux?

- Les émotions négatives donnent lieu à des pensées négatives. La soi-disant pensée pessimiste en noir et blanc apparaît lorsque seul le mal est remarqué dans le monde extérieur. Toutes les pensées d'une personne anxieuse se résument au fait que la situation ne fera qu'empirer. Il est problématique pour lui de ne pas avoir d'informations sur ses proches, il les rappelle constamment pour savoir où ils se trouvent et ce qu'il est avec eux, il s'enroule de lui-même. S'il voit une ambulance à l'entrée, il lui semble que c'est pour lui ou ses proches. À la télévision, ils extraient précisément ces fragments d’informations qui se différencient en négatif. Dans le comportement apparaît l'agitation. Il est très difficile pour de telles personnes d’attendre, elles commencent à marcher d’un coin à l’autre, tout le temps qu’elles tournent quelque chose entre leurs mains en tapotant sur la table. Il y a un état de tension musculaire accrue, une personne se plaint de ne pas pouvoir se détendre. Un stress interne constant est caractérisé par une certaine sensation de tremblement interne.

- Qu'est-ce que le trouble panique et comment se manifeste-t-il?

- Ceci est une alarme épisodique. Une caractéristique du désordre - des épisodes récurrents de panique prononcée. Elles durent de quelques minutes à plusieurs dizaines de minutes, peuvent parfois être répétées au cours de la journée, ont un début et une fin brusques. Il y a un malaise intense dans la poitrine, une pression dans le cœur, des palpitations avec la sensation que le cœur bondit hors de la poitrine, une sensation de manque d'air, une respiration rapide, une sensation de chaleur, des nausées, une pression dans l'estomac. Les sensations sont si intenses qu’une personne est sûre que cet état constitue une menace pour sa vie ou pour une sorte d’intégrité interne. Il semble qu’à l’heure actuelle, il mourra ou que le sentiment d’irréalité et d’agitation atteigne un tel degré qu’il a l’air de devenir fou. Ou une personne a peur de faire quelque chose avec elle-même: elle sautera par la fenêtre, ne contrôlera pas ses actions.

Et que faisons-nous dans cet état? Appelle une ambulance. Elle arrive et diagnostique une élévation de la pression artérielle, fait quelques manipulations et lui recommande de se faire examiner. Et voilà, les cardiologues, les neurologues, les holters, les électrocardiogrammes et tout le reste. Il semble qu'ils ne trouvent rien. Les gens passent au moins quelques mois d’un médecin à l’autre. Comprendre correctement - même les médecins ne sont pas toujours clairement en mesure de qualifier, de comprendre et d’imaginer un état alarmant. Mais avec l'anxiété paroxystique, les attaques de panique sont plus faciles, mais lorsqu'il s'agit d'un trouble d'anxiété généralisé, l'anxiété n'est pas aussi prononcée.

Une anxiété normale devrait être présente dans la vie d'une personne - les psychiatres disent que les émotions nous rendent vivants.

- Alors, comment se fait sentir un trouble d'anxiété généralisé?

- Les symptômes d'irritation végétative sont toujours présents. Il s'agit des palpitations cardiaques, transpiration ou muqueuses sèches, difficulté à respirer ou rapide, nausées, frissons, divers problèmes gastro-intestinaux - indigestion et douleur, diarrhée, constipation. Sensation de manque d'air, nausée, sensation de congestion, sensation d'inhalation incomplète, quand une personne sent qu'elle ne peut pas respirer profondément. Tout cela masque l'état émotionnel. Le corps humain est un système complet, et l’anxiété mène au fait qu’il ya un rythme cardiaque, une augmentation du rythme cardiaque et une augmentation de la pression artérielle. Au mieux, on vous pose un diagnostic tel que dystonie végéto-vasculaire ou neurocirculatoire de type cardiaque ou céphalique. Si par cœur il s’agit d’un foyer cardiovasculaire: interruptions du cœur, sensation de constriction à la poitrine, augmentation ou fluctuation de la pression artérielle. Si céphalique - maux de tête, vertiges, démarche instable.

Ce sont tous des masques d'alarme différents. Lorsqu'un trouble d'anxiété généralisé existe depuis longtemps, des problèmes corporels bien distincts se rejoignent. Une personne concentre son attention sur un ou deux systèmes et commence maintenant à dire qu’elle a des vertiges systémiques ou des problèmes de cerveau, de vaisseaux sanguins et autres. Tous ces symptômes sont si étroitement liés qu'il devient souvent difficile pour un médecin d'une autre spécialité, et non pour un psychiatre, de déterminer la cause fondamentale.

- Quand faut-il suspecter un trouble anxieux pour des douleurs au cœur, à l'estomac ou à la tête?

- L’anxiété est un groupe de troubles névrotiques, il ne s’agit pas de folie, mais de névrose, dans laquelle une personne est consciente de ses actes et comprend ce qui lui arrive. Exclure la pathologie corporelle et neurologique. Faites un examen complet: faites un ECG, faites des tests, vérifiez l’état du cerveau, etc. Si les médecins disent qu'aujourd'hui, il n'y a rien et que vous avez toujours des plaintes, des symptômes, il serait temps d'aller voir un psychiatre ou un psychothérapeute et de vous demander ce qui ne va pas chez moi. Personne ne vous oblige à être traité, mais au moins entendre un point de vue différent et comprendre que l'anxiété se manifeste par des symptômes dans la région du corps, cela en vaut la peine.

Quand la dernière goutte tombe

L'anxiété chronique ne se forme pas immédiatement, mais à plusieurs étapes. Contrairement à l'anxiété normale, elle est davantage causée par des circonstances extérieures, mais par le conflit intrapersonnel qui habite une personne. «Ce sont des contradictions qui existent en moi. Par exemple, entre le niveau gonflé des revendications et l’incapacité de les réaliser, entre les désirs, les besoins et le sens du devoir, que je m’inspire moi-même », explique Yevgeny Batrak.

Une tension polaire interne se forme chez une personne, elle se manifeste également par un changement rapide d'objectifs et de tâches lorsque vous souhaitez l'un ou l'autre. Mais ce n’est pas encore une pathologie et un conflit interne ne se manifestera en aucune manière si tout se passe bien dans la vie. Mais si une situation désagréable à long terme se présente, lorsque la santé, le travail ou les relations sont en danger, une personne subira un stress interne constant.

"La nervosité et l'incapacité à se détendre apparaissent", note Evgeny Vladimirovich. Suivant - une question de temps, lorsque la dernière goutte tombe. Non seulement une situation grave, comme un scandale familial ou l'incapacité de rembourser un emprunt, mais toute bagatelle peut faire déborder le vase. «Ce peut être quelque chose qui est subjectivement significatif pour un individu, mais pas toujours compréhensible pour les autres. Et c'est tout, une personne est victime d'anxiété pathologique », explique le psychiatre.

Trois visages d'anxiété

Parmi les troubles anxieux, trois conditions sont plus courantes. Le premier est le trouble panique (anxiété épisodique paroxystique), le second est le trouble anxieux généralisé et le troisième est le trouble anxieux mixte lorsque l'on observe une combinaison d'anxiété et de dépression. «Ils affectent très sérieusement l'évolution des maladies somatiques. L’évolution, le pronostic et le traitement s’aggravent », note Eugène Batrak. Les phobies parmi les troubles anxieux se distinguent par le fait qu’elles ne constituent pas un problème médical aussi grave.

Signes de troubles anxieux:

- augmentation de la tension musculaire, sensation de tremblement interne;

- pression dans la région du cœur, son rythme cardiaque s'estompe, fort et rapide;

- sensation de manque d'air, sensation d'inhalation incomplète, difficulté à respirer;

- problèmes du tractus gastro-intestinal;

- sensation de chaleur, de frissons, de nausée, de nausée, de congestion;

- transpiration ou muqueuses sèches;

- agitation et agitation;

- l'excitation pour les bagatelles;

Les tablettes vont effacer l'alarme

Le traitement de l'anxiété chronique peut être médical ou psychothérapeutique, ou une combinaison des deux. Les experts conseillent de commencer par les pilules, car avec l’anxiété pathologique, il ya des changements du système nerveux central. Les médicaments aideront à soulager une maladie aiguë et à réduire les niveaux d'anxiété. Au bout de 10 à 15 jours, voire plus rapidement, une personne ayant souffert d'une attaque de panique terriblement effrayante ou d'un trouble anxieux généralisé et continuellement pressant ressentira un effet positif. La pression diminuera, la douleur disparaîtra, l'état général s'améliorera et la résistance au stress augmentera. Mais quel choix de voie à suivre pour la santé et s'il doit être soigné, c'est le patient lui-même qui décide. Soit dit en passant, les préparations à base de plantes comme la valériane et l’air de mère, des préparations apaisantes à base de plantes n’aideront qu’en cas d’anxiété normale et adaptative, lorsque vous avez vraiment besoin de vous calmer. Mais avec l'anxiété pathologique, il est préférable d'utiliser l'aide de professionnels.

En Savoir Plus Sur La Schizophrénie