Le caractère typique de la conscience des toxicomanes a conduit à la création de domaines de recherche tels que la psyché et la psychologie d’un alcoolique, conçus pour étudier les causes et développer des méthodes de traitement de l’alcoolisme. Pour contrôler la personnalité ou essayer de corriger le comportement d'un alcoolique dans la famille, renseignez-vous sur les caractéristiques de la toxicomanie chez les hommes, les femmes et les enfants et sur le traitement de l'alcoolisme.

Qui sont les alcooliques

Dans la conception généralement acceptée du mot «alcoolique», il s’agit d’une personnalité asociale, dont la plus haute priorité est la réalisation de l’intoxication alcoolique, qui sacrifie carrière, valeurs familiales, temps personnel et ressources. L’état de consommation excessive, parfois accompagné de delirium tremens, fait partie intégrante de la vie. En cas d’alcoolisme, une personne boit jusqu’à extinction de la conscience, subit un sevrage tout en s’abstenant de boire de l’alcool et ne prête pas attention aux contre-indications individuelles (ulcère, maladie cardiaque, par exemple).

Pourquoi devenir alcooliques

Les scientifiques de l’Institut de génétique de l’Académie des sciences de Russie ont conclu que les facteurs principaux étaient des facteurs sociaux. L'environnement, la culture de la consommation de vin dans une société donnée, le contexte socio-psychologique général ont un effet décisif sur la formation de la dépendance à l'alcool. Dans les sociétés où la consommation d’alcool est interdite, la propagation de l’alcool est peu probable et, inversement, là où l’alcool rentre dans le système de valeurs, il existe un problème de dépendance à l’alcool.

Causes psychologiques de l'alcoolisme

L’insatisfaction face à la vie, la tentative d’enlever au moins un sentiment de bonheur de substitution de la vie conduit une personne au département du vin, où vous pouvez acheter de l’alcool fort pour un prix abordable. Ainsi commence le chemin de la dépendance. La psychologie d'un alcoolique est due aux raisons suivantes:

  1. Absence de dialogue avec un être cher en qui on peut avoir confiance.
  2. L'absence dans la société de la possibilité de construire une carrière pour les personnes talentueuses qui, ne trouvant pas la possibilité de se réaliser, sont à la recherche de l'oubli dans le vin.
  3. La présence de complexes psychologiques, qui aident à éliminer l'alcool (le psychisme d'un alcoolique est caractérisé par la rigidité, la peur, la méfiance).
  4. Dépendance psychologique vis-à-vis de la communauté environnante, pour laquelle l’alcool est la norme absolue.

Psychologie de l'alcoolisme

Le modèle de dégradation de la personne par le type alcoolique est révélé. Ces personnes, surtout à la dernière étape, sont similaires, elles présentent les caractéristiques suivantes du portrait psychologique:

  1. Déni de la maladie: admettre le fait d’une dépendance douloureuse implique la responsabilité de la destruction de la vie et des proches de celle-ci.
  2. L'égocentrisme d'un alcoolique invétéré par rapport aux autres: la prise en compte des intérêts des autres est un défi.
  3. Incohérence de pensée: aujourd'hui, l'ivrogne est prêt à appuyer une décision (par exemple, arrêter de boire) et demain, sous l'influence de la moindre circonstance, la décision est inversée.
  4. Indifférence et manque d'initiative: la vie du malheureux étant centrée sur la passion du vin, les autres motivations s'estompent.

L'homme

La psychologie de l'alcoolisme chez l'homme réside dans les caractéristiques causées par un certain nombre de facteurs constitutifs de l'estime de soi et de la perception de soi d'une personne dans la société:

  1. Travailler avec beaucoup de stress et de surcharge, entraînant une diminution de l'état émotionnel et l'épuisement professionnel. L'alcool agit comme un antidépresseur pour la dépression.
  2. Conditions de vie insoutenables dans lesquelles l'homme ne peut pas concorder avec le rôle social du protecteur et le soutien de la famille.
  3. Si le premier succès sexuel avec une femme était associé à une intoxication alcoolique, l'homme posait alors le modèle inadéquat de la psychologie du comportement d'un alcoolique.
  4. Traumatisme psychologique, particulièrement associé à l'appel à l'ego masculin (trahison ou sous-estimation au travail).
  5. Les épouses alcooliques ont souvent essayé de dominer les relations familiales, créant ainsi un environnement stressant pour les hommes.

Comment faire face à l'alcoolisme féminin

L'alcoolisme féminin est une maladie chronique qui a non seulement un contexte médical, mais également un contexte social. Elle se caractérise par une prédilection immodérée de la femme pour les boissons alcoolisées, qui affecte les organes internes et les cellules cérébrales, ce qui entraîne une modification du comportement et de l'apparence du buveur.

Les principales causes de l'alcoolisme chez les femmes

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), en 2015, la Biélorussie était la première au monde à consommer des spiritueux, tandis que l'Ukraine était la deuxième, mais la Russie, dont la population est traditionnellement considérée comme un buveur, a obtenu la «honorable» 6ème place. En chiffres, cela ressemble à ceci: 17,5 - 17,47 - 15, bien que le taux de 8 litres par habitant soit considéré comme critique.

Accidents, cirrhose du foie, cancer et maladies cardiovasculaires, 2,5 millions de buveurs meurent chaque année (4% du nombre total de décès dans le monde). Des dizaines d'articles scientifiques, des centaines de brochures et des milliers d'articles populaires ont été écrits sur l'alcoolisme.

Il semble que tout soit connu depuis longtemps, mais jusqu'à présent, les médecins ne donneront pas de réponse fiable à la question: est-il possible de guérir complètement de cette maladie grave?

Tout le monde ne pourra pas arrêter de boire parce qu'il croit pouvoir toujours «arrêter de fumer». Une femme qui a développé une dépendance à l'alcool est difficile à sortir à cause de nombreuses conditions sociales. Selon les statistiques, en Russie, pour 100 hommes buveurs, il y a au moins 50 représentants du sexe faible.

Parmi les causes de l’alcoolisme chez les femmes, il convient d’appeler deux facteurs principaux: sociaux et psychophysiologiques, avec un certain nombre de caractéristiques distinctives.

Considérez les causes sociales de l’alcoolisme féminin:

    Niveau de vie Situation financière difficile (chômage, conditions de vie médiocres, alimentation insuffisante, etc.) et inversement, l'indépendance financière s'accompagne souvent d'une euphorie alcoolique. "Je suis un homme libre, je vais bien, pourquoi ne pas te détendre?"

Traditions d'alcool. Des événements importants de la vie, tels que l'obtention du diplôme de l'école, de l'université, des accouchements, des promotions au travail, sont inconcevables sans fête. La plupart des gens ne trahissent pas ce sens grave, mais sur cinq ou six buveurs, un devient alcoolique. Et quand il s'agit d'une jeune femme, d'une future mère ou ayant déjà des enfants, c'est une grande tragédie pour la famille et pour la société.

Qualifications éducatives. Un faible niveau d'éducation, affectant la perception de la vie, devient souvent un facteur qui encourage l'alcoolisme. "Je ne suis pas pire que les autres, pourquoi sont-ils autorisés, mais pas moi?" Bien que les femmes assez instruites boivent trop.

Famille incomplète. Une mère célibataire n'a pas assez de temps et d'argent pour élever et entretenir un enfant. Un adolescent en compagnie de ses pairs est souvent à la recherche de "sponsors" dans diverses institutions douteuses. C'est un chemin direct vers la prostitution, l'alcoolisme et la toxicomanie.

Parents pauvres. Lorsque père et mère boivent et sont en conflit avec la loi, une fille peut emprunter ce chemin.

  • Cercle de communication Si l'amitié est impossible sans boire, il est fort probable que la fille deviendra alcoolique.

  • Voici les causes psychophysiologiques de l'alcoolisme chez les femmes:

      Prédisposition héréditaire Une fille dont les parents ont abusé de l'alcool est plus susceptible de le faire.

    Instabilité émotionnelle. Les femmes sont émotives, les situations stressantes peuvent provoquer l'envie de boire un verre.

    Caractéristiques du corps. Chez les femmes, plus rapidement que chez les hommes, l'éthanol est absorbé dans le sang. Les hormones sexuelles féminines suppriment rapidement l'alcool.

    Volonté faible. Faibles, méfiants et indécis sont plus susceptibles d’abuser de l’alcool.

    Manque de but. Quand une adolescente ne sait pas vraiment ce qu’elle va faire après l’obtention de son diplôme et si elle «suit le courant», il ya une forte probabilité que l’alcool occupe une place importante dans la vie.

    Solitude, vie personnelle malheureuse. L'amour infructueux, la vie avec les personnes non aimées, la perte d'êtres chers provoquent souvent la consommation d'alcool.

  • Violence psychologique et physique dans la famille. La position humiliée dans la famille, disent-ils, "tu ne fais pas tout, tu es une mauvaise fille, et tes amis sont comme ça", ils sont obligés de chercher du réconfort en compagnie de "bienfaiteurs" avec une bouteille. Une femme adulte peut subir une forte pression psychologique de la part de son mari, par exemple de la jalousie ou des reproches selon lesquels il nourrit la famille.

  • Le mécanisme de développement et le stade de l'alcoolisme féminin

    En règle générale, les filles se familiarisent avec l'alcool en compagnie de leurs pairs. Les premières doses minimales de faible teneur en alcool provoquent une communication en direct. Ensuite, des expériences avec différents vins commencent: des vins secs et fortifiés, puis des boissons fortement alcoolisées - vodka et cognacs - sont utilisées.

    Il y a une dépendance et les doses augmentent. Une dépendance si douloureuse est née lorsque la vie sans alcool est impensable. Une femme se dégrade en tant que personne et devient imperceptiblement alcoolique.

    Les étapes de l’alcoolisme chez la femme comme chez l’homme sont au nombre de trois:

      Étape 1 L'alcool est utilisé occasionnellement, les doses n'augmentent pas, il n'y a aucune envie de se dégriser. Une assistance spécialisée n'est pas encore nécessaire et si la femme a déjà ressenti un malaise interne, elle peut s'en empêcher à temps.

    Étape 2 C'est l'alcoolisme chronique. L'alcool est consommé plusieurs fois par semaine, les doses deviennent plus importantes, les pertes de mémoire commencent. Le syndrome de la gueule de bois apparaît. Souvent, le comportement devient de nature asociale, l’absentéisme au travail se produit. Il y a des irritations et des crises d'anxiété incompréhensible, elles disparaissent avec un accueil fébrile. Les signes extérieurs d'alcoolisme de la personne se manifestent: le teint se détériore, la peau devient flasque, sous les yeux gonflés, le désordre dans les vêtements. L'aide d'un narcologue est déjà nécessaire ici, mais une femme la refuse souvent dans le faux espoir de s'en sortir.

  • Étape 3 Peut être décrit comme la destruction complète de l'individu. Une femme a l'air beaucoup plus âgée que son âge, incapable de bien évaluer elle-même et son environnement. Elle a tout un ensemble de maladies: cirrhose, maladies du tractus gastro-intestinal, maladies cardiovasculaires, etc. Perdu votre appétit. Le travail est perdu. L'alcool devient le sens de la vie. Le pronostic du traitement est extrêmement décevant.

  • Signes d'alcoolisme féminin

    Les signes d'alcoolisme chez les femmes pendant une longue période peuvent être invisibles, car ils sont soigneusement cachés. Ce n’est que lorsque la maladie progresse que la maladie frappe déjà et prend une forme prononcée.

    Les symptômes de l'alcoolisme chez les femmes sont les suivants:

      Boire fréquemment. Quand ils boivent et sans raison. Toute date devient un signe officiel de consommation d'alcool.

    Manque de "freins". L'alcool est un plaisir et l'idée qu'il est temps d'arrêter est totalement absente.

    L'utilisation de fortes doses. Boit à égalité avec les hommes et ne se saoule pas.

    Plonge dans la mémoire. Ils se développent progressivement, c'est déjà le signe d'une maladie grave. Une personne saoule peut "déconnecter" n'importe où, même dans la rue.

  • Changer d'aspect. Visage fortement vieillissant, perte de poids. Une femme a l'air désordonné, beaucoup plus âgée que son âge.

  • Variétés d'alcoolisme féminin

    L’alcoolisme chez les femmes peut se développer quelles que soient les boissons qu’elle consomme: alcoolisées (rhum, coke, etc.), moyennement agressives (vins secs, diverses teintures) ou très fortes (vodka, brandy).

    Il existe un alcoolisme "de la bière", il est plus difficile à traiter, parce que dans la sagesse conventionnelle, la bière n'est pas perçue comme une boisson alcoolisée. Si une femme "se spécialise" dans l'alcool fort, la dépendance se produit beaucoup plus rapidement.

    Peut être chronique en buvant de l'alcool plusieurs fois par semaine ou tous les jours. Ou peut-être en état d'ébriété, lorsque des périodes sobres sont remplacées, par exemple, sous l'influence d'une situation stressante, avec la consommation quotidienne d'alcool, qui peut durer plusieurs semaines. C'est le type d'alcoolisme le plus difficile et le plus dangereux pour la santé des femmes.

    Caractéristiques du traitement de l'alcoolisme féminin

    Le traitement de l'alcoolisme chez les femmes n'est pas du tout un processus sans espoir, bien que certains pensent que la réadaptation (médicale et sociale) est plus difficile que pour les hommes. Cela est dû aux particularités du corps féminin, la psyché. L'essentiel est qu'elle veuille elle-même se débarrasser de sa dépendance.

    Marche indépendante femmes

    En règle générale, les buveurs ne consultent un médecin que lorsqu'ils ont fini de boire «jusqu'au bout». Par exemple, vous devez vous retirer de la frénésie. Le narcologue peut conseiller un traitement ambulatoire lorsque vous pouvez rentrer chez vous pour la nuit après les procédures.

    Si l'état de santé est préoccupant, par exemple, si un délire (delirium tremens) peut se développer, vous devrez vous rendre à l'hôpital où, après un examen approfondi, un traitement médical sera prescrit. Il comprend une thérapie de désintoxication (nettoyage du corps des toxines - sevrage total de l'alcool), un traitement des organes internes affectés et des médicaments anti-alcooliques spéciaux.

    • Lisez à propos d'Alconex de l'alcool addiction

    Codage

    Il est pratiqué après un traitement médicamenteux et volontairement pendant une période de 1 à 10 ans. Il existe différents types de codage: injection de drogue par voie intraveineuse et couture dans la fesse ou sous l'omoplate. Le patient donne un reçu qu'il est au courant des conséquences s'il commence à boire.

    Il y a codage de l'hypnose lorsque, par suggestion, l'hypnologue adapte le patient à un mode de vie sobre.

    Il s’agit essentiellement de méthodes obligatoires, dans la mesure où une ingérence de l'extérieur dans la psyché du patient survient, souvent en une seule séance, ce qui constitue un sérieux inconvénient.

    Si l'esprit n'est pas calqué sur un mode de vie sobre, sous la pression des circonstances, possibilité de panne et de frénésie, ce qui peut être fatal.

    Médicaments pour le traitement de l'alcoolisme féminin

    Pour le traitement de l'alcoolisme féminin, il existe toute une gamme de médicaments prescrits en fonction de l'état de santé général et en l'absence d'allergie à l'un ou l'autre médicament. Ils sont appliqués par voie orale (comprimés et gouttes) ou sous forme d'injections.

    Tous peuvent être divisés en trois groupes:

      Préparations pour soulager la gueule de bois. Ce sont Medihronal, Alka-Seltzer, Koprinol, d'autres. L'aspirine bien connue, le paracétamol, la glycine, le limontar et les multivitamines sont très utiles. Solution populaire du médicament espagnol Colme. Ils nettoient tous le sang de l'alcool et le retirent rapidement du corps. Cependant, ne réduisez pas le besoin d'alcool. Ce n'est que la première étape de la récupération.

    Drogues pour réduire le besoin d'alcool. Disulfiram et médicaments à base de celui-ci: Abstinol, Teturam, Esperal, Tetlong-250, Lidevin et autres. Si après les avoir pris à boire, une réaction prononcée se manifeste sous la forme de tachycardie, rougeur du visage, nausée, vomissement. Les effets secondaires néfastes constituent un grave inconvénient, mais si la maladie est allée loin, seule l'aide de ces patients peut permettre de guérir L'antidépresseur Tsipramil, outre le fait qu'il soulage le besoin d'alcool, a un effet calmant sur le corps.

  • Médicaments soutenant la thérapie. Ce sont des médicaments qui doivent être pris à la maison après un traitement. Un de ces moyens efficaces est la naltrexone, ainsi que le médicament américain Alco Blocker, composé d'ingrédients naturels qui éliminent les effets secondaires indésirables. En outre, il améliore le fonctionnement du cœur et du foie, qui sont les plus touchés par l'alcool.

  • Traitement psychologique de l'alcoolisme féminin

    Le psychothérapeute corrige psychologiquement le comportement d'un patient souffrant d'alcoolisme, développe et fixe dans son esprit les attitudes à l'égard d'un mode de vie sobre. Ce travail se déroule parallèlement au traitement médical.

    Les traitements psychologiques de l’alcoolisme féminin sont variés et peuvent être fondés sur les principes de l’hypnose, de la thérapie cognitivo-comportementale (CBT) ou de la gestalt-thérapie. Ce dernier est populaire auprès des femmes en raison de ses positions de principe, proches d'elles.

    Aidez vos parents et amis

    Il n'y a pas de remède miracle à l'alcoolisme. Cela devrait être bien compris par les buveurs proches. Il ne faut pas l'achever moralement, mais tout faire pour qu'elle demande l'aide d'un narcologue.

    Les États-Unis nous ont proposé une méthode relativement simple de lutte contre l'alcoolisme. Ce sont les groupes des Alcooliques Anonymes (AA). Actuellement, ils réunissent des millions de personnes dans le monde entier qui ne boivent plus depuis des années et mènent une vie sobre et heureuse.

    Ils travaillent dans de tels groupes dans le cadre du programme "12 étapes". Voici la condition principale - une personne doit se rendre compte qu’elle est alcoolique. Ce n'est que la première étape de la récupération. Et ce chemin n’est pas facile. Seules la prière et la méditation dans un environnement tel que lui-même mèneront à la tranquillité d’esprit et fourniront un soutien psychologique sérieux dans la lutte contre leur maladie.

    Afin de soutenir plus efficacement leurs proches, les mères et les épouses de toxicomanes unis dans les groupes «AlAnon». Pour un thé dans une atmosphère détendue, ils partagent leur expérience difficile, quand vous n'êtes pas seul dans votre chagrin, il y a quelqu'un à qui en parler, cela donne à votre force la certitude que tout ira bien.

    Le deuxième traitement alternatif pour l'alcoolisme est la prière orthodoxe. Dans de nombreuses églises, près de l'icône de la Mère de Dieu, Le Calice inépuisable, un akathiste spécial est lu afin que la Mère de Dieu aide les souffrants de l'ivresse à s'en débarrasser. Et si des problèmes se posent à la famille, vous devez assister à de tels services afin de prier de tout votre cœur pour le rétablissement de vos êtres chers.

    Comment traiter l'alcoolisme chez les femmes - voir la vidéo:

    Psychologie des alcooliques

    L'alcoolisme est un problème auquel beaucoup sont confrontés, mais tout le monde ne sait pas quoi faire dans une telle situation. Les esprits ne causent pas que des dommages aux organes et désactivent des systèmes entiers. L'alcool affecte négativement l'état du système nerveux central. Le cerveau commence à fonctionner différemment, ce qui entraîne des changements dans la psyché de la personne qui abuse de l'alcool.

    Mécanisme de changement

    L'activité nerveuse humaine supérieure est fournie par le travail du cerveau. C'est un organe complexe, protégé de manière fiable par le crâne de toutes influences extérieures. Les grands hémisphères cérébraux sont responsables des capacités intellectuelles, de la pensée logique et analytique et d'autres manifestations de l'esprit. Leur écorce est recouverte de nombreux sillons et gyri.

    Le cortex cérébral n'est pas la seule partie du cerveau. Il y a une autre couche - le soi-disant sous-cortex. Elle est responsable de toutes sortes de manifestations émotionnelles, ainsi que des sentiments et des émotions d'une personne. Il y a d'autres parties du cerveau qui ne sont pas responsables de la formation de la psyché, mais d'autres opérations, telles que le contrôle des analyseurs, le maintien de l'équilibre, la régulation du travail des autres systèmes d'organes.

    Le fonctionnement du cerveau et le fonctionnement normal de tous les systèmes organiques ne sont assurés que par un nombre normal de connexions entre les neurones, qui forment le tissu nerveux. En outre, il ne devrait y avoir aucune grappe de cellules mortes. Ces dernières conduisent à des échecs dans le travail, qui touchent principalement la psyché humaine.

    Les experts sont convaincus que la consommation d'alcool à long terme modifie le psychisme des gens.

    Ils ont de nouveaux traits de caractère, tandis que les anciens s'affaiblissent ou disparaissent. Cela est dû au fait que l'alcool éthylique conduit à la destruction du tissu nerveux. Peu à peu, des zones nécrotiques du cortex cérébral ou de la couche sous-corticale se forment. Le nombre de connexions neuronales est fortement réduit, ce qui entraîne une détérioration de la mémoire et de l'intelligence.

    Changements primaires dans le psychisme des alcooliques

    La consommation régulière d'alcool ne se transforme pas toujours en dépendance. Parfois, une personne fait preuve de détermination et de volonté, refuse l'alcool et revient à une vie normale, mais tout le monde n'y réussit pas.

    Il n'y a pas une seule raison pour laquelle les gens commencent à boire. Certains sont dessinés pour l'entreprise, d'autres d'intérêt ou de curiosité. Si les personnes qui essaient de résoudre leurs propres problèmes psychologiques à l'aide d'alcool, par exemple, commencez à communiquer avec des représentants du sexe opposé.

    Quelle que soit la raison, le résultat est presque toujours le même. Une personne forme une dépendance psychologique stable. Cela signifie qu'il ne peut pas abandonner l'alcool et mener à bien ses actions habituelles dans un état de sobriété absolue.

    Déjà à ce moment, les premiers changements de personnalité sont lancés. Au départ, ils sont liés aux changements de caractère. Les experts notent que bon nombre des caractéristiques anciennes sont exacerbées et apparaissent aussi intensément que possible. Une personne à charge a:

    Parfois, dans des cas graves, des attaques soudaines de colère et d'agression peuvent être observées. En fait, de tels traits ne sont pas provoqués par des changements dégénératifs dans le cerveau, mais par une intoxication grave du corps. L'homme en début de dépendance boit par intermittence. Pendant les périodes de sobriété, le corps tente de se débarrasser des produits de décomposition de l’éthanol, mais ils sont trop nombreux pour qu’ils se produisent rapidement.

    Le syndrome de la gueule de bois dans ces cas est très difficile. En plus de ces changements mentaux, il existe d'autres troubles, notamment des nausées, des diarrhées et de la fièvre. Ensuite, la personne se rend compte que la meilleure façon de se débarrasser des symptômes désagréables, si vous prenez une autre dose d'alcool. C’est ainsi que se forme la dépendance physique, dont il est extrêmement difficile de se débarrasser.

    Changements de personnalité pathologiques

    Plus une personne consomme de l'alcool, plus son caractère change. Les experts appellent cette condition la démence. C'est souvent irréversible, car les connexions entre les neurones détruits par l'alcool éthylique sont presque impossibles à rétablir.

    Si, au début de la dépendance, une personne ne se caractérise que par une émotivité et une nervosité accrues, la situation change avec le développement de l'attachement. Il devient difficile pour de telles personnes de se contrôler, donc il est difficile de communiquer et de contacter avec elles. Les parents et les membres de la famille sont les premiers à remarquer le changement pour le pire.

    Les experts avertissent que les dépressions prolongées deviennent caractéristiques d'une personne accro à l'alcool. Au départ, l’alcool peut être utilisé pour résoudre des problèmes de la vie, mais il ne sert qu’à atténuer les difficultés pendant un moment. En fait, la complexité ne diminue ni ne disparaît.

    Le buveur comprend cela trop tard. Cela conduit au développement d'une dépression prolongée. Les gens, toute situation commence à sembler désespéré, ils ne peuvent pas prendre de décision. De plus, en raison de la destruction partielle des cellules cérébrales, la réalité n’est plus perçue correctement, ce qui entraîne également certaines difficultés.

    Changement d'objectifs de vie chez un alcoolique

    Tout le monde a des aspirations. Certains accordent la priorité à la famille et à la vie, d’autres connaissent une croissance professionnelle et une réussite professionnelle. Cependant, si une personne commence à consommer de l'alcool, beaucoup devient insignifiant pour elle, sans importance.

    Initialement, toute difficulté dans tous les domaines de la vie semble frivole à une personne qui boit. Il les ignore tout simplement, reportant la solution des problèmes. Bien sûr, pendant ce temps, la situation n’a fait qu’empirer. C'est pour cette raison que les alcooliques perdent souvent leur emploi, leurs amis et leur famille.

    Une personne fortement dépendante de l'alcool renonce souvent à ses objectifs de vie. Ses priorités changent. Ces personnes ne voient la signification que dans l'utilisation de boissons alcoolisées. Toutes les priorités sont de rechercher le plus d'alcool et de compagnie. Dans les dernières étapes, la personne en boit même un, il n'a pas besoin d'autres personnes pour entretenir la conversation.

    En raison du désir constant de boire, une personne commence à utiliser toutes les techniques possibles. Les manipulateurs d’alcool exigent donc que leurs proches leur achètent de l’alcool, les menaçant de quelque chose. Certains avertissent qu'après le refus, ils vont quitter la famille, abandonner les enfants, vendre quelque chose de précieux.

    Les narcologues avertissent qu'un tel attachement est difficile à traiter. À l'heure actuelle, un homme ne mène plus une vie normale et ne voit pas l'intérêt de cesser de boire. L'alcoolisme conduit à ce que les parents refusent de boire. Laissé seul, il augmente seulement la dose d'alcool régulièrement prise. Parler des effets néfastes de telles boissons sur l'état de santé ne lui fait pas peur. Malheureusement, si des mesures ne sont pas prises pour contraindre le traitement de l'alcoolisme à être traité, le risque de décès est élevé.

    Particularités de la psychologie des alcooliques masculins

    Nier que l'alcool affecte les hommes et les femmes différemment n'a aucun sens. Une seule chose reste inchangée: toutes les qualités positives inhérentes à l'homme s'effacent peu à peu et disparaissent.

    Ainsi, les hommes ont tendance à être des leaders. Ils sont ambitieux, confiants et décisifs. Un homme sera toujours un soutien pour une femme, sera capable de la guider, aidera à comprendre les situations difficiles de la vie. Une passion excessive pour l'alcool entraîne la perte de toutes ces qualités.

    Le plus souvent, les hommes alcooliques ne peuvent pas prendre de décisions rapidement, ne sont pas capables de diriger les gens et de les unir. Les premières qualités de leadership disparaissent. L'égoïsme et le capricieux sont à leur place. Un homme dépendant de l'alcool commence à faire passer ses propres intérêts avant les besoins des autres et n'est pas considéré avec l'opinion des autres.

    Particularités de la psychologie des femmes alcooliques

    L'alcoolisme féminin est l'un des problèmes les plus graves auxquels les narcologues sont confrontés.

    Il est difficile à traiter car l'attachement est trop fort. Si pour une raison quelconque une femme a commencé à boire de l'alcool, il est presque impossible de la convaincre d'abandonner.

    La nature a confié à la femme le rôle de gardienne du foyer. La société a légèrement corrigé son objectif, mais l’essence est restée la même. Les femmes construisent une carrière et réalisent des succès enviables dans divers domaines de la vie, mais elles sont responsables du maintien du confort à la maison et de la paix dans la famille.

    L'alcool change complètement le caractère d'une femme. Le plus souvent, il devient inerte dans tous les domaines. Elle ne s'intéresse plus à ce qui se passe au travail, avec des amis, dans sa propre famille. Un fort buveur ignore parfois ses enfants.

    Si un homme a une chance de faire face à une dépendance pernicieuse, après avoir fait preuve de volonté, il est extrêmement difficile pour une femme de le faire. Elle souffrira de pannes constantes. Les névroses aggravent encore la situation. En conséquence, la femme désespère et ne trouve du réconfort que dans l’usage encore plus fréquent de l’alcool.

    Est-il possible de restaurer la psyché?

    Il existe de nombreuses manières de lutter contre l’alcoolisme, allant de simples recettes folkloriques à des codages complexes et à l’introduction du patient dans un état d’hypnose. Les experts sont convaincus que pour chaque personne à charge, vous pouvez choisir une méthode efficace. Après un traitement, il abandonnera complètement les boissons alcoolisées.

    Les proches et les proches d'une personne en rééducation cherchent à savoir s'il est possible de restaurer la psyché. On sait que la nature de l’alcool ne change pas pour le mieux, ce qui pose certaines difficultés.

    Les médecins ne donnent pas de réponse définitive. Le succès du traitement dépend toujours des données initiales et du désir du patient de se débarrasser de cette habitude. Jouez le rôle de la durée de la dépendance et de la quantité d'alcool consommé.

    Si la plupart des cellules du cortex cérébral sont préservées, la probabilité d'un changement de caractère bénéfique après un traitement est élevée. Peu à peu, de nouvelles connexions neuronales vont se former dans le cerveau, ce qui aura également un effet favorable sur le bien-être général et le niveau de l'intelligence du patient.

    Les médecins discutent souvent de la psyché d'anciens alcooliques. Certains experts sont convaincus que la démence est un processus irréversible et que la même personne ne le sera jamais. Cette déclaration est proche de la vérité. En effet, il est impossible de restaurer complètement tous les tissus cérébraux endommagés, de sorte que certains changements resteront avec une personne pour la vie.

    Cependant, de nombreux narcologues ont tendance à donner un pronostic favorable. Il existe des médicaments spécialisés ayant des effets nootropes. Ils visent la formation de nouvelles connexions neuronales dans le cerveau. Ils sont prescrits au patient après le traitement de la dépendance. Une telle approche intégrée permettra à une personne de retourner dans son ancienne vie dans les meilleurs délais.

    Psychologie de l'alcoolisme féminin

    On entend souvent dire que l’alcoolisme des femmes et celui des hommes sont différents.

    Psychologie de l'alcoolisme féminin: quelle est sa particularité?

    Les médecins russes ont examiné 104 femmes à la recherche d'une réponse. Sans entrer dans les détails des processus physicochimiques, ils ont essayé d'étudier le problème, où deux autres domaines d'importance primordiale étaient la psychologie et la psychothérapie. Rouleau fait sur l'effet de l'alcool sur la base du sexe.

    Similarités et différences

    Que montrent les résultats?

    Les signes caractérisant l’alcoolisme féminin sur un pied d’égalité avec l’homme:

    • soif d'alcool - 96,2%;
    • tentatives de résistance à l'alcool - 79,8%;
    • irrésistible besoin d'alcool - 88,5%;
    • perte totale de contrôle sur la consommation d'alcool - 61,5%.

    Troubles mentaux en état d'ébriété:

    Des études ont montré que la dépendance à l’alcool chez les femmes influait sur leur adaptation sociale et psychologique dans la société:

    • absentéisme - plus de 70%;
    • augmentation des coûts pour l'achat d'alcool - plus de 60%;
    • licenciement prévu à l'article correspondant du Code du travail - 15%.

    De nombreux scientifiques ont noté que l’alcoolisme chez les femmes, ses caractéristiques psychologiques et l’augmentation de la durée de la maladie dans tous les cas augmentaient l’anomie - le niveau de distance morale et éthique par rapport à la société. Avec les normes éthiques sociales sont réduites: la dégradation de l'individu progresse.

    Des études ont confirmé l'une des théories précédentes: les hommes prennent une tasse entre leurs mains pour se faire plaisir, les femmes y "noient" le chagrin. Mais il est plus difficile pour une femme de "freiner".

    Conseils de psychologue

    Ils sont utiles aux femmes de tout âge et de tout statut social:

    • dites-vous «arrêtez-vous» dès que l'alcool devient un «médicament»;
    • ne vous enfermez pas à l'intérieur: cherchez un narcologue, un psychologue, rejoignez le groupe des alcooliques anonymes;
    • changer la barre à l'église, prier et croire en la sobriété de l'âme.

    Si le festin ne peut pas être évité, prenez la veille d'anti-intoxication.

    Rappelez-vous, la vie connaît de nombreux exemples de retour d’une femme à une vie normale.

    Psychologie de l'alcoolique - causes et traitement de la dépendance

    L'alcoolisme est une dépendance psychologique à l'alcool. Par conséquent, il est évident qu'il dirige les changements de la psychologie humaine.

    Caractéristiques psychologiques des alcooliques

    La psychologie d'un alcoolique a plusieurs caractéristiques:

    • Une personne devient distraite, oublieuse. Il devient difficile de se concentrer sur les affaires. Cela se produit car à tout moment, peu importe ce que fait une personne, son corps est perplexe face à une nouvelle dose d'alcool.
    • La psychologie de l'alcoolisme est différente en ce que dans un alcool les valeurs et les priorités de la vie changent. Ainsi, par exemple, s’il avait l'habitude de penser à sa famille, à ses aspects spirituels, à son travail, à ses loisirs, puis, au fil du temps, les problèmes financiers prennent le dessus. En termes simples, où trouver de l'argent pour acheter de l'alcool. Malheureusement, cela conduit à mentir à des proches et même à un vol.
    • En conséquence du paragraphe précédent, le concept de moralité est effacé chez les alcooliques. Par souci d’alcool, le vol systématique commence souvent. Les buveurs vendent des objets de valeur pour la famille dans les termes moral et matériel, ne sont pas pris en compte et n'écoutent pas les opinions de leurs proches. Les gens doivent comprendre que l'alcoolisme n'est pas un problème de personnes défavorisées ou à faible revenu, les représentants de tous les secteurs de la société sont confrontés à cette catastrophe.
    • La psychologie de l'alcoolisme est différente en ce sens que les personnes qui boivent ont une humeur extrêmement instable. L'état émotionnel des alcooliques change très souvent. Les gens réagissent brusquement et de manière hostile aux commentaires anodins ou même aux opinions qui leur sont propres et pas seulement à leur adresse. Ils peuvent facilement être touchés et déséquilibrés par n’importe quelle phrase de leur entourage, qui est interprétée à travers le prisme de la perception perverse.

    Portrait psychologique d'un alcoolique

    Les principales caractéristiques qui caractérisent un alcoolique en tant que personne à charge sont mises en évidence. Le portrait psychologique d'un alcoolique comprend les points suivants:

    • les personnes dépendantes de l’alcool n’ont pas un lien adéquat avec ce problème. Dans ce cas, il y a plusieurs options. Les alcooliques peuvent même nier le problème en tant que tel, le reconnaître, mais le sous-estimer ou, au contraire, le surestimer («tout va déjà trop loin, il n’ya aucune raison de corriger la situation»);
    • les alcooliques sont égocentriques. Ils mettent leurs propres intérêts au premier plan et minimisent les problèmes de ceux qui les entourent. Cela s’explique principalement par le fait qu’ils se considèrent comme spéciaux et inaccessibles à la compréhension. Dans ces moments-là se trouve la complexité de la psychologie des alcooliques;
    • les alcooliques sont incompatibles. Ils disent une chose, en font une autre, pensent une troisième. Ils peuvent même promettre de cesser de boire, mais de ne pas le faire, en inventant de nombreuses excuses. Cela s'explique par le même fait de dépendance. En un sens, les gens veulent faire une chose, mais l’alcool dicte ses propres règles, et il faut continuer.
    • les alcooliques sont inertes, pour eux il n'y en a qu'aujourd'hui. Cela ne les empêche pas de planifier l'avenir, mais, en règle générale, ils ne sont pas destinés à être mis en œuvre.
    • une telle personne perçoit mal la réalité. En termes simples, il passe du temps dans des rêves et des fantasmes, où il n’ya pas de place pour des problèmes, y compris avec l’alcool.

    Pensée alcoolique

    Les alcooliques ne pensent pas comme les autres qui ne dépendent pas de l'alcool. Tout alcoolique a beaucoup de raisons imaginaires de son comportement, il peut toujours facilement justifier sa panne. Ce n'est pas si important, même s'il boit seul ou en entreprise.

    Les buveurs dans une entreprise expliquent souvent cela en buvant pour socialiser. C'est-à-dire qu'ils se sentent plus détendus, il est plus facile de converger avec les gens. Il y a une autre excuse: il a bu pour l'entreprise, c'est-à-dire que tout le monde a bu et qu'il le devait. Une telle consommation d'alcool par plusieurs personnes ensemble entraîne également le risque d'un conflit grave, pouvant entraîner des conséquences désastreuses, compte tenu de ce qui a été dit plus haut sur l'égocentrisme, une perception inadéquate de la réalité, des changements d'humeur, etc.

    Seuls les alcooliques justifient leurs actes par la délivrance de la nostalgie, des sentiments d'inutilité. D'autres solitaires expliquent l'alcoolisme en disant qu'ils se sentent plus en confiance. D'autres encore disent simplement qu'il faut se débarrasser de la gueule de bois. Il est évident pour d'autres en même temps qu'aucun des problèmes énumérés ci-dessus ne doit être résolu en prenant de l'alcool. Mais la psychologie de l'alcoolique est différente car il ne comprend plus cela et pense que l'alcool l'aidera vraiment à se débarrasser de ses problèmes.

    Psychologie d'un alcoolique dans la famille

    Un alcoolique dans une famille est une énorme tragédie pour cette famille. Nombre d’entre eux sont extrêmement agressifs pour tenter d’aider leurs proches, proposent de contacter un spécialiste, etc. Ils n’acceptent pas le problème ou ne jugent pas nécessaire de le résoudre. Un alcoolique se considère souvent comme incompris, spécial, offensé par le fait que ses proches ne le voient que comme une personne qui boit, et non comme une personne aux multiples facettes. Tout cela se traduit par des scandales, des conflits, des querelles, des bagarres et des crimes flagrants, puisqu'un toxicomane alcoolique est rarement au courant de ses actes.

    Une telle personne, ressentant une attitude hostile à l’égard de son habitude depuis son domicile, fera un «nid», consomme de l’alcool derrière le dos des membres de sa famille.

    En outre, un alcoolique tente souvent de prendre sa retraite plutôt que de passer du temps avec ses proches.

    Caractéristiques de l'alcoolisme féminin

    L'alcoolisme féminin est "à part" par rapport au masculin. Dans la société, une femme alcoolique est plus condamnée et critiquée qu'un homme. Les racines de cette relation résident dans la destination fertile des femmes. Par conséquent, les femmes sont plus susceptibles de boire seules que dans les entreprises. Si une femme qui boit a un verre a une famille, alors sa dépendance a souvent le caractère de secret familial et n'est pas sortie de l'extérieur, ce qui rend difficile de sortir de cette situation.

    Le sexe plus faible est plus émotif que le plus fort, les femmes sont plus inquiètes, éprouvant en principe des émotions que les hommes. En cela, vous pouvez également rechercher la différence entre les dépendances féminines et masculines.

    Les changements psychologiques sont généralement identiques chez les deux sexes. Toutefois, la manifestation de ces changements chez les femmes est plus vive et émotionnelle. Les proches font souvent face à des crises de colère, des larmes, des manifestations d'agression et de graves sautes d'humeur. Une femme a des relations sexuelles sans promiscuité. La psychologie de l'alcoolisme féminin se distingue également par le fait que la personne dépendante blâme les autres, y compris les plus proches, pour tous ses problèmes, etc.

    L'alcoolisme chez les femmes est divisé en trois étapes:

    1. La perte du sens des proportions lorsqu'une femme passe après chaque réunion avec ses amis ou une fête d'entreprise.
    2. L'émergence du besoin de raccrocher, qui n'apparaît pas chez une personne, si elle n'est pas soumise à la dépendance.
    3. Recherche constante d'une raison de boire, quand sans alcool, il n'y a plus de joie. A ce stade, commencez à faire des beuveries.

    En tant que caractéristique de l’alcoolisme chez les femmes, on peut noter qu’une femme, pour diverses raisons, s’enivre plus vite que les hommes.

    Causes de l'alcoolisme féminin

    Les femmes sont plus émotives que les hommes et les principales causes psychologiques de l'alcoolisme sont associées à ceci:

    • états de névrose, de dépression, qui surviennent pour diverses raisons et auxquels la femme ne peut faire face;
    • se sentir seul Nous pouvons parler à la fois de femmes vraiment célibataires (non mariées, divorcées, veuves, etc.) ou de celles qui ne reçoivent pas le soutien et la compréhension attendus dans la famille, se sentent inutiles, abandonnées dans des problèmes, privées de gratitude, etc. d.
    • L’ennui est l’une des causes courantes de l’alcoolisme féminin quand il n’ya aucune raison apparente de boire;
    • Beaucoup de femmes au travail abusent de l'alcool parce qu'elles comprennent la difficulté d'avoir une famille à part entière. Il n’ya pas de force, d’opportunité, de temps, etc.
    • Les causes de l'apparition de l'alcoolisme chez les femmes sont les prédispositions génétiques ou les traits de personnalité, ainsi que la période de ménopause et des moments similaires;
    • Les femmes peuvent également être affectées par une mauvaise influence, par exemple si elles sont mariées à un alcoolique ou ont de tels amis.

    Une femme essaie de trouver un moyen rapide de résoudre l'un de ces problèmes, de se débarrasser de ses expériences. Malheureusement, beaucoup considèrent l'alcool comme tel.

    L'aide du psychologue à l'alcoolisme

    L’efficacité du traitement psychologique de l’alcoolisme dépend fortement de la question de savoir si le client reconnaît le problème, s’il veut s’en débarrasser ou non. Malheureusement, tous les alcooliques ne peuvent être aidés. Cela dépend aussi du degré de dégradation de la personne à laquelle l'alcool a déjà conduit. Une personne devrait elle-même être prête à faire quelque chose, à prendre des mesures concrètes pour se débarrasser de la dépendance à l'alcool.

    L'assistance spécialisée est réalisée par plusieurs méthodes.

    • L'avantage de la thérapie de groupe est qu'ici l'alcoolique voit des gens avec le même problème autour de lui. Ils peuvent se soutenir mutuellement, être inspirés par le succès, partager leurs expériences, vous faire croire en un résultat favorable de la thérapie.
    • La thérapie hypnotique consiste en ce que le psychologue inspire à l'alcoolique la peur de boire, des conséquences qui l'attendent s'il prend une dose d'alcool, même insignifiante.
    • Avec la thérapie familiale, non seulement la personne à charge s'adresse à un spécialiste, mais également les membres de sa famille, par exemple le conjoint. Le thérapeute accorde une attention particulière à l'état de tous les membres de la famille. Il est souligné qu'après s'être débarrassé du problème, la famille attend un nouvel avenir, des changements dans la vie qui sont annoncés, a expliqué. Le psychologue découvre les principales causes de conflit et adapte la vie de la famille à la future sobriété du client.
    • La thérapie cognitivo-comportementale chez un spécialiste modifie les attitudes et les attitudes d'une personne qui boit avec modération, montre ses avantages par rapport à l'état d'ivresse constante. Cette approche sera d'autant plus efficace qu'un alcoolique voudra arrêter de fumer.
    • La méthode pour ceux qui sont déterminés à arrêter de boire de l'alcool, dans laquelle le spécialiste renforce l'aversion de l'alcoolique à boire et enseigne comment se débarrasser du stress émotionnel, est appelée entraînement autogène.

    Dans un cas particulier, il est également possible d'obtenir des recommandations d'un psychologue par le biais d'une communication en ligne, par exemple de Nikita Valerevich Baturin.

    Thérapie individuelle, conseil au psychologue

    La psychologie des alcooliques est assez compliquée, ils soulignent plusieurs points importants auxquels le spécialiste devrait prêter attention.

    Avec le client, il faut se comporter assez fort. Cela est dû au fait que l'alcoolique fera pression sur la pitié, provoquera de l'empathie. Un toxicomane tente d'expliquer les raisons qui l'ont conduit à l'alcool, à quel point c'est difficile, etc. Toute personne dépendante est un très fort manipulateur. En aucun cas une personne ne devrait tomber sous cette influence.

    Il est nécessaire de discuter des sujets les plus déplaisants pour un alcoolique, tels que la peur d’un mode de vie sobre, les conflits qui l’entourent. Vous ne pouvez pas être indulgent et prendre soin des sentiments, l’effet de cette attitude sera le contraire et ne mènera pas à la délivrance de la dépendance.

    Il est important pour le psychologue de se rappeler que l’essence de toute la thérapie réside dans le fait que le toxicomane peut se comprendre et s’accepter avec toutes ses peurs et problèmes, puisque l’alcoolisme peut être qualifié de tentative d’échappatoire, de destruction et de rejet de soi. certaines fonctionnalités. Il convient de rappeler que les alcooliques ont souvent une faible estime de soi.

    Le spécialiste montre et explique au client les motifs de ses actes, de son comportement ainsi que les conséquences de ces actes. Lorsqu'un alcoolique est convaincu de la véracité des jugements du psychologue, il fait davantage confiance à lui, ce qui soulage à son tour la tension et règle de manière salutaire l'ensemble de la thérapie.

    Malheureusement, le psychologue doit bien comprendre que tous les clients ne peuvent pas être soulagés des problèmes. Ici, tout dépendra du stade de l’alcoolisme.

    Le psychologue doit se rappeler les principes importants du travail avec des personnes dépendantes à l'alcool. Pour commencer, il est logique de travailler avec un client sobre, sinon le traitement n'aura aucun effet. Il est important pour un spécialiste de saisir le moment où son client sera dépendant de lui. Elle peut et doit remplacer la dépendance à l'alcool. Enfin, le thérapeute doit se rappeler qu'il n'enseigne qu'une vie sobre à un alcoolique et ne l'oblige pas à arrêter de boire. Le psychologue, en principe, ne devrait pas évaluer ses clients en tant qu'alcools.

    Caractéristiques de l'assistance psychologique pour l'alcoolisme féminin

    Dans la société, il existe un avis sur l'incurabilité de l'alcoolisme féminin. C'est un mauvais jugement. Il est nécessaire de prendre en compte certaines caractéristiques du corps et de la personnalité de la femme. L'alcool détruisant le psychisme des femmes plus rapidement que celui des hommes, la récupération prendra plus de temps et devrait commencer dès que possible. Mais les femmes ont plus de volonté. Par conséquent, si une personne dépendante de l'alcool décidait sérieusement de cesser de boire, les chances de réussir à résoudre le problème seront encore plus grandes que celles des hommes.

    Dans le processus de traitement avec une femme alcoolique, il est très important de porter une attention particulière au travail avec ses proches. Le psychologue doit expliquer correctement son comportement pendant les périodes où une femme est sobre, en période de crise, etc. La motivation de ses proches pour une femme joue un rôle crucial, qui devrait être expliqué par un spécialiste.

    Comment sauver un alcoolique?

    Si une personne proche a des problèmes d'alcool, vous devez vous battre jusqu'au bout. Vous devez d’abord comprendre si une personne voit un problème, le reconnaît. Sinon, c'est le plus difficile. Les parents ou les amis doivent comprendre qu'ils dépendent d'une personne qui ne perçoit pas le monde tel qu'il est. Vous devez donc vous préparer au fait que tenter de convaincre une personne du préjudice causé à ses habitudes peut susciter de l'hostilité. Mais vous devez aller jusqu'au bout, endurer et montrer la constance de vos tentatives pour atteindre l'alcoolique. Vous ne pouvez pas le laisser seul, mais adonner ses faiblesses. Pas besoin de faire des crises et des scandales. Nous devons essayer de convaincre calmement, d’expliquer qu’ils ne veulent rien d’autre que du bien, de l’amour et des soins et qu’ils feront tout ce qui est en leur pouvoir pour sauver un être cher de la dépendance.

    Il est conseillé de trouver des personnes partageant les mêmes idées afin d’être la majorité dans la lutte contre la dépendance à l’alcool. Idéalement, si l’environnement est un ancien alcoolique, il peut partager son expérience de vie sobre, devant laquelle le buveur aura peur.

    Inutile de mettre sans cesse de la pression sur un alcoolique, vous devez l'aider à faire des pauses. Malheureusement, ce n’est pas toujours suffisant, car l’alcool peut rapidement priver la personne de sa santé et entraîner une dégradation complète de la personne.

    L'essentiel est d'amener une personne dans cet état lorsqu'elle se rend compte que sa dépendance nuit aux personnes qui lui sont chères. À ces moments, il est peut-être prêt à accepter le problème. Dans ce cas, il est urgent de faire appel à un spécialiste pour obtenir une aide psychologique afin que le toxicomane puisse se débarrasser de cette dépendance. Un psychologue peut aider à lutter contre l’alcoolisme lorsque la personne elle-même est prête à se battre. Pour un alcoolique, un psychologue peut être un véritable salut.

    À l'avenir, le client peut lui-même se tourner vers toutes sortes de pratiques, telles que la méditation et divers exercices, dont vous trouverez des exemples ici.

    Causes et symptômes d'un alcoolique en termes de psychologie

    L'alcoolisme est une maladie chronique du système nerveux central qui se développe progressivement. Avec cette maladie chez l'homme, il y a un changement dans la psyché, conduisant à une dégradation personnelle. La psychologie d'un alcoolique est particulière, elle est étudiée par des experts en tant que discipline distincte.

    Causes psychologiques de l'alcoolisme

    Les personnes d’un certain entrepôt sont les alcooliques. Après de nombreuses observations, les psychologues ont pu identifier un certain nombre de qualités acquises chez une personne depuis son enfance et qui, dans des conditions défavorables, peuvent entraîner une dépendance à l'alcool. Leur liste:

    • tendance à l'agression;
    • haute ou faible estime de soi;
    • type de tempérament mélancolique;
    • l'habitude de tout prendre «à cœur»;
    • anxiété accrue;
    • irritabilité;
    • l'infantilisme;
    • timidité, timidité excessive.

    Ces personnes sont difficiles à établir des liens sociaux. Ils ont souvent des problèmes de communication, il est difficile de s’enraciner dans une équipe. Ils restent souvent seuls et n'ont pas d'amis proches en qui vous pouvez avoir confiance.

    En raison de son profil psychologique, une personne ne perçoit pas suffisamment l'ampleur des problèmes qui se posent. Il peut avoir de nombreux complexes, dont certains sont tirés par les cheveux.

    Lorsqu'il est confronté à de sérieuses difficultés, l’alcoolique tombe dans la dépression et le désespoir. En raison du contact rompu avec le monde extérieur, il lui est difficile de demander de l'aide aux autres. Lorsqu'il manque de force pour faire face seul aux problèmes, il a recours à l'alcool, trouvant un soutien et un oubli dans ce domaine.

    Un autre type - soumis à l'influence étrangère. S'il a la "chance" de contacter une mauvaise entreprise, ce qui peut arriver dans sa jeunesse, il risque de devenir accro à l'alcool. Une personne boit pour apparaître comme «son».

    L'effet de l'alcool sur le psychisme

    L'ivresse profonde mène à la destruction de l'individu. Du point de vue de la psychologie, les hommes, les femmes et les enfants ont des raisons différentes de consommer de l'alcool. Les hommes boivent pour soulager le stress causé par le travail et la nécessité d'être responsable de la vie de leurs proches, les femmes - à cause de la solitude et d'expériences émotionnelles. Chez les enfants et les adolescents en milieu alcoolique.

    L'homme

    L'alcoolisme masculin se développe plus lentement que la femme. Cela est dû au fait que la production d'enzymes (ADH et ATSDG) responsables de la scission de l'éthanol dans le corps masculin est plus intense.

    Premièrement, l’alcool donne à l’homme un sentiment de confiance et d’élévation. Il lui semble qu'il peut déplacer des montagnes. La psychologie de la dépendance à l'alcool est telle que le patient tente constamment de revenir à un état d'intoxication afin de revivre des émotions positives.

    Lorsque l'alcoolisme devient chronique, le patient commence à se comporter de façon agressive, surtout s'il est incapable de devenir abstinent. En réponse à des critiques sur lui-même, il fait des scandales. Les membres de la famille sont souvent victimes d'abus physique commis par un mari ou un père buveur. Certains hommes commettent des infractions sexuelles (la plupart des viols sont en état d'ébriété).

    La femme

    Les femmes pèsent moins que les hommes. Dans le corps féminin, plus de tissu adipeux, à cause duquel la séparation de l'éthanol est plus lente; les enzymes de traitement de l'alcool sont produites en petites quantités. Pour ces raisons, l’alcoolisme féminin se forme et se développe plus rapidement que l’homme.

    Dans la première phase du développement de la maladie, la femme devient trop nerveuse, en larmes, hystérique. Elle commence à être déprimée. Les reproches des proches provoquent chez le patient de nouvelles «attaques» d'apitoiement sur soi, qui sont «guéries» par une nouvelle dose d'alcool. À un stade avancé, la femme perd sa féminité, devient désordonnée, impolie et agressive dans la communication.

    Chez les enfants

    Les destructions que l'alcool inflige aux enfants et aux adolescents sont souvent irréversibles. Le corps en croissance s'habitue rapidement à l'alcool, la maladie se développe rapidement.

    L'enfant est inhibé développement mental et mental. Les normes morales et éthiques sont en train d'être détruites: la promiscuité sexuelle est propre aux filles, alors que les garçons ont tendance à agir de manière criminelle. Les enfants commencent à errer ou, au contraire, à éviter tout contact avec le monde extérieur. Peut fuir la maison, avoir des tendances suicidaires.

    Portrait psychologique d'un alcoolique

    La dépendance psychologique à l'alcool est la principale composante de la maladie. Les psychologues considèrent l'alcoolisme et la toxicomanie comme un suicide prolongé. Il n’existe pas d’opinion unique sur la formation de la dépendance à l’alcool dans les milieux scientifiques, mais il existe un portrait psychologique d’un patient souffrant d’alcoolisme. Traits de personnalité propres aux alcooliques:

    • sautes d'humeur;
    • distraction;
    • l'oubli;
    • mensonges et excuses constants;
    • l'immoralité, le cynisme, l'amour de l'humour "noir";
    • le but principal de la vie est de trouver une nouvelle dose d'alcool.

    Une telle personne a un regard tendu, une expression faciale médiocre, les muscles du visage sont en tension. Même si le patient essaie de prendre soin de lui-même, son état mental se reflète toujours dans son apparence. La négligence, la négligence sont présentes, les choses peuvent être choisies non pas en fonction de la météo et non en fonction de la taille. Les vêtements sont souvent portés, les nuances sombres.

    Particularités de la psychologie d'un alcoolique

    Lorsque l'alcoolisme devient chronique, une personne n'est motivée que par le désir de boire. Il perd peu à peu son sens des responsabilités, ne ressent pas la honte de ses actes. L'attitude envers les alcooliques est exclusivement le consommateur, il peut manipuler les autres pour obtenir ce qu'il veut.

    Même s’écarter de la réalité à l’aide de l’alcool peut être considéré comme une sorte de rébellion contre la réalité environnante. Une telle caractéristique est inhérente aux idéalistes, aux personnes créatives et extraordinaires. La personne s'est délibérément engagée dans l'autodestruction, voyant là le seul moyen de résoudre le problème. L'homme ne peut pas accepter la vie telle qu'elle est, mais ne peut pas la changer. Alors l'alcool vient à la rescousse.

    Immaturité psycho-émotionnelle

    L'immaturité psycho-émotionnelle est l'infantilisme. Un adulte commence à se comporter comme un enfant. Les signes comportementaux sont les suivants:

    • réaction émotionnelle violente à la remarque, intolérance à la critique;
    • capricieux
    • réticence à être responsable de leurs actes.

    Une personne immature sur le plan émotionnel ne tolère pas les difficultés et l'inconfort, réagit émotionnellement à tout et ne recherche pas de solution rationnelle. Tous les problèmes le font sortir d'une ornière.

    L'immaturité psycho-émotionnelle est acquise au cours de l'évolution de la maladie. Cela est possible lorsque l'alcoolisme est devenu chronique. Il y a deux raisons à cela: physiologique et mentale.

    L'éthanol a un effet destructeur sur les cellules cérébrales, raison pour laquelle le principal organe du système nerveux central ne fonctionne pas correctement. Le système nerveux, la mémoire et la pensée souffrent.

    À la deuxième étape, la dépendance à l'alcool commence à se former, mais la prise de conscience survient beaucoup plus tard, à l'étape 3-4, lorsqu'il est difficile, voire impossible, de cesser de boire seul. Après plusieurs tentatives infructueuses, la personne se rend compte de son impuissance avant la maladie - puis «tombe dans l'enfance».

    Pleurs, caprices, plaintes au sujet de la vie, singeries démonstratives - tout cela est une manifestation inconsciente d'un appel au secours. En vertu de la maladie, une personne n'est plus en mesure d'assumer ses responsabilités, c'est-à-dire de se comporter comme un adulte. Et il se comporte comme un enfant qui veut attirer l'attention des parents.

    Agressivité

    L’agression se manifeste chez les patients qui, même avant la maladie, étaient sujets à la manifestation d’émotions correspondantes - colère, colère, colère, irritation. Ce sont des gens nerveux, excitables et colériques.

    Dans un état de sobriété, une personne se maintient dans le cadre des règles de comportement en vigueur dans la société. L'alcool "supprime" ces restrictions. Les premières attaques d'agression apparaissent aux étapes 1 et 2. Alcoolique répond de manière inadéquate à toute déclaration qu'il n'a pas aimé. Il commence à élever la voix sur son adversaire, à l'insulter brutalement, à déclencher une bagarre, à sauter sur un homme avec un couteau.

    Mais si, au début, une personne a honte de ses actes après s'être dégrisée, alors aux étapes 3 et 4, l'agressivité est déjà pathologique. Même dans un état relativement sobre, le patient représente un danger potentiel pour les autres. Un grand nombre d'infractions pénales sont commises par des alcooliques.

    Pensée alcoolique

    Dépendant de l'alcool perd progressivement la capacité de raisonnement logique. Un changement de conscience survient à un stade précoce, puis le patient perd un peu le contact avec la réalité et n’est pas conscient de ce qui se passe. Et c'est seulement quand boire n'est plus agréable qu'il commence à se rendre compte qu'il est malade.

    Souvent, un alcoolique prend tout sous une forme quelque peu déformée, exagère ou diminue la signification des événements. Il pense de manière incohérente, ses pensées sont confuses - les patients se plaignent souvent de "bouillie" ou de "brouillard" dans sa tête.

    Attitude inadéquate à la maladie

    Les alcooliques nient leur maladie depuis longtemps. Cela est dû au déplacement au niveau subconscient de tous les facteurs traumatiques, y compris des pensées sur le danger de boire de l'alcool. Un ivrogne cherche l'oubli des problèmes et de la relaxation.

    Un autre effet négatif de l'opinion publique sur l'alcoolique, en tant que type marginalisé. Une telle personne ne veut pas se reconnaître.

    Sous l’influence de l’alcool, les personnes n’évaluent pas correctement leurs capacités. Le patient est sûr d'avoir assez de force pour arrêter de fumer. Il convainc tout le monde qu’il peut cesser de boire à tout moment - il ne le veut plus maintenant. Derrière un tel déni se cache la peur subconsciente de la mort par l'alcool.

    Égocentrisme

    L'égocentrisme apparaît chez les patients alcooliques sur fond de dégradation personnelle. Un alcoolique ne s'intéresse qu'à ses problèmes. Il n'est pas capable de faire des compromis et même simplement d'accepter le fait que d'autres personnes ont des sentiments et des désirs. Dans la famille, le patient devient un tyran à la maison. Pour toutes les tentatives de résistance, il lance des accusations contre les autres, est hystérique ou fait preuve d'agression. Dans ce cas, un alcoolique n'hésite pas à prendre et même à extorquer de l'argent à des proches.

    Inertie

    L'inertie est le manque de volonté. La personne «suit le courant» sans chercher à changer quelque chose. Sous l’influence de l’éthanol, des qualités telles que la volonté, le désir de faire concurrence et l’intérêt pour la vie sont perdus. Le patient devient léthargique et léthargique. Il se fiche de ce qui lui arrive.

    Il peut dormir dehors dans le froid avec les mauvais vêtements, et il s'en foutra. Ni l'hospitalisation ni l'expulsion d'un appartement ne résistent. En raison de cette indifférence, les alcooliques deviennent des sans-abri ou meurent de froid.

    Aide psychologique pour alcooliques

    En psychothérapie individuelle, le psychologue a pour tâche d'identifier les causes initiales de la soif de boire un verre et d'apprendre au patient à s'accepter tel qu'il est, à apprendre à faire face aux difficultés. Pour se débarrasser de la dépendance à l'alcool, il existe de tels types de psychothérapie:

    1. Groupe. Le patient est dans une société comme lui. Il découvre l'expérience des autres et se sent soutenu dans ses efforts.
    2. Famille Le psychologue travaille avec tous les membres de la famille, identifie les conflits, aide à les gérer.
    3. Hypnosuggestif. Le patient est inspiré par la peur des conséquences de la consommation d'alcool, même s'il ne s'agit que d'un verre.
    4. Comportement cognitif. Changement d’attitude, suggestion que la sobriété vaut mieux que l’oubli alcoolique. Développer la pensée rationnelle.
    5. Entraînement autogène. Seulement pour ceux qui sont déterminés à arrêter de boire seuls.

    Guérir tous les alcooliques est impossible. La psychologie aidera si une personne y aspire et si un professionnel travaille avec elle. Le soutien des proches est important. L'efficacité dépend du travail du psychologue et des efforts du patient.

    En Savoir Plus Sur La Schizophrénie